vendredi 29 janvier 2021

My other Addiction #74

   



Comme d'habitude pour ce rendez-vous mensuel, je vous parle des films et séries que j'ai récemment bingés 😉

Je n'ai pas regardé énormément de films ni de séries différentes, car je me suis concentrée sur quasiment une seule série... Oui j'ai des tendance un peu monomaniaque.
Que voulez-vous, on ne se refait pas.

Les films que j'ai vus chez moi

The New Mutants

Les Mutants sont les plus dangereux, pour eux-mêmes comme pour les autres, lorsqu’ils découvrent leurs pouvoirs. Détenus dans une division secrète contre leur volonté, cinq nouveaux mutants doivent apprivoiser leurs dons et assumer les erreurs graves de leur passé. 
Traqués par une puissance surnaturelle, leurs peurs les plus terrifiantes vont devenir réalité.

J'avais déjà voulu le regarder au mois de décembre, mais la fin du mois est arrivée plus vite que prévue... Du coup, je l'ai enfin regardé au début de mois de janvier et j'ai beaucoup aimé !

J'étais assez curieuse de voir comment les réalisateurices allaient pouvoir relancer la franchise X-Men et ce que ce nouveau film allait donner.
Soyons honnête, ça change totalement de ce qu'on a eu l'habitude de voir avec la première trilogie et ensuite avec Day of Future Past et ce qui en découle, mais ce n'est pas pour autant que c'est moins bon.
C'est différent et plus posé, mais l'histoire est tout de même intéressante.

J'ai d'ailleurs beaucoup aimé les acteurices, et notamment Magik, interprêtée par Anya Taylor-jones que j'avais évidemment beaucoup apprécié dans The Queen's Gambit.

Hunger Games

Dans un proche futur, les États-Unis sont devenus un gouvernement fédéral dystopique dans lequel chacun des 12 districts doit envoyer un garçon et une fille combattre lors d'un événement annuel télévisé, "Les Hunger Games". La seule issue à ces jeux pour les "Tributs" est de tuer ou d'être tué. 
Lorsque la petite sœur de Katniss est tirée au sort pour y participer, celle-ci décide de prendre sa place.

Bon alors je n'ai mis que l'affiche du premier film, mais sachez que j'ai revu les quatre film sur un seul jours... Je ne sais pas ce qui m'a pris, j'ai été prise dans une faille spatio-temporelle.
Plus sérieusement, je pense que c'est le fait d'avoir lu La ballade du serpent et de l'oiseau chanteur qui a eu cet effet sur moi.

Bon, rien de neuf sous le soleil, je trouve toujours que faire quatre films pour trois livres c'est une sacrée perte de temps, mais à part ça c'était un re-visionnage plutôt sympa.
L'avantage c'est qu'ils sont tous sur Netflix, donc c'est ultra simple à regarder.

J'ai donc passé un moment plutôt agréable, puisque je les ai enchaîné sur une après-midi/soirée, sans m'arrêter. L'histoire passe tout de même mieux que lors de mon premier visionnage, même si je ne comprends toujours pas l'intérêt suscité par le personnage de Peeta que je trouve très inutile.


Soul
Les aventures de Joe Garner, un professeur de musique new-yorkais en passe de connaître la célébrité dans le milieu du jazz, mais dont l'âme se retrouve soudain séparée de son corps. Il atterrit alors au séminaire "You", un lieu étrange où les jeunes âmes reçoivent leur formation, acquièrent leurs passions et leurs personnalités avant d'être envoyées vers des enfants à naître. 
Sur place, il fera la rencontre de 22, une jeune âme piégée au séminaire depuis plusieurs années 

Tout le monde en a parlé lors de sa sortie sur Disney+, il était donc évident que j'allais le regarder à mon tour.
Sincèrement, je n'ai pas tellement compris la hype qu'il y a eu autour de ce film d'animation. Oui j'ai bien aimé l'histoire et j'ai passé un agréable moment (22 est tout de même un personnage très mignon) mais je n'ai pas été transcendée et je n'y suis pas non plus allée de ma petite larme.

C'était sympa, mais j'ai ressenti beaucoup plus d'émotions devant Coco ou Onward.

Seven Years in Tibet

À la fin de l'été 1939, l'alpiniste autrichien Heinrich Harrer, qui rêve de conquérir le Nanga Parbat, sommet inviolé de l'Himalaya, accepte de l'argent nazi pour y planter le drapeau à croix gammée. La guerre éclate. Prisonnier des Britanniques à la frontière de l'Inde, il s'évade. 
Commence alors une longue errance qui se termine à Lhassa, résidence du jeune dalaï-lama avec qui il se lie d'amitié.

J'avais vu ce film il y a des années et l'occasion de le revoir s'est présentée durant ce mois de janvier. Je me rappelais évidemment de déroulement de l'histoire, mais mes souvenirs restaient tout de même flou concernant les détails.
Et c'est en revisionnant ce film que je me suis rendu compte qu'en fait, on parlait du Dalaï Lama actuel... Vous allez me dire que ce n'est pas un scoop, mais j'ai eu cette fulgurance durant le film.

J'ai beaucoup aimé retrouver la simplicité qui existe entre Heinrich et le jeune Dalaï Lama, ainsi que la relation entre Heinrich et Peter.
Un très beau film à découvrir ou à revoir.

Deux frères

En Indochine dans les années 20, deux bébés tigres, séparés de leur mère dès leur plus jeune âge, grandissent dans les ruines d'un temple. Ils sont capturés par un chasseur, qui fait également commerce de statues sacrées qu'il vole sur des sites historiques. 
L'un des jeunes tigres, baptisé Koumal, devient une vedette de cirque. Quant à son frère, il est adopté par un administrateur colonial qui fait de lui son animal de compagnie et le baptise Sangha. 
Alors que tout les oppose, Koumal et Sangha vont finir par se retrouver, dans l'enceinte d'une arène, où ils doivent s'affronter. C'est là que l'incroyable se produit: les deux frères se reconnaissent et parviennent à s'enfuir...

Là encore, j'ai subitement eu envie de revoir ce film que j'avais vu pratiquement à sa sortie (2004 ça commence à dater un peu quand même). J'en gardais un très bon souvenir et j'étais curieuse de voir comment ce film avait vieilli.

Très sincèrement, je n'ai pas autant apprécié ce film qu'initialement. Il reste très bon et très beau à voir, mais je l'ai tout de même trouvé assez plat dans son ensemble.
Bon, après cela reste une histoire avec des tigres, ça n'est pas un blockbuster américain.
Par contre, ça a assez bien vieilli, même si on voit parfois des petits défauts notamment dans certains effets spéciaux.

Troy

Dans la Grèce antique, l'enlèvement d'Hélène, reine de Sparte, par Paris, prince de Troie, est une insulte que le roi Ménélas ne peut supporter. L'honneur familial étant en jeu, Agamemnon, frère de Ménélas et puissant roi de Mycènes, réunit toutes les armées grecques afin de faire sortir Hélène de Troie. 
Mais en réalité, la sauvegarde de l'honneur familial n'est qu'un prétexte pris par Agamemnon pour cacher sa terrible avidité. Celui-ci cherche en fait à contrôler Troie et à agrandir son vaste empire. Aucune armée n'a jamais réussi à pénétrer dans la cité fortifiée, sur laquelle veillent le roi Priam et le prince Hector. 
L'issue de la guerre de Troie dépendra notamment d'un homme, Achille, connu comme le plus grand guerrier de son époque. Arrogant, rebelle, et réputé invincible, celui-ci n'a d'attache pour rien ni personne si ce n'est sa propre gloire...

Après avoir lu et adoré Le chant d'Achille, j'ai eu envie de me refaire le film Troie. J'avais vu ce film lorsque j'étais ado et j'avais adoré. C'était même un de mes films préférés.
Le revoir aujourd'hui m'a fait prendre conscience d'une chose: mon dieu que ce film est mauvais !!

Même en ne le comparant pas au Chant d'Achille (qui est une vraie merveille, lisez-le !) il n'y a strictement rien qui va dans ce film...
C'est plat, sans essence, les personnages sont creux.
J'avais déjà reproché à ce film lorsque j'étais ado de n'avoir mis en scène aucun dieu ni déesse... Pour un récit mythologie c'était déjà un peu du foutage de gueule, mais soit, j'avais laissé passer.
Aujourd'hui je ne peux plus, car retirer les dieux et déesses de cette histoire, c'est lui retirer son essence. On voit bien Thétis, mais à aucun moment on ne confirme que c'est bien une déesse.

Mais la chose qui m'a le plus marquée, concerne Andromaque, la femme d'Hector. Elle est présente quasiment dès le début du film, mais vous savez quoi ? On ne la nomme pas.
A aucun moment du film on ne voit un personnage lui parler en la nommant par son prénom. Durant tout le film, on voit cette femme et on ne sait pas quel est son nom. Elle n'a pour seul rôle que celui de femme (puis veuve) du héros.

Pour celleux qui voudraient pinailler, oui effectivement lors de la prise de Troie, Briséis parcourt le palais en la cherchant (elle et Pâris) et donc en criant son nom. Mais là encore, on n'associe pas le prénom d'Andromaque avec le visage du personnage. A aucun moment.
Et entre nous, nommer un personnage à dix minutes de la fin d'un film, c'est assez moyen.

Ce film pue le male gaze à plein nez. Parce que je passerai sur le traitement de Briséis qui tombe folle amoureuse d'Achille en l'espace d'une soirée et couche avec lui juste après avoir échappé à un viol collectif... 
Alors ok, c'était la Grèce Antique, mais même pour cette époque, il y a des limites.

Bref, je pourrais vous faire une dissert' sur tout ce qui ne va pas dans ce film, mais je vais m'abstenir de le faire dans cet article. Un jour peut-être...


Les séries que j'ai regardées

Lucifer
Saison 4
Saison 5 - partie 2

Lassé et mécontent de sa position de "Seigneur des Enfers", Lucifer Morningstar démissionne et abandonne le trône de son royaume pour la bouillonnante et non moins impure Los Angeles. 
Dans la Cité des Anges, l'ex maître diabolique est le patron d'un nightclub baptisé "Lux". 
Quand l'une de ses anciennes conquêtes est tuée sauvagement sous ses yeux, il décide de partir à la recherche du coupable et croise sur sa route Chloe Decker, une policière qui résiste à ses charmes et lui met constamment des bâtons dans les roues...

Et voilà ! Il ne m'aura même pas fallu deux mois pour bingé l'entièreté de la série Lucifer, même si j'avoue avoir eu un petit coup de mou au début de la saison 5.
L'apparition de Michel m'a semblé être un peu too-much et j'ai eu du mal à avoir envie d'y revenir.
Mais j'ai persévéré et j'ai été quand même agréablement surprise, même s'il y a des défauts.

Par contre, ce que j'attendais depuis cinq saisons a tout de même fini par arriver et je suis totalement ravie ! Même si je sens que la suite de la saison va m'en faire baver.
Une intuition...

Bridgerton
Saison 1

XIXème siècle, au sein de la haute société londonienne. 
La famille Bridgerton, composée de huit frères et sœurs, évolue dans un milieu régi par des règles complexes et des luttes de pouvoir... 

Comme tout le monde, j'ai succombé au charme du Duc de Hastings et de la série en général.
J'ai été très agréablement surprise par la tournure prise par cette série et par la diversité des personnages qui est une vraie bouffée de fraîcheur et qui surtout, colle avec la réalité.

Par contre, je dois vous dire que j'avais très rapidement deviné l'identité de Lady Whisteldown. A partir de l'épisode 4 j'étais persuadée d'avoir raison et le dernier épisode m'a totalement confortée.
Très sincèrement, ce n'était pas très difficile à deviner, mais comme ce n'est pas le morceau le plus important de l'intrigue, ce n'était pas dérangeant.

Je me demande si nous aurons droit à une deuxième saison, mais j'ose espérer que ce sera le cas.
En tout cas maintenant, j'ai envie de lire la saga, même si je suis convaincue que cela ne doit pas être très qualitatif.
A voir si je vais craquer.

Home for Christmas
Saison 2

Johanne, éternelle célibataire, va enfin amener un petit ami dans sa famille pour Noël ! Mais quand elle se fait larguer, il ne lui reste que 24 jours pour le remplacer. 

J'avais beaucoup aimé la première saison de cette série et lorsque j'ai vu qu'elle était disponible, je n'ai pas hésité. Bon, par contre j'avais largement dépassé Noël et le Nouvel An au moment où je l'ai regardée, mais cela ne m'a pas dérangée.

J'ai beaucoup aimé l'évolution du personnage de Johanne, mais aussi celle de ses proches. La série est assez réaliste et apporte pas mal de choses très intéressantes.
Ce n'est pas palpitant, mais cela se laisse bien regarder.

Lupin
Saison 1

Il y a 25 ans, la vie du jeune Assane Diop est bouleversée lorsque son père meurt après avoir été accusé d'un crime qu'il n'a pas commis. 
Aujourd’hui, Assane va s'inspirer de son héros, Arsène Lupin - Gentleman Cambrioleur, pour le venger… 

Avec tout le bruit que cette série a faite, j'avais envie de me faire mon propre avis à son sujet.
Et bien je n'ai absolument pas été déçue ! J'ai adoré voir Assane à l'oeuvre dans ses différents déguisements et avec ses différentes ruses.
J'ai été surprise par certaines scènes, un peu moins par d'autres, mais j'ai vraiment passé un moment très agréable avec cette série.

Evidemment je reste sur ma faim par rapport au dernier épisode et j'espère vraiment qu'on aura rapidement droit à une deuxième saison.
Par contre, j'espère que les réalisateurices n'auront pas envie de tirer indéfiniment sur la corde. De mon point de vue, deux saisons ce sera amplement suffisant.

Tiny Pretty Things
Saison 1

Quand une brillante élève d'une prestigieuse école de danse de Chicago est éliminée, sa remplaçante découvre un monde où la concurrence fait rage et où le mensonge règne. Adapté des romans de la saga Tiny Pretty Things 

J'aime bien les films et les séries sur la danse, c'est donc tout naturellement que je me suis tournée vers cette nouvelle série. Bon en l’occurrence nous sommes plus sur une série de type Gossip Girls, mais les scènes dansées ont tout de même de quoi me ravir.

J'ai plutôt bien aimé Tiny Pretty Things, même si la série n'est pas exempte de défauts. Certaines choses ont déjà été vues et revues dans ce type de série, mais il faut avouer que la dynamique des personnages est intéressante à observer.

WandaVision
Saison 1
Episodes 1-2

Les aventures de la superhéroïne Scarlet Witch issue du MCU et de Vision, son compagnon... 

Evidemment je ne pouvais pas passer à côté des deux premiers épisodes de WandaVision ! C'était impensable !
C'est difficile de donner son avis après seulement deux épisodes de trente minutes (et encore je suis gentille, le générique en faisant déjà huit...) mais j'ai été agréablement surprise.
Ce n'est pas ce à quoi je m'attendais, mais je suis cliente. Et puis j'ai aussi compris le sens du nom de cette série, ce que je n'avais pas vu venir.

Je pense que cette série nous réserve de belles choses et j'ai hâte de voir les prochains épisodes. Par contre je pense que j'attendrais qu'il y ait quelques épisodes de disponibles pour tous les voir d'un coup, comme je l'ai fait avec The Mandalorian.

Chilling Adventures of Sabrina 
Saison 4

Les nouvelles aventures de Sabrina imagine l’origine des aventures de Sabrina l’apprentie sorcière comme une sombre histoire axée sur le passage à l’âge adulte à travers l’horreur, les sciences occultes et bien sûr la sorcellerie. Sabrina lutte pour concilier sa double nature – mi-sorcière, mi-mortelle – tout en s’opposant aux forces du mal qui la menacent elle, sa famille et le monde des mortels. 

Vous le savez, j'ai du mal quand les séries traînent en longueur et parte de plus en plus en cacahouète... La troisième saison des aventures de Sabrina m'avait passablement ennuyée et j'avais une appréhension par rapport à celle-ci.
Mais quand j'ai appris que ça serait la dernière, j'ai eu une petite bouffée d'espoir. Peut-être que ça ne serait pas si mauvais que ça finalement.

Sincèrement, il y a eu du bon et du moins bon dans cette saison. On ne va pas se mentir, le coup des abominations c'était un peu too-much, mais iels ont tout de même réussi à en tirer quelque chose de montrable.
J'ai aussi énormément adoré le clin d'œil à la série originale qui nous est fait dans un des épisodes. Je me demande si les ados qui regardent cette série aujourd'hui auront chopé la référence ou pas. J'en doute.

Bref, je suis contente que cette série soit terminée. La série se clôture d'une manière logique et émouvante, sans en faire des caisses. 
Une saison de plus aurait sûrement été la goutte d'eau.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci pour votre commentaire et votre passage sur mon blog ! A bientôt :D