jeudi 18 octobre 2018

Annie Sullivan & Helen Keller - Joseph Lambert


Née en 1880 dans l’Alabama, la petite Helen Keller devient aveugle et sourde à l’âge de dix-neuf mois, suite à une maladie. Elle se trouve alors dans l’incapacité de communiquer avec son entourage, si ce n’est avec quelques gestes maladroits. 
Sa vie va être bouleversée l’année de ses six ans, quand ses parents engagent Annie Sullivan comme préceptrice. Elle-même malvoyante, celle-ci a appris à enseigner la langue des signes à l’Institut Perkins pour les aveugles. Elle va prendre en charge l’éducation d’Helen Keller, et, au fil des mois, réussir non seulement à établir un contact avec l’enfant, mais aussi à lui apprendre la langue des signes, puis l’écriture. Les deux femmes resteront amies à vie. 
Annie Sullivan et Helen Keller relate l’histoire de cette extraordinaire rencontre. Une véritable leçon d’humanité, magnifiquement dessinée par Joseph Lambert.

Achetée par ma collègue pour la bibliothèque, j'ai été intriguée par cette BD pendant que j'étais en train de la catalographier.
La couverture étant déjà très belle, ce sont les premières planches qui m'ont accroché et qui m'ont donné envie d'en découvrir plus.

Si j'avais déjà vaguement entendu parler d'Helen Keller, mes connaissances à son propos étaient assez vagues: je savais qu'elle était aveugle et sourde et qu'elle était assez connue, mais ça s'arrêtait là.
Cela faisait une raison supplémentaire de me pencher sur cette BD.


Il faut avouer que le style de dessin est plutôt particulier. C'est un trait auquel on est finalement assez peu habitué dans la BD "traditionnelle".
Cependant, avec son style si particulier, Joseph Lambert a su trouver une façon très belle et très intelligente de nous partager le quotidien d'Helen, notamment grâce à ces cases noires agrémentées par les perceptions de la fillette. 
C'est incroyablement bien fait et cela permet au lecteur de mieux appréhender la situation de cette dernière.

Pour ce qui est de l'histoire, elle est totalement biographique et raconte le quotidien d'Helen et de sa préceptrice Annie Sullivan. 
Si au départ rien n'était joué, les deux jeunes femmes ont su petit à petit s'apprivoiser pour finalement parvenir à une entente qui leur permettra de s'aider l'une l'autre. Entente qui finira par se muer en une véritable amitié.
L'histoire se centre évidemment sur Helen, mais on en apprend également beaucoup sur la vie et l'enfance difficile d'Annie.


On sent dans cette BD, la volonté de l'auteur de rendre justice à ces deux femmes exceptionnelles. On imagine toutes les recherches qu'il a dû faire afin de créer sa BD.
Celle-ci se termine d'ailleurs par quelques pages de notes explicatives sur certains passages de la BD, ainsi que sur ses divers protagonistes.

En bref, Annie Sullivan & Helen Keller est une très belle BD, douce et tendre, même si certains passages peuvent nous faire grincer des dents par rapports aux réflexions de certains personnages. 
A aucun moment on ne sombre dans le pathos ou l'apitoiement, alors que la frontière et mince entre ceux-ci et la justesse que l'auteur est parvenu à donner à son livre.


Les infos utiles 

Parution: 23 octobre 2013 - Editions Cà et là
La BD a reçu le Prix Eisner en 2013
Elle a également fait partie de la sélection officielle du Festival d'Angoulême en 2014

mardi 16 octobre 2018

A un cheveu - Lise Syven


L’amour et la popularité, ça ne tient parfois qu’à un cheveu… 
En terminale dans un lycée parisien, Matthéo était un garçon tout à fait ordinaire… jusqu’à ce que la calvitie s’installe. Depuis, sa vie est un enfer. Non content d’être la bête noire du lycée, Matthéo a perdu tout espoir d’attirer l’attention de la belle Suraya. 
Résolue à l'aider, sa cousine le force à essayer un postiche, et, là, c’est la transformation : il est carrément craquant ! 
Pourtant, pas question de porter ses nouveaux cheveux au lycée : en attendant d’être à la fac, dans une ville où on ne le connaît pas, il en profitera pendant le weekend. C'est décidé : il se fait passer pour Paul, le cousin de Matthéo le loser. Peut-être que lui saura plaire à Suraya…

Depuis mon immense coup de coeur pour sa trilogie La Balance Brisée, je suis à l'affut des romans de Lise Syven (oui bon, je n'ai pas encore pris le temps de me lancer dans Saving Paradise, mais ça va venir).
Alors quand j'ai lu le pitch de A un cheveu, autant vous dire que j'étais impatiente de le découvrir ! Sans surprise, ce livre fut un véritable coup de coeur !

Alors qu'il aurait pu être un ado tout à fait banal, Matthéo a la malchance de souffrir d'alopécie précoce: il perd ses cheveux et cela fait de lui la risée du lycée.
En plus des moqueries, notre jeune héros doit subir les railleries et autres coups de Jasper, la brute de l'école qui a décidé de faire de lui son bouc émissaire.
Entre sa calvitie et le harcèlement scolaire qu'il subit, Matthéo se renferme peu à peu sur lui-même et ne trouve de réconfort que dans Space and Daemons, un MMORPG où il peut enfin faire tomber ses barrière et être lui-même.

En plus de Matthéo, il y a sa cousine Andréa qui emmène le roman encore plus loin. Hébergée par les parents de ce dernier, Andréa constitue une véritable bouée de sauvetage pour l'adolescent. Mais l'inverse est également vraie.
Andréa comme Matthéo sont des personnages très profonds et complexes. On sent que l'autrice a mis tout son coeur à les créer, les imaginer et à les rendre on ne peut plus humains.
La dynamique créée par ce duo donne au roman un rythme soutenu, qui fait que le lecteur n'a jamais envie de le lâcher.
Le reste de la famille n'est pas en reste non plus et nous offre un tableau familial parfois cocasse, mais surtout uni.

A travers ce nouveau roman, l'autrice aborde énormément de thèmes importants et d'actualité. Entre la dénonciation du harcèlement scolaire (qui était déjà son cheval de bataille dans Phénoménale), tolérance, féminisme, homosexualité et amitié, ce livre est porteur de valeurs très importantes, d'autant plus lorsqu'elles sont mises en avant en littérature jeunesse.  

Avec beaucoup d'humour et de jeux de mots capillotractés, Lise Syven nous offre une vraie leçon de vie, de tolérance et d'estime de soi. A l'instar de La lune est à nous de Cindy van Wilder, A un cheveu  est un vrai condensé de bienveillance qui devrait être mis dans les mains de tous les ados, afin de leur faire prendre conscience que les mots peuvent blesser autant voire plus que des coups et que la différence est une richesse, plutôt qu'une chose dont il faut avoir honte.

Si avec tout ça je ne vous ai pas convaincu de vous jeter sur ce roman, je ne sais pas ce que je peux faire de plus pour vous.


Les infos utiles

Le site de Lise Syven
Sa page Facebook
Son Twitter
Parution: 19 septembre 2018 - Castelmore

dimanche 14 octobre 2018

Sunday's Books #215


Une nouvelle semaine pour le Sunday's Books, initié par Saefiel. Pour le récapitulatif, c'est chez elle que ça se passe !

Blabla

Hello les amis !

Tout d'abord, je suis désolée de vous avoir abandonné cette semaine et de n'avoir même pas publié de Sunday's Books la semaine dernière 🙊
Entre les Halliennales le samedi et le montage de ma nouvelle garde-robe le dimanche, je n'avais vraiment plus aucune énergie à consacrer au blog 😴😴
Ensuite je me suis rendue compte que la semaine allait être assez hard au boulot et que je n'aurais certainement pas envie de m'occuper du blog le soir en rentrant... Je me connais décidément très bien

Résumons donc ce que vous avez loupé durant mon absence:
Samedi passé c'était donc les Halliennales. J'y étais en compagnie de Caladhiel et Mallou et sur place nous avons évidemment retrouvé notre chère Cindy (et sa maman), ainsi que Gilwen et l'Ogre Charmant. Quelle team de choc, n'est-ce pas ? 😉
Durant ce très chouette salon, nous avons eu l'occasion de papoter avec Lise Syven, Nadia Coste et Franck Dive 💖


D'ailleurs j'ai été hyper raisonnable, car je n'ai craqué que pour un seul livre ! Par contre, le boulet que je suis avait prêté ses exemplaires de Terre de Brume et des Sœurs Carmine, donc je n'avais quasiment rien à faire dédicacer 😅
#Teamboulet
Mais ce n'est pas si grave, car j'ai tout de même pu faire signer Mulberry Tree à Cindy.

Après cette très chouette journée, le dimanche c'était donc montage de garde-robe. Et je peux vous dire que c'était sport !
Déjà, il a fallu trouver la notice de montage sur le net, car nous n'avions qu'une seule page sur 3... Très pratique, sachant que cette page était la 2e. Je vous jure, on était gâté ! 😭😭
Et ensuite, même avec la notice de montage, tout ne fut pas toujours simple. On a eu fini assez tard.

Et puis, ma semaine de boulot a été plutôt intense, entre les visites du bibliobus dans les classes, les soucis administratifs et enfin notre opération de destockage du vendredi.
Il a fallu déballer une centaine de caisses et exposer les livres afin que les gens puissent se servir. Nous avons déballé tout l'après-midi et nous avons terminé notre journée à 21h30.
Sachant que nous avions commencé à 8h30, ça en fait des heures passées au boulot 😳😴

Et évidemment, en plus de ça, il a fallut se lever samedi pour aller bosser et il va falloir aller voter aujourd'hui... 😅
Heureusement que j'ai pris congé de lundi à mercredi la semaine prochaine, sinon je pense que j'étais bonne à ramasser à la petite cuillère !

Allez, j'ai assez blablaté, je vous laisse regarder ce que j'ai lu et reçu durant ces deux semaines 😉

Des bisous 😘😘


Mes lectures

Ce que j'ai lu durant ces deux semaines




J'ai terminé le roman de Lise, dévoré en 2 soirée celui de Diglee et emprunté une superbe BD au boulot.
J'ai également lu la suite de deux mangas que j'aime beaucoup 😉

Ce que je suis en train de lire


Je pense commencer ce tome 3 ce soir ou lundi, suivant le déroulement de la journée
(mais je pense que ce sera demain 😅)

In My Mailbox

Mon achat aux Halliennales 😊

Et mes dernières réceptions Dupuis, Dargaud et Kennes 😊




Lifetime

Ce que j'ai aimé sur les autres blogs !

L'avis de Mallou14 sur Autant en emporte la musaraigne
La chronique de Marinette sur la version conte interdit du Chaperon Rouge
Cet article trop choupi chez Ma vie de papa gay
L'avis de Lirado sur la BD Dans la combi de Thomas Pesquet
L'avis d'Echos de Mots sur Terre de Brume

Sur le blog 

Les derniers articles

vendredi 5 octobre 2018

Red Rising, tome 4: Iron Gold, partie 1 - Pierce Brown


« Je ploie sous le fardeau du chaos que j’ai déchaîné. » 
Après dix années de guerre, Darrow ne croit plus à la paix. 
Le Système solaire reste, plus que jamais, déchiré ; les morts n’ont de cesse de s’empiler. 
Sa révolution, sa faute. 
C’est là que le destin du Faucheur croise celui de trois âmes meurtries. 
Une Rouge, pour qui la libération a été à double tranchant. 
Un Gris, endeuillé, prisonnier de son passé. 
Un Or, exilé, qui erre dans la galaxie… 
Ce sont désormais les chaînes du passé qu’il faudra parvenir à briser.

J'en avais suffisamment parlé à l'époque pour que vous soyez au courant, j'ai eu un énorme coup de coeur pour la trilogie Red Rising de Pierce Brown.
L'auteur avait su ménager son suspense et me surprendre du début à la fin.
Depuis l'annonce de la publication d'Iron Gold, j'étais comme un enfant attendant le matin de Noël: parfaitement intenable ! 
Dès lors, vous vous doutez bien que le livre n'a pas tenu deux jours entre mes mains.

Nous sommes donc dix ans après la chute de la Maison Lune. Mais plutôt que la paix tant espérée par Darrow et son entourage, ce sont dix années de guerre ininterrompue qui viennent de s'écouler.
Notre héros est las de tout cela et n'aspire qu'à une seule chose: la chute du Seigneur Cendré. Cependant, il va rapidement se rendre compte que ce n'est peut-être pas ce à quoi aspire la République qu'il a contribué à créer.
Darrow va devoir continuer à se battre pour ses convictions, mais les amis d'autrefois seront peut-être les ennemis d'aujourd'hui...

Comme d'habitude avec l'univers de Pierce Brown, j'ai énormément apprécié ma lecture, même si la décision des éditions Hachette de publier un seul tome VO en deux parties pour la version VF me reste un peu en travers de la gorge. On ne m'ôtera pas de l'idée que l'objectif derrière ceci était seulement pécuniaire.
Alors que l'on était habitué à s'enfiler quelques 600 pages avec les trois précédents tomes, on se retrouve ici avec à peine la moitié à lire.
Autant vous dire que ma frustration était à son comble...

Néanmoins, j'ai été agréablement surprise par la tournure des événements et par les choix faits par l'auteur. Darrow et ses acolytes vont devoir déployer tout leur savoir-faire et leurs meilleures stratégies pour mener leurs projets à bien.
Et quelque chose me dit que tout ne va pas toujours se passer comme prévu.

Au point de vue de Darrow s'ajoute celui de trois autres personnages. Il y a Lyria, une réfugiée Rouge déçue par les promesses non-tenues de la République, Ephraïm un bandit Gris englué dans une affaire difficile et enfin Lysandre, le petit fils d'Octavia au Lune obligé de vivre sous une fausse identité.
Ces trois nouveaux protagonistes n'ont rien en commun, et pourtant on pressent que leurs différentes histoires sont entremêlées et qu'elles finiront par se rejoindre à un moment ou à un autre.

En conclusion, après une trilogie explosive et rondement menée, Pierce Brown arrive une nouvelle fois à surprendre ses lecteurs avec les différents retournements de situations disséminés dans ses romans.
Je n'ai qu'une seule hâte: me procurer la seconde partie d'Iron Gold afin de satisfaire mon appétit de lectrice !

Les infos utiles

Le site de Pierce Brown
Sa page Facebook
Son Twitter
Son Instagram
Ma chronique du tome 1
Ma chronique du tome 2
Ma chronique du tome 3
Parution VO: 16 janvier 2018 - Del Rey Books
Parution VF: 12 septembre 2018 - Hachette
Tome 4, partie 1: 10 octobre 2018 - Hachette


mardi 2 octobre 2018

Top Ten Tuesday #179


Et voici un nouveau Top Ten !

Pour rappel, même si je me demande si c'est encore nécessaire, le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire initié par The Broke and the Bookish, repris en français par Iani sur son blog et maintenant repris par Frogzine.

Le thème de cette semaine est: 10 livres à la couverture argentée ou dorée.


Ok, cette fois-ci le thème m'inspire, et pour cause, je viens justement de terminer Iron Gold de Pierce Brown, qui comme son titre l'indique, possède une couverture dorée.
Et tant qu'à y être; autant directement parler du deuxième volume qui s'appellera toujours Iron Gold, mais qui aura cette fois une couverture argentée. 
On aime !


Toujours dans mes lectures récentes, il y a Rouille de Floriane Soulas qui a une très jolie couverture dans les tons dorés et argentés.
De plus, l’histoire est amplement à la hauteur de la couverture.



Ensuite, je ne pouvais décemment faire ce top sans évoquer Les Héritiers, le premier tome des Outrepasseurs de Cindy van Wilder qui a une couverture dorée et le tome 2 La Reine des Neige qui a une couverture argentée.
De vraies pépites !


En parlant de pépites, je ne peux pas passer à côté de la superbe trilogie Prince Captif de C.S. Pacat dont les trois tomes ont des couvertures à la fois dorées et argentées.
En passant, je ne peux que vous inciter à lire cette trilogie qui est vraiment géniale !


Toujours avec une couverture dorée, il y a Je suis ton soleil de Marie Pavlenko. Sa couverture peps avec ses macaronis colle parfaitement avec l'histoire légèrement décalée et pleine de bonne humeur.
Un livre que je conseille absolument !


On continue dans le doré avec le dernier tome de la saga Artemis Fowl d'Eoin Colfer. Une très belle conclusion pour une saga qui aura bercé toute mon adolescence..


En parlant d'adolescence, même si ce tome-ci est sorti bien après la mienne, il y a Harry Potter and the Cursed Child qui a une couverture dorée


En BD il y a Confession d'une Glitter Addict de Diglee. J'aime beaucoup cette autrice/illustratrice, je trouve que ses BD sont vraiment géniales et ses dessins magnifiques !
En plus, son premier roman m'a vraiment beaucoup plu, j'ai hâte de pouvoir lire la suite !


Allez, on triche un tout petit peu avec Vertige le deuxième tome de la saga Inaccessible de Katharine McGee qui a une couverture argentée et dorée. Ou en tout cas, à peu de chose près.


Et on termine avec un livre à la couverture argentée: Charme de Sarah Pinborough. Il s'agit du deuxième tome de la trilogie Contes des Royaumes de l'autrice.
Cela fait déjà quelques années que je les ai lu, mais j'en garde un très bon souvenir. J'avais trouvé que la réécriture de ces contes était très bien trouvée.