dimanche 17 janvier 2021

Sunday's Books #317

 


Blabla

Hello les amis !

Finalement cette semaine de boulot aura été moins pénible que prévu et c'était plus que bienvenu 😊
Bon, il faut dire que j'avais pris congé mercredi, ça aidé déjà pas mal 😅
J'ai d'ailleurs profité de ce jour de congé pour aller faire un peu de shopping (prévu et imprévu) et j'ai encore bien fait chauffer la carte de banque... Il va falloir que je commence à me calme sur les achats ce mois-ci 😅
Bon, évidemment il y avait des livres dans ces achats, mais ce n'est pas ce qui m'aura le plus plombé le budget... Perdre du poids ça n'aide pas à faire des économies puisque j'ai craqué sur une superbe veste en similicuir noire 😍😍
Je l'aime 💖

Sinon en matière de lecture je suis plutôt contente de mon petit bilan hebdomadaire et vu les réception de cette semaine, celui à venir risque d'être fort rempli aussi 😁
Après deux semaines à ne pratiquement rien recevoir, là je me prends quand même un +11 dans ma PAL 😱📚
Bon, en vrai ce n'est plus qu'un +10 vu que j'ai déjà lu le dernier tome de The Promised Neverland... Mais quand même, ça en fait des bouquins à lire 😅
Pas que je m'en plaigne hein, rassurez-vous 😁

Allez, là-dessus je vous laisse, je vais aller essayer de faire baisser cette fameuse PAL de la mort 😂
J'espère que le week-end se déroule bien chez vous aussi.
Qu'est-ce que vous avez fait/avez prévu de faire ? Dites-moi tout !

Des bisous 😘😘


Mes lectures

Ce que j'ai lu cette semaine

J'ai parcouru le recueil d'entretien de La Poudre qui était très intéressant et qui m'a donné envie de découvrir plein d'autrices de talent. Ensuite j'ai dévoré le tome 17 de The Promised Neverland le jour même de mon achat car je voulais absolument savoir ce qui s'y déroulait 😁
Enfin j'ai lu Izzie Nobody, un roman à paraître en février chez Gulf Stream qui était assez touchant mais qui ne m'a pas laissé un souvenir impérissable.

   Ce que je suis en train de lire
Je commence Le chant d'Achille que j'ai envie de lire depuis un bon moment 😊

In My Mailbox

Grosse semaine en matière de réception ! 😅📚📚
J'ai reçu une tonne de SP venant de chez Casterman et Dargaud, j'ai craqué sur deux livres en librairies et j'ai reçu des livres de la part de la compagne de mon père
J'ai de quoi voir venir ! 😅

Lifetime

Ce que j'ai lu sur les autres blogs

L'article de Mallou14 sur Elinor Jones
Celui de Gilwen sur les romances de Noël
La chronique de Scarlett sur Anne of Green Gables
Celle de Marinette sur Les indésirables

Sur le blog 

vendredi 15 janvier 2021

DanMachi : La légende des Familias, tome 11 - Fujino Omori


La réputation de Bell est au plus bas : il a perdu la confiance des habitants de la Cité-Labyrinthe en sauvant Wyne et il souffre du mépris, de l'hostilité que tous déversent sur lui. 
"N'aie pas peur, tu n'es pas perdu, tu as peut-être égaré quelque chose en chemin, mais regarde autour de toi et vois ce qu'il te reste." 
Soutenu par les liens qu'il a forgés au cours de ses rencontres, il conserve sa détermination et se prépare à agir avec ses camarades, avec qui il met au point un plan pour ramener les Xenoi, piégés dans le quartier de Daidalos devenu un champs de bataille, à l'abri dans le donjon. Mais la Familia de Loki se dresse sur son chemin. 
En s'aidant des connaissances du Sage, il va devoir lutter contre la stratégie du Braver et la volonté des dieux, avant de relever le défi lancé par le monstre noir, pour enfin redevenir lui-même.

Ce onzième tome reprend exactement là où le précédent s'arrêtait. Les Xenoí sont toujours à la surface et doivent coûte que coûte retourner à l'intérieur du Donjon, avant que les aventuriers ne les retrouvent - et les massacrent.

Mais pour ce faire, ils vont une nouvelle fois devoir faire appel à Bell et à sa Familia, alors que la réputation du garçon est au plus bas à cause des événements survenus un peu plus tôt.
C'est une affaire délicate qui se joue, car Bell souhaite rester fidèle à la parole qu'il a donnée à ses ami·es, mais en contrepartie risque de devenir un paria.

Encore une fois, j'ai adoré la manière dont l'auteur nous présente les choses. J'ai été totalement prise dans l'histoire dès que j'ai posé mes yeux sur les premières lignes et j'ai eu du mal à m'en détacher, si bien que j'ai terminé le roman en à peine deux jours.

La manière ingénieuse dont le plan entier se met en place n'est pas sans rappeler celle des War Games, mais quelques petites touches d'originalité ça et là nous permettent de ne pas assister à un simple copier-coller. 
J'ai malgré tout été moins surprise par le retournement de situation se déroulant à la fin du tome, mais peut-être est-ce que je m'habitue aux ficelles de Fujino Omori.

Quoi qu'il en soit, ce passage ne remet absolument pas en cause mon amour pour cette saga et a le mérite de régler différents problèmes qui se posaient depuis trois tomes.
Je suis également curieuse de savoir de quelle manière la suite va se dérouler. Si je disais dans ma précédente chronique que le tome 10 était un tome charnière, je revois aujourd’hui ma copie en disant que c'est celui-ci qui porte cette responsabilité.

Il me tarde donc de découvrir le prochain tome, car pas mal de choses sont restées en suspens et d'autres ne vont certainement pas tarder à faire leur apparition.
Je suis en tout cas au taquet pour la parution du tome 12. J'espère qu'elle ne se fera pas désirer trop longtemps !


Les infos utiles

Ma chronique du tome 1
Ma chronique du tome 2
Ma chronique du tome 3
Ma chronique du tome 4
Ma chronique du tome 5
Ma chronique du tome 6
Ma chronique du tome 7
Ma chronique du tome 8
Ma chronique du tome 9
Ma chronique du tome 10
Parution: 19 novembre 2020 - Ofelbe Editions

mercredi 13 janvier 2021

Chroniques de San Francisco, tome 7: Michael Tolliver est vivant - Armistead Maupin


Aujourd’hui, Michael Tolliver est plus vivant que jamais. Il a rencontré l’amour, et mène une vie heureuse au côté de son jeune mari. 
Mais la maladie ressurgit, et Michael doit choisir entre les deux femmes de sa vie: ira-t-il au chevet de sa mère biologique, qui refuse depuis toujours son homosexualité, ou choisira-t-il San Francisco et Anna, sa mère spirituelle, qui souffre et réclame sa présence ?

Décidément ce début d'année 2021 se fait sous le soleil de San Francisco. En matière de lecture du moins vu qu'on ne peut pas voyager physiquement, car après avoir découvert l'adaptation BD du premier tome, j'avais très envie de me replonger dans cette saga que j'aime particulièrement.

L'histoire se déroule bien des années après Bye-bye Barbary Lane et tous nos personnages adorés ont pris de l'âge. Miachel a maintenant 55 ans, est marié et vit toujours à San Francisco, même si ce n'est plus à Barbary Lane puisque la maison a été vendue quelques années plus tôt, suite aux problèmes de santé d'Anna Madrigal.

J'ai trouvé ce tome beaucoup plus posé et sérieux que ses prédécesseurs. Peut-être est-ce dû changement de narration, qui nous fait passer d'une série décrite à la troisième personne à un livre écrit du seul point de vue de Michael ?
Quoi qu'il en soit ce n'était pas une mauvaise chose, car j'ai dévoré ce roman aussi rapidement que les autres et j'y ai retrouvé ce que j'aime dans les Chroniques de San Francisco.

Car même si au fil du temps le côté absurde de la saga s'est quelque peu effacé pour laisser place à des sujets plus délicats, il reste toujours ce petit côté grivois qui apparaît quand on s'y attend le moins. Et ici, clairement, je ne m'y attendais pas ! Cela m'a d'ailleurs valu un magnifique fou-rire durant ma lecture.

Mais c'est ce que j'aime et ce que je recherche dans cette lecture. Le côté décalé mais réaliste des événements qui s'enchaînent sans que cela soit guidé par une quelconque logique. C'est ce qui rend cette saga si tendre, drôle et chaleureuse.

Ainsi, comme à chaque lecture je me suis laissée emportée par ce septième tome et je n'ai pas vu les pages défiler. J'ai passé un agréable moment en compagnie des (ex) habitants de Barbary Lane, si bien que j'ai de plus en plus l'impression de faire partie de cette drôle de famille.


Les infos utiles

Le site d'Armistead Maupin
Sa page Facebook
Son Twitter
Ma chronique du tome 1
Ma chronique du tome 2
Ma chronique du tome 3
Ma chronique du tome 4
Ma chronique du tome 5
Ma chronique du tome 6
Parution VO: Michael Tolliver Lives - 12 juin 2007 - Harper & Row
Parution VF: 23 avril 2009 - Editions Points

lundi 11 janvier 2021

Blanc Autour - Wilfrid Lupano et Stéphane Fert


1832, Canterbury. 
Dans cette petite ville du Connecticut, l'institutrice Prudence Crandall s'occupe d'une école pour filles. Un jour, elle accueille dans sa classe une jeune noire, Sarah. La population blanche locale voit immédiatement cette « exception » comme une menace. 
Même si l'esclavage n'est plus pratiqué dans la plupart des États du Nord, l'Amérique blanche reste hantée par le spectre de Nat Turner: un an plus tôt, en Virginie, cet esclave noir qui savait lire et écrire a pris la tête d'une révolte sanglante. Pour les habitants de Canterbury, instruction rime désormais avec insurrection. Ils menacent de retirer leurs filles de l'école si la jeune Sarah reste admise. 
Prudence Crandall les prend au mot et l'école devient la première école pour jeunes filles noires des États-Unis, trente ans avant l'abolition de l'esclavage.

Ayant adoré Morgane et Peau de Mille Bêtes, j'étais plus qu'impatiente de découvrir le nouveau titre de Stéphane Fert. J'étais d'autant plus emballée lorsque j'ai appris que celui-ci était scénarisé par Wilfrid Lupano. L'association de ces deux auteurs que j'apprécie ne pouvait être que bénéfique !

Cette fois-ci c'est au racisme, à la ségrégation raciale et au féminisme qu'ils s'attaquent. Et je dois dire que pour des personnes non-concernées directement par ces sujets, ils s'en sortent vraiment bien.
L'histoire - tirée de faits réels - raconte le quotidien de l'école pour filles tenue par Prudence Crandall qui connaît un sacré rebondissement lorsque cette dernière accueille une jeune fille noire dans sa classe.
Outrés par cet acte qu'ils jugent indécent, les parents des écolières décident de les retirer de l'établissement, permettant sans le savoir (ni le vouloir) la création de la première école pour jeunes filles noires aux Etats-Unis. Ironique n'est-ce pas ?

Cette histoire a beau se dérouler durant la première moitié du XIXe siècle, elle est tout de même drôlement d'actualité. Car même si l'esclavage a été aboli depuis plus d'un siècle, le racisme est lui encore bien présent dans notre société. 

Mais plus qu'un récit sur le racisme, celui-ci est également un récit de sororité. Car même si elles ont en commun la couleur de leur peau (et encore, c'est tellement réducteur), les filles de l'école Crandall sont toutes plus différentes les unes des autres. Que ce soit au niveau de leur caractère, leur parcours de vie ou de leur croyances elles ne se ressemblent pas. Mais elles vont apprendre les unes des autres et se soutenir, quelles que soient les circonstances.
Blanc Autour est typiquement le genre de BD que j'ai envie de lire et qui me parle énormément, que ce soit au niveau des sujets traités que des dessins.
Comme je le disais plus haut, j'apprécie le travail de Stéphane Fert car je trouve ses dessins superbes. Il a une manière bien particulière de construire ses personnages, qui change de ce qu'on a l'habitude de voir dans la BD dite "traditionnelle".

C'est en effet très agréable d'avoir pour une fois une représentation diversifiée du corps féminin. Avec Stéphane Fert on est loin des héroïnes longilignes et stéréotypées. Ici les formes peuvent être présentes voire plantureuses, les corps grands, petits ou moyens, les poitrines généreuses ou menues... Bref, on est enfin sur une représentation des corps plus réaliste que ce à quoi on nous a biberonné depuis des années. Et c'est extrêmement rafraîchissant !
En conclusion, Blanc Autour est une BD que je vous recommande vivement ! Un album mené par deux auteurs de talent et sublimé par un graphisme saisissant. Un récit fort, à la fois féministe, militant et inclusif, comme on aimerait en lire plus.


Les infos utiles

Le tumblr de Stéphane Fert
Sa page Facebook
Son Instagram
Ma chronique de Peau de Mille Bêtes
Ma chronique de Morgane
Parution: 15 janvier 2021 - Dargaud
Illustrations: Blanc autour par Wilfrid Lupano et Stéphane Fert © Dargaud 2021

dimanche 10 janvier 2021

Sunday's Books #316


Blabla

Hello les amis !

Décidément les week-end se suivent et ne se ressemblent pas 😅
Car ce dimanche, je teste le nettoyeur vapeur que j'ai acheté en solde ce vendredi, sur les conseils de ma collègue... Mon dieu je deviens vieille 😂
Se réjouir de ce genre de chose, c'est vraiment la preuve qu'on n'a plus vingt ans 😆

En parlant de se réjouir de petites choses... Ca y est, on a de nouveau du chauffage au boulot 🎉🎉🎉
Après tout, il n'était en panne que depuis mai 2019... Je ne vois pas de quoi on se plaignait 😶
Oui je suis ironique, mais en ce moment mes conditions de travail me pèsent tellement qu'il faut bien en rire (ou du moins essayer) pour tenir le coup...
Mais à croire certain·es de mes responsables je me plains pour rien alors... 
Bref, passons à des sujets plus réjouissants, parce que sinon je risque de tout déballer et ça pourrait m'attirer des ennuis.

La semaine passée je vous disais que les excès des fêtes avaient été rudes et que je ne rêvais que de légumes 😉 C'est donc avec joie que j'ai refais des soupes et que j'ai mangé plus sainement durant la semaine écoulée et ça m'a fait un bien fou !
J'ai aussi repris mes séances de vélo d'appartement que j'avais laissées un peu de côté au seul profit de FizzUp et je dois bien dire que reprendre ces petites séances les mardis et jeudis me fait énormément de bien aussi 😁
Et puis ça me donne une bonne grosse dose d'énergie avant d'aller travailler et en ce moment je ne crache pas sur un petit coup de pouce 😉
Tout ça pour dire qu'en plus de me donner la patate, cette reprise a également été bénéfique pour mon corps puisque j'ai réussi à perde le petit kilo superflu que j'avais pris durant les fêtes 😁
Il n'y a pas de petite victoire 😊
Evidemment les chiffres tous seuls ne veulent rien dire, il faut les analyser avec tout le reste (les mesures, les muscles, etc.) mais il faut dire ce qui est: les voir redescendre ça fait toujours plaisir 😉
Après, comme je l'ai dit dans mon bilan personnel, je ne me mets pas de pression inutile car c'est le meilleur moyen de se mettre des bâtons dans les roues, mais si j'arrivais à descendre en-dessous de la barre des 70kg cette année, ça me satisferait pleinement 😊
Et vu que je ne suis plus qu'à 72kg, ce pari me semble tout de même réalisable 😉

Allez, trêve de bavardage, il est temps que j'aille tester mon nouveau jouet et que mon appart soit blinquant 😁😁

Des bisous 😘😘


Mes lectures

Ce que j'ai lu cette semaine

J'ai terminé Michael Tolliver est vivant en une journée, pour ensuite me lancer dans la lecture des tomes 2 et 3 de la BD Holly Ann que j'apprécie énormément pour ensuite finir avec le tome 11 de DanMachi 😊
Une semaine bien productive 😉

   Ce que je suis en train de lire
Je me lance dans la lecture de la retranscription des épisodes du podcast La Poudre, consacré aux écrivaines et musiciennes 😊

In My Mailbox

Pas de réception cette semaine 😉

Lifetime

Ce que j'ai lu sur les autres blogs

L'avis de Mallou14 sur le premier tome de Grisha
Celui de Saiwhisper sur L'année de Grâce
Celui de Marinette sur les Nouvelles chroniques de San Francisco
La chronique de Doris sur Normal(e)

Sur le blog