lundi 20 janvier 2020

Chroniques de San Francisco, tome 5: D'un bord à l'autre - Armistead Maupin


On avait quitté la petite communauté du 28, Barbary Lane en plein mélodrame social. Brian et sa journaliste d'épouse étaient au bord de la rupture, tout juste réconciliés par l'arrivée miraculeuse d'un enfant et par le réconfort de leur logeuse, Mme Madrigal, la quasi cosmique transsexuelle et mère poule virtuelle. 
Brian et Mary Ann habitent désormais le 23e étage du Summit, une tour dominant Barbary Lane et convenant mieux à l'ambitieuse présentatrice de talk-show. Michael alias Mouse vit toujours dans la résidence où Mme Madrigal cultive avec amour son verger hallucinant et où Brian vient régulièrement se confier à ses amis. 
L'arrivée d'un neveu imberbe et vierge va fournir à Brian l'occasion de retrouver une récente conquête. Découvrant que celle-ci est séropositive, il décide de passer le test. S'ensuivent dix jours d'angoisse et de folies que Brian va vivre avec Mouse et son nouvel amour, un beau sudiste musclé.

Les lectures se suivent et ne se ressemblent pas. Cela faisait un petit moment que je ne m'étais pas plongée dans un tome des Chroniques de San Francisco, et là l'occasion s'est présentée. Juste après avoir terminé Djihad Online, j'avais besoin de décompresser et de me réfugier dans une lecture doudou. Ce tome 5 tombait à pic !

Ce cinquième tome est un peu différent des précédents, puisqu'ils s'intéresse énormément à Mouse et Brian, ainsi qu'à Dede et D'or en laissant de côté Mary Ann et Madame Madrigal.
C'est un peu dommage, puisqu'on avait l'habitude de les suivre tous ensembles dans les tomes précédents.
En plus de nos héros, une partie de l'histoire se concentre sur Booter, le nouveau mari de Frannie et Wren, une jeune femme plutôt intéressante.

Une fois encore, Armistead Maupin apprécie de faire tourner ses personnage en bourrique et il n'y va évidemment pas avec le dos de la cuillère. C'est à se demander si nos héros auront un jour une vie normale...
Mais c'est évidemment ce qui fait tout le charme de cette saga: les aventures farfelues et les bons mots des divers protagonistes. Je regrette cependant le petit grain de folie supplémentaire qui caractérisait si bien les trois premiers tomes.
Par rapport à ceux-ci, les tomes 4 et 5 paraissent plutôt gentillets.

Mais ce n'est finalement pas si grave, puisque le ton des romans reste très léger et que c'est typiquement ce que l'on recherche avec ce type de lecture.

Cependant, malgré le ton volontairement gai - très mauvais jeu de mot, mais j'assume - ce tome traite un peu plus des ravages du VIH. On commence à sentir les prémices de ce que donneront la fin des années 80 et le début des années 90 avec l’avènement du mouvement Act Up.

En bref, les Chroniques de San Francisco continuent de m'emporter et de me faire décompresser quand j'en ai besoin et rien que pour cela, je suis contente de m'être lancée dans l'aventure. C'est avec délice que je me plonge dans chaque nouveau tome et que je retrouve mes personnages chéris.


Les infos utiles

Le site d'Armistead Maupin
Sa page Facebook
Son Twitter
Ma chronique du tome 1
Ma chronique du tome 2
Ma chronique du tome 3
Ma chronique du tome 4
Parution VO: Significant Others - 1987 - Harper & Row
Parution VF: 5 avril 2001 - Editions 10-18

dimanche 19 janvier 2020

Sunday's Books #270


Une nouvelle semaine pour le Sunday's Books, initié par Saefiel.

Blabla

Hello les amis !

Oui je sais, cet article est très en retard, mais je viens seulement de rentrer de ma journée en compagnie de ma Drama Police adorée 💖💖
Ceci explique cela 😁

J'ai encore passé une magnifique journée en leur compagnie, composée d'apéro, de Secret Santa, de Bad Bitches Only, de quiche, de tiramisu, de discussions hyper ouvertes et de fou-rire. Que demander de plus ? 😉

Et franchement, après la semaine de merde que j'ai passé au boulot, il me fallait bien ça ! Purée, j'espère que les semaines à venir seront moins pénibles, sinon je ne vais pas tenir l'année !

Bref, tout ça pour dire que j'aurais tout de même passé un très bon week-end pour compenser ma semaine, et que celle qui arrive s'annonce plutôt sympa, puisque demain je fais ma séance d'essai de Roller Derby (j'ai tellement hâte !! 😁😁) et ce week-end nous fêterons les 20 de mon frangin 😊💖
Je pense que ça devrait aller 😉

Là-dessus je vous laisse, Pokémon Bouclier m'appelle et je ne vais pas résister longtemps à son appel 😇

Des bisous 😘😘


Mes lectures

Ce que j'ai lu cette semaine
J'ai terminé le tome 2 de Trylle.
C'est sympa, mais tout de même un peu cliché 😅
J'ai également lu le deuxième tome de Dans les yeux de Lya qui c'était top 😊
Et j'ai terminé par Et puis Colette qui m'a arraché des larmes 😭😭

 Ce que je suis en train de lire
Je vais commencer Show Stopper 😉


In My Mailbox

Mes craquages en librairie 😁📚

Mes SP de chez Dupuis 😊

Lifetime

Ce que j'ai lu sur les autres blogs !

L'article de Cindy sur comment prendre soin de soi quand on est écrivain·e
L'article de Bouchon sur les livres traitant de l'écologie à destination des enfants

Et ailleurs

Ce petit reportage sur l'augmentation du taux de prêt dans les bibliothèques belges

Sur le blog 

Les derniers articles

vendredi 17 janvier 2020

Lulu et Nelson, tome 1: Cap sur l'Afrique - Jean-Marie Omont, Charlotte Girard et Aurélie Neyret


En 1964 à Naples, Lucia vit avec son père Roberto et son lion Cyrus dans une troupe de cirque. Après un terrible incendie, elle fugue et embarque pour l'Afrique du Sud. Son père la rattrape de justesse et c'est ensemble qu'ils découvrent un pays inégalitaire. 
Roberto se fait arrêter en prenant la défense de Neslon, un jeune garçon noir. Ce dernier et Lucia sont désormais unis dans un même combat.

Vous le savez, j'aime beaucoup le travail d'Aurélie Neyret, surtout depuis que j'ai lu Les Carnets de Cerise. J'étais donc très impatiente de découvrir le premier tome de Lulu et Nelson et j'ai pu me le procurer (et le faire dédicacer) lors du dernier SLPJ de Montreuil.

Lucia vit dans un cirque avec ses parents, dompteurs de lions. Mais lorsqu'un incendie se déclare et tue tous les lions du cirque, le père de Lucia décidé de renoncer à sa profession.
Cependant, la fillette ne l'entend pas de cette oreille et décide de s'embarquer pour l'Afrique, afin de ramener de nouveaux lions à dompter. C'est là qu'elle fera la connaissance de Nelson, durant une manifestation contre l'Apartheid.

Evidemment, on peut être légèrement déstabilisé lorsqu'on se rend compte que cette BD parle de cirque et d'animaux en cage, mais la BD tient évidemment compte du contexte historique de l'époque.
De plus, ce premier tome est extrêmement introductif. On plante seulement le décor de l'histoire et on introduit les personnages.
Nul doute qu'au fur et à mesure de l'avancement de l'histoire les propos seront nuancés.

Lucia est un personnage très attachant, même si elle a tendance à n'en faire qu'à sa tête, peu importe les conséquences. Mais on ne peut pas réellement lui jeter la pierre, puisque c'est une héroïne extrêmement jeune, qui a grandi dans un environnement plutôt privilégié.
Se retrouver face au racisme - un concept qu'elle ne connait même pas - va sûrement lui ouvrir les yeux sur énormément de choses par la suite.

Nelson quant à lui a toute les caractéristiques de l'ami fidèle et débrouillard. Je pense qu'il possède toutes les qualités qui font justement défaut à Lucia et que leur duo va s'en trouver renforcé.

J'ai hâte de pouvoir découvrir la suite de leurs aventures, car si j'avais un seul défaut à relever pour ce premier tome, c 'est qu'il nous laisse trop tôt sur notre faim. On a à peine rencontré nos petits héros qu'on arrive déjà aux dernières pages de la BD.

En conclusion, bien qu'introductif ce premier tome réussit déjà à emporter le lecteur en plein cœur de l'Afrique en compagnie de deux jeunes héros charismatiques et attachants, tout en faisant réfléchir le lecteur sur des questions essentielles, telles que le racisme et le bien-être animal.
Une lecture qui ne pouvait pas être plus complète !


Les infos utiles

Parution: 27 novembre 2019 - Editions Soleil
La page Facebook d'Aurélie neyret
Illustrations par Aurélie Neyret © Editions Soleil 2019

mercredi 15 janvier 2020

Djihad Online - Morton Rhue (Todd Strasser)


Khalil est comme tous les lycéens de son âge: il aime aller à des soirées, flirter avec la plus jolie fille du lycée, et a plutôt de bonnes notes. Mais si Khalil est né aux États-Unis, sa famille a une autre histoire. D'origine bosniaque, ses parents et son grand-frère, Amir, ont immigré des années plus tôt pour fuir la guerre. 
La vie de Khalil ressemble peut-être à celle de n'importe quel ado américain, mais celle d'Amir est plus compliquée. Alors quand ce dernier commence à regarder les vidéos de prédicateurs d'un islam radical, Khalil se pose des questions... et décide de suivre les traces de son frère, coûte que coûte, plutôt que de le perdre. 
Les États-Unis, deux frères, un choix.

Je dois bien avouer que même si ce livre m'intriguait, j'avais tout de même une certaine appréhension. Je ne savais pas vraiment dans quoi j'allais m'embarquer. Même si le résumé annonçait clairement la couleur, le sujet n'en reste pas moins extrêmement touchy.

Encore aujourd'hui, presque une semaine après avoir terminé ce roman, je ne sais pas vraiment quoi en penser et comment me positionner face à lui.
Ce qui reste en tout cas, c'est ce sentiment de malaise qui m'a accompagné durant toute ma lecture et qui a nécessité que je me plonge dans un livre beaucoup plus léger après avoir fini celui-ci.

Pour commencer, j'ai eu énormément de mal avec le personnage de Khalil. Je sais que l'auteur a voulu en faire le personnage qui se fait embrigader par son frère dans une histoire qui le dépasse, lui donner le rôle du "gentil", mais vraiment, ce n'est pas passé.
Dès le départ, il m'a paru trop sûr de lui, imbu de sa personne et extrêmement condescendant vis-à-vis de Vitaly, son meilleur ami.

Sa manière de tout prendre par-dessus la jambe m'a beaucoup dérangée. On a l'impression en lisant ce livre, que ce personnage se complait dans la situation médiocre qui est la sienne, mais qu'en même temps il pense mériter beaucoup mieux.
Je ne sais pas si je suis claire, mais c'est comme ça que je l'ai ressenti.

Evidemment, Djihad Online est là pour nous faire réfléchir à l'ambivalence qui existe entre le fait de se présenter comme un pays intégriste, ouvert, et le racisme ordinaire qui pourrit littéralement la vie des personnes immigrées.
Et je dois bien reconnaître qu'il le fait très bien. C'est typiquement le genre de roman qui vous reste en tête un long moment après l'avoir refermé et qui fait réfléchir sur nos propres réflexes européens.

Malgré cela, le roman étrangement vite. Le rythme est soutenu et il y a assez peu de temps mort. Même quand le moment se prête à la réflexion, on sent comme une urgence en arrière-fond qui nous donne toujours envie d'aller plus loin.

En conclusion, Djihad Online est un roman très intéressant à parcourir, même s'il faut garder à l'esprit que ce n'est pas une lecture facile. L'auteur veut clairement mettre son lecteur à l'épreuve en le faisant réfléchir sur un sujet délicat, dans un roman qui remet en cause énormément de choses de notre quotidien.
C'est typiquement le genre de roman qu'il faut lire en gardant l'esprit ouvert.


Les infos utiles

Le site de Todd Strasser
Parution: 2 janvier 2020 - Bayard

lundi 13 janvier 2020

DanMachi: La légende des Familias, tome 9 - Fujino Omori


En explorant pour la première fois le premier sous-sol du Labyrinthe Sylvestre du Donjon, Bell fait la rencontre de Wyne, une jeune Vouivre. Attaquée sans relâche non seulement par les aventuriers, mais aussi par les monstres, Bell décide de la protéger quand il comprend qu'elle parle la langue des humains... 
Entre la nébuleuse menace d'un groupe de chasseurs sans scrupule, la haine ancestrale qui existe entre monstres et Humains, et la soudaine intervention du véritable maître de la Guilde, le chaos s'empare de la ville avec, en son centre, la jeune Vouivre. 
Anomalie qui trouble même les dieux, elle soulève le voile de l'un des nombreux mystères qui se cachent dans les tréfonds du Donjon !

Lors de ma dernière chronique, j'émettais la supposition que l'auteur nous proposait une histoire plus posée afin de mieux nous surprendre par la suite.  Force est de constater que j'avais raison, puisque ce tome 9 chamboule (presque) toutes nos connaissances du Donjon et de la Guilde en rebattant les cartes que nous avions déjà en main.

En effet, lors d'une mission au niveau 19 du Donjon, Bell se retrouve confronter à une créature qu'il n'avait encore jamais vue: une Vouivre.
Cependant, celle-ci est tout à fait singulière, puisque contrairement aux monstres qui peuplent le Donjon, cette Vouivre est capable de penser et de s'exprimer.

Bell et sa Familia se retrouve une fois encore au coeur des événements, puisqu'ils décident de protéger Wyne des aventuriers qui la pourchassent.
Mais cette rencontre va tout remettre en question chez eux, et plus particulièrement chez Bell qui s'interroge sur le nombre de monstres capables de réfléchir et de s'exprimer

Avec l'apparition de Wyne et des Xenoi, c'est toute la structure d'Orario que Fujino Omori a décidé d'ébranler et ce pour notre plus grand plaisir !
Les révélations qui nous sont faites dans ce tome remette énormément de choses en question et nous promettent des aventures intéressante pour la suite.

Ce neuvième roman s'écarte un peu de ce qui était fait précédemment: on s'écarte des combats épiques pour s'intéresser au peuple du Donjon et réfléchir à la manière dont les monstres sont traités. Cela amène une dimension sociale au récit et force le lecteur à s'interroger sur la manière dont lui-même traite ses semblables ainsi que celles qui sont différents de lui. 
Le parallèle avec le racisme, la xénophobie et l'intolérance en général est plutôt facile à faire en l'occurence.

En conclusion, j'ai énormément apprécié ma lecture de ce tome. Même si on s'éloigne fortement de l'esprit des premiers romans, le récit gagne en profondeur et continue de nous surprendre. J'apprécie tout particulièrement le fait que l'auteur se serve de ses écrits pour obliger le lecteur à s'interroger sur la société dans laquelle il évolue. C'est subtilement amené, mais drôlement efficace.
J'ai hâte de voir ce que nous réserve la suite et je suis sûre que je ne serai pas déçue !


Les infos utiles

Ma chronique du tome 1
Ma chronique du tome 2
Ma chronique du tome 3
Ma chronique du tome 4
Ma chronique du tome 5
Ma chronique du tome 6
Ma chronique du tome 7
Ma chronique du tome 8
Parution: 26 septembre 2019 - Ofelbe Editions
Parution du tome 10: 30 janvier 2020 - Ofelbe Editions