vendredi 7 août 2020

Mes ruptures avec Laura Dean - Mariko Tamaki et Rosemary Valero O'Connell


Lorsque Frédérica Riley (Freddy) est sortie avec Laura Dean, la plus populaire, drôle et attirante fille du lycée, ce fût l'un des plus beaux jours de sa vie. 
Depuis, tout a changé... Laura est devenue autocentrée et manipulatrice. Elle ne cesse de quitter Freddy, qui finalement revient toujours vers elle. 
Cette relation toxique basée sur le "je t'aime, moi non plus" est malsaine, mais c'est plus fort qu'elle, Freddy ne sait pas lutter face à l'attraction magnétique, à l'emprise que Laura exerce sur elle. Pour garder un minimum de dignité et ne pas perdre son amie qu'elle délaisse, Freddy cherchera de l'aide auprès de ses proches, d'une chroniqueuse courrier du cœur et même d'un médium. 
Frédérica saura-t-elle se sortir de cette fougueuse histoire qui la rend aussi malheureuse que dépendante ?

Encore une BD qu'on a beaucoup vue passer sur les réseaux sociaux, et comme je suis quelqu'un de très influençable en matière de BD, j'ai eu très envie l'acheter et de la lire.
Et puis, vous avez vu la beauté de cette couverture aussi ? Impossible de résister !

Très honnêtement, en commençant cette lecture, je m'attendais à trouver une histoire plutôt mignonne, une romance lesbienne sympa et douce, qui me mettrai des papillons dans le ventre.
Hé bien pas du tout ! Loin de là même !
Mes ruptures avec Laura Dean porte extrêmement bien son titre, car des ruptures il va y en avoir, et pas forcément que des ruptures amoureuses finalement.
Car Freddy est coincée dans une relation très toxique avec Laura Dean. Cette dernière joue avec elle sans aucun scrupule, la trompant et la plaquant le lundi, pour revenir vers elle tout sourire le jeudi, et lui refaire le même coup la semaine suivante.
Et Freddy se laisse faire. Parce qu'elle est amoureuse de Laura Dean.

Ce que Freddy ne comprend pas tout de suite, c'est que cette relation très malsaine dans laquelle elle s'embourbe, a également des conséquences sur son entourage proche.
Ses amis restent très perplexe face à cette situation, et finisse peu à peu par s'éloigner de la jeune fille et par cesser de la mettre en garde, étant donné qu'elle est sourde à leurs différents conseils - pourtant très bienveillants.
Nous suivons donc notre jeune héroïne dans ses pérégrinations te déceptions amoureuses, ses relations avec ses proches mais également dans ses réflexions sur elle-même.
Car Freddy essaie tout de même de se remettre en question, de réfléchir aux effets qu'ont cette relation sur elle, mais se défaire d'une personne toxique n'est jamais facile. Et c'est ce que nous montre très justement l'autrice dans cet album.

Comme à chaque fois que ce procédé est utilisé en BD, j'ai complètement craqué pour la bichromie proposée ici. Ces différentes nuances de roses apportent énormément de contraste aux dessins et leur donnent une force intéressante. A travers seulement deux couleurs; du rose et du blanc, la dessinatrice arrivent à faire passer une tonne d'émotion dans ses personnages et dans son dessin de manière générale. Je suis totalement admirative de ce type de travail.
En conclusion, cette BD de Mariko Tamaki a su me charmer du début à la fin, même si l'histoire était à des lieues de celle que j'avais imaginé en achetant ce livre. Mais c'est finalement une très bonne surprise, que je ne peux que vous inciter à découvrir à votre tour.
En attendant, de mon côté je vais scruter les actualités de ces deux autrices, car j'ai été totalement conquise par leur travail respectif.


Les infos utiles

Parution VO: Laura Dean keeps breaking up with me - 7 mai 2019 - First Second Edition
Parution VF: 27 mai 2020 - Rue de Sèvre
Illustrations: Mes ruptures avec Laura Dean par Mariko Tamaki, Rosemary et Valero O'Connell © Rue de Sèvres 2020

mercredi 5 août 2020

Au-delà des étoiles, tome 1: La naissance d'un crew - Cee Cee Mia et Lesdeuxpareilles


Dans le quartier des étoiles, Eli, Marwa, Sami, Finley et Kub ont tous grandi ensemble. Si Kub aime le foot et Finley le basket, Eli et Marwa sont les deux meilleures amies du monde tandis que Sami trempe dans des histoires de deal. 
Tous se retrouvent autour de l'amour du break et du hip hop en suivant les entraînements de Kam. Ils sont bientôt rejoints par Synapse, un nouvel arrivant dans la cité, lui aussi atteint par le virus de la musique et du beatbox. 
Mais Synapse est réfugié syrien, il doit aussi veiller sur sa mère traumatisée par la guerre et terrorisée de voir son fils traîner dans la rue.

Je ne suis pas une grande fan de break et de hip hop en général, mais le dessin de la couverture m'a attiré et j'ai eu envie d'en découvrir plus. J'ai finalement eu raison, puisque ce premier tome nous propose une histoire très sympa avec des personnages attachants et des thématiques intéressantes.
Au-delà des étoiles c'est l'histoire d'un groupe d'amis d'horizons différents, qui ont grandi ensemble dans un quartier de banlieue et qui se retrouvent autour de la passion pour la danse et plus particulièrement le break dance et le hip hop.

On suit donc nos cinq protagonistes dans leur vie de tous les jours, entre lycée, sorties au parc, cours de danse et évidemment quelques petites bêtises aussi.
A cette bande de cinq, va se rajouter Synapse, un nouveau venu dans la banlieue. Il s'intègre rapidement au groupe, mais semble tout de même garder ses distances, sans que ses amis n'arrivent à comprendre pourquoi.
En plus de cela, Sami traîne avec des dealers, ce qui ne manquera pas de lui attirer des ennuis, qui peuvent rapidement devenir très grave.

A travers cette BD aux dessins ronds et insouciants et aux couleurs vives et joyeuses, les autrices traitent tout de même de sujets de société plutôt sérieux.
Entre petits délits, affaires de gangs et deal de drogue, on brasse ici un bon nombre de sujets d'actualité importants.
Mais à coté de cela, on part aussi sur de très belles valeurs d'amitié et d'entraide, qui donnent à cet album une toute autre dimension.
En bref, ce premier tome met en place beaucoup de choses qui peuvent paraître anodines à première vue, mais qui risquent de s'avérer très intéressantes par la suite. La diversité des personnages présents est également à mettre en valeur, car ce groupe hétéroclite a beaucoup de choses à apporter.
Une belle lecture qui peut plaire à beaucoup.

Les infos utiles:

Le blog de Ces Ces Mia
Sa page Facebook
Parution: 12 juin 2020 - Dupuis
Illustrations: Au-delà des étoiles par Cee Cee Mia Lesdeuxpareilles © Dupuis 2020

lundi 3 août 2020

La toute première fois - Cameron Lund


“Attends d’être prête”, disent toujours les gens. Mais comment sait-on qu’on est prête ? Si coucher signifie risquer d’avoir le cœur brisé, d’être tournée en ridicule ou de souffrir, je ne suis pas certaine de l’être un jour. 
Keely vient d’avoir 18 ans et elle est la seule de ses amies à ne jamais “l’avoir fait”. Quand elle rencontre Dean, elle en a envie mais a terriblement peur de paraître inexpérimentée. Un plan presque parfait prend alors forme dans sa tête : demander à son meilleur ami, Andrew, d’être sa toute première fois et de lui apprendre les règles du jeu. 
Mais c’est bien connu : en amour, il n’y a pas de règles qui tiennent…

Je partais vers cette lecture sans aucune attente ni aucun à priori, même si au vu du titre, je savais plus ou moins à quoi m'attendre.
Si cette lecture n'aura pas été une grande découverte, je l'ai finalement trouvée agréable à lire et ce malgré quelques irréductibles clichés.

Keely a donc 18 ans et s'inquiète du fait d'être encore vierge avant d'entrer à la fac. Il faut dire que les filles de sa bande - mise à part Hannah - ne l'aident pas le moins du monde sur le sujet, puisqu'elles lui procurent des conseils qui sont loin d'être bienveillants.
Ainsi, lorsqu'elle rencontre Dean, elle n'ose pas lui avouer qu'elle est vierge, de peur que ce dernier ne s'intéresse plus à elle. Elle va donc demander le concours d'Andrew, son meilleur ami et coureur invétéré afin de "régler" son problème.

Bon, avec un pitch pareil on sait toutes et tous très bien comment ce type de roman pour ado se termine. Pas la peine de parler de spoiler, c'est littéralement un trope que l'on a déjà vu maintes et maintes fois et ce roman n'échappe pas à la règle.

Là où ça devient plus intéressant, c'est que Cameron Lund a tout de même décidé de balayer certains clichés de ce type de roman (clichés valables aussi pour les teen movie) et de s'en servir pour dénoncer certains comportements problématiques.

La toute première fois aborde donc des notions importantes, telles que le respect de soi-même, de son corps, les relations toxiques et - énorme point positif - le consentement !
C'est tout de même assez rare pour être souligné.

Par contre, on n'échappe tout de même pas au saut shaming, notamment par rapport au personnage d'Ava, que l'on définit constamment par rapport à son décolleté (je ne compte plus le nombre de mentions à ce dernier au cours du roman) et par sa capacité à séduire les garçons.
J'ai tout de même trouvé ça assez limite et dommage, étant donné que le roman prenait tout de même le contrepied de bien des stéréotypes. Pour celui-ci en l'occurence, c'est loupé.

En conclusion, ce roman constitue tout de même une bonne lecture d'été, avec un rythme fluide et un style très abordable. Un roman qui a le mérite de remettre en question des choses que l'on a encore tendance à beaucoup trop nous servir dans la littérature pour ados, mais qui présente encore tout de même quelques petits défauts.


Les infos utiles

Le site de Cameron Lund
Son Twitter
Parution VO: The best laid plan - 7 avril 2020 - Razorbill 
Parution VF: 4 juin 2020 - Michel Lafon

dimanche 2 août 2020

Sunday's Books #297


Blabla

Hello les amis !

Aaaaaaah ça y est, on respire enfin !! 😁😁
Je ne sais pas vous, mais moi au-delà de 25 degrés, je ne supporte plus du tout la chaleur ! 🔥🔥
J'ai déjà tendance à fuir le soleil de manière générale parce que je me chope toujours des coups de soleil, même avec de la crème solaire.
Le bronzage et moi, ça fait deux... Je ne me rappelle pas une seule fois de ma vie où j'ai légèrement bruni. Je passe toujours d'office par la case écrevisse... 😪

Avant cela me complexait de ne pas bronzer. J'avais honte de mes jambes toutes blanches et j'essayais à tout prix de les faire bronze (aaaah l'adolescence...)
Mais maintenant je vais vous dire un truc: je n'en ai plus rien à foutre ! 😁😁
J'ai décidé que j'aimais mon corps tel qu'il est, avec ses imperfections, ses kilos en trop et sa peau éternellement blanche.
Il m'aura fallu 28 ans pour y arriver, mais il n'est jamais trop tard 😉
C'est en parlant avec des ami·es proches, en parcourant divers comptes Instagram hyper bienveillants et féministes (Orgasme et moi, La renarde bouclée, La nuit remue Paris et Réponse à tout notamment) et en apprenant à m'écouter que j'y suis arrivée.
Ce n'est pas facile, ça ne se fait pas en un jour, mais je peux vous assurer que plus on avance, plus ça fait du bien ! 😊
J'ai passé des années à ne pas apprécier mon corps (je n'irai pas jusqu'à dire "détester" parce que ce n'était pas le cas) et maintenant que j'apprends à l'apprivoiser et à l'écouter, je me sens drôlement mieux dans mes baskets !
Je me sens plus libre, plus forte (bon, il faut dire que mon état d'esprit évolue aussi 😉) et j'ai beaucoup plus confiance en moi.
Je me surprend à faire des choses ou à envisager de faire des choses que je n'aurais jamais faites avant  et j'aime beaucoup cette nouvelle version de moi 😊

Bon, après je n'ai pas trouvé la recette miracle pour s'accepter et j'ai comme tout le monde des moments de down. Mais j'apprends à les accepter et à me dire que si je ne suis pas au top de ma forme, c'est que c'est un jour sans et que ça ira mieux après 😉
La bienveillance envers soi-même c'est important, je vous recommande vivement d'essayer 😉

Sur ces bonnes paroles, je vous laisse, j'ai des tonnes de choses à faire (ou un dimanche... que voulez-vous 😅😉)

Des bisous 😘😘


Mes lectures

Ce que j'ai lu ces dernières semaines

J'ai enfin terminé La toute première fois et même s'il y a eu quelques bonnes surprises, je suis encore assez perplexe face à ce roman. Je pense vraiment qu'on est sur du 50-50, parce qu'il a tout de même quelques défauts, même si l'autrice a fait de bonnes réflexions par moment.
J'ai également pris le temps de lire le tome 2 de Un monde transformé et ce manga m'attire autant qu'il me questionne. Je n'arrive pas à voir où va l'histoire, je suis souvent perdue, mais j'ai tout de même envie de le continuer 😉
Et je termine avec Un été d'enfer qui m'a beaucoup plu ! Je me suis beaucoup reconnue dans le personnage de Vera, un été dans un camp ça aurait été une des pires expériences de ma vie étant enfant 😅😅

  Ce que je suis en train de lire
Je commence Ariadné parce qu'il me fait beaucoup trop envie 😍
J'ai d'autres SP qui attendent, mais tant pis, ils attendront encore un peu 😅
Et puis bon, il est tout petit, il devrait à peine me tenir deux jours 😉

In My Mailbox

J'ai reçu le premier tome de Rule en SP de chez Bayard et Page Turner 😁😍
Ce ne sont pas des livres, mais je ne résiste pas à l'envie de vous montrer mes Clito Shoes 😍😍😍
Elles ont été fabriquées par Karl and Max dans le cadre la campagne de crowdfunding d'Orgasme et moi.
Je les aime d'amour 💖💖💖

Lifetime

Ce que j'ai lu sur les autres blogs

La chronique de Mallou14 sur Mes ruptures avec Laura Dean
Celle de Scarlett sur Félin pour l'autre
L'article de Margaud sur Starbucks
L'avis de Oukouloumougnou sur Histoire éternelle

Sur le blog 

vendredi 31 juillet 2020

My other Addictions #68



Comme d'habitude pour ce rendez-vous mensuel, je vous parle des films et séries que j'ai récemment bingés 😉

Les films que j'ai vus chez moi

Qui veut la peau de Roger Rabbit ?

Roger Rabbit est au trente-sixième dessous. Autrefois sacré star du cinéma d'animation, le lapin blanc est fortement préoccupé pendant les tournages depuis qu'il soupçonne sa femme, la sublime Jessica Rabbit, de le tromper. Le studio qui emploie Roger décide d'engager un privé, Eddie Valliant, pour découvrir ce qui se cache derrière cette histoire bien plus complexe qu'il n'y parait !

Oui bon, je n'avais jamais vu Roger Rabbit... C'est pas un drame, si ?
Plus sérieusement, je suis contente d'avoir enfin vu ce classique, parce que c'était assez distrayant.
Je me suis laissée prendre au jeu, même si j'avais rapidement deviné les ficelles de l'intrigue.

Un chouette divertissement en somme.

Feel the Beat

Après un échec cuisant à Broadway, une danseuse égocentrique rentrée à contrecœur à la maison accepte de former les jeunes peu doués de la troupe locale pour un concours.

Là encore, pas de grosse surprise par rapport à l'histoire. Quand on lance ce genre de film, au bout de cinq minutes on sait déjà comment tout va se terminer: l'héroïne va d'abord être une peste, puis se remettre peu à peu en question, aidée par son ex et/ou love interest, va finalement atteindre son but et va vivre heureuse toute sa vie.

J'ai loupé un truc ?

Après, on regarde ça en connaissance de cause, et on passe souvent un moment agréable quand même. Ça n'est pas le film du siècle, mais pour une soirée posée dans le canap' ça fait le job !


Road House

Dalton a toutes les qualifications requises pour avoir un boulot stable et une vie tranquille, mais il préfère vivre sa vie. Voilà pourquoi il se retrouve vigile au Double Deuce, un bar de Jasper. Lors de sa première nuit de travail, il est blessé, mais aussitôt recueilli et soigné par Elizabeth Clay, une jeune et belle doctoresse. Malheureusement, Brad Wesley, qui règne en maître sur le crime à Jasper, est intéressé par la jeune femme...

Après avoir re-re-re-re-revu Dirty Dancing avec mes cousines, ces dernières m'ont proposé de découvrir Road House, toujours avec Patrick Swayze, évidemment.

Soyons honnête: l'intérêt de ce film réside uniquement en la présence de Patrick Swayze, parce que niveau scénario, là encore pas de grosses surprises.
On découvre le monde des boîtes de nuits, avec Dalton comme videur vedette, que toutes les boîtes veulent embaucher pour faire la sécurité.
Et évidemment il va y avoir un conflit avec un mec riche et puissant et évidemment il va aussi y avoir une histoire d'amour avec une belle blonde...

Bon, le film date aussi de 1990, donc c'est aussi parfois un peu sexiste sur les bords, mais que voulez-vous. Pour l'époque ce n'est pas le pire film en la matière non plus.

Bref, à voir aussi, mais sans rien en attendre de particulier.

Rocket Man

Rocketman est l’épopée rock d’une star au destin exceptionnel. Biopic consacré au chanteur Elton John et à son fantastique destin, le film retrace la vie de la star britannique depuis ses années d’enfance jusqu’à son avènement en tant que rock star

Là par contre, énooooorme coup de cœur pour ce film ! 
J'avoue que je n'en attendais pas grand chose, mais ayant entendu qu'il était encore meilleur que Bohemian Rhapsody, j'étais quand même curieuse de le découvrir.
Je ne connais pas l'histoire d'Elton John aussi bien que celle de Mercury, donc je ne peux pas vraiment me prononcer sur le respect de la réalité, mais visuellement ce film était magnifique !

Le personnage d'Elton, incarné par Taron Egerton m'a tout de suite émue et je m'y suis rapidement attachée.
C'était très intéressant de suivre son enfance et puis son évolution dans le monde de la musique, puis sa descente aux enfers, causée en grande partie par John Reid.

J'ai également eu un énorme coup de cœur pour Bernie Taupin, le parolier principal et ami d'Elton John.
Bon, il faut avouer que le fait qu'il soit joué par Jamie Bell il a bien changé Billy Elliot ! a grandement contribué à ce que je l'apprécie... 

Bref, gros coup de cœur pour ce film. Par contre, si vous n'êtes pas friands des comédies musicales, passez votre chemin, parce que le film est construit de la même manière.



The House with the Clock in its Wall

Élevé par son oncle Jonathan, un authentique magicien, Lewis a grandi dans un monde fait de magie et de merveilleux. Mais quand le jeune garçon découvre que leur propriétaire, un sorcier du nom d'Isaac Izard, pourrait déclencher la fin du monde, une course contre la montre s'engage pour empêcher que ce plan maléfique n'aboutisse.

Un film découvert un peu par hasard lors d'une soirée chez un ami fan de Jack Black.
J'avais vu passer la bande annonce du film à l'époque où il était sorti au cinéma, mais je n'y avais pas prêté plus d'attention que cela.

Au final c'est une découverte plutôt sympa.
L'histoire est agréable à suivre et l'association de Jack Black et de Cate Blanchett matche vraiment bien.
C'est mignon, c'est drôle et c'est même parfois émouvant.
A voir pour passer un bon moment en famille. 


Late Night

Une présentatrice de late show découvre qu'elle risque de perdre son emploi après avoir embauché une scénariste qui revitalise à la fois son émission et sa vie.

Ici encore, c'est une réelle belle découverte que ce film !

J'ai été attirée par ce dernier parce qu'une des protagonistes principale est jouée par Emma Thompson que j'apprécie énormément. Et puis j'ai réalisé que la seconde héroïne était interprétée par Mindy Kaling la créatrice de la série Never have I ever, que j'ai adorée !
Ce film ne pouvait être qu'une bonne surprise, non ?

Hé bien oui ! Parce qu'en plus d'être assez bien foutu, ce film dénonce le white privilege qui existe partout, et notamment dans le monde de la télévision.
Late Night nous montre donc à quel point ce concept est ancré dans notre société et à quel point il est difficile de s'en départir.

Tout cela est fait de manière très habile et réfléchie, en opposant deux femme à la forte personnalité, qui vont chacune défendre leur point de vues et leurs intérêts.

Vraiment une très très bonne découverte que je recommande chaudement !


The Kissing Booth

La suite des aventures amoureuses d'Elle, Noah, et Lee

Oui bon, je me suis laissée avoir... J'avais déjà vu le premier, il était évident que j'allais regarder le deuxième, même si nous savons tous très bien que ce genre de film ne passe - pas du tout ! - le test de Bechdel...

Encore une fois, je regarde ce film en connaissance de cause, et heureusement parce que sinon il y aurait de quoi se taper la tête au mur. 
Alors voilà, c'était pas mal si on fait abstraction de tous les aspects sexistes du film.



Les séries que j'ai regardées

Grey's Anatomy
Saison 10
Saison 11

Meredith Grey fait son entrée en tant qu'interne en chirurgie au Seattle Grace Hospital. Ce qu'elle ne sait pas, c'est que l'homme avec qui elle a couché hier soir est aussi... son boss, le "Docteur Mamour". On suivra ses aventures ainsi que celles des autres internes (Cristina Yang, Izzie Stevens, George O'Malley et Alex Karev). Dans un lieu où la vie et la mort sont si proches, l'amour devient omniprésent.

Mine de rien, j'avance bien dans cette série. Deux à trois saisons par mois. J'aurais fini plus vite que je ne le pense - et heureusement, parce qu'il est temps que cette obsession cesse !

Bref, tout ça pour dire que ça y est, j'ai revu le moment fatidique de la mort de Derek (ne venez pas crier au spoil, ça fait 5 ans que cette saison est sortie...) et ça m'émeut toujours autant. 
Akexa & Katie
Saison 4

Deux meilleures amies, Alexa et Katie, débutent avec joie leur première année de lycée. Mais un événement va les faire se sentir tenues à l'écart, alors que faire partie du groupe semble si important…

Bouuuuhouhouuu
Ça y est, Alexa & Katie c'est fini ! 
Je suis en PLS .

Cette série était tellement mignonne que j'en aurais bien regardé dix saisons de plus (non je n'exagère pas).
J'ai adoré cette saison du début à la fin, et j'ai même versé un torrent de larmes lors du dernier épisode. Ça me fait toujours ça quand c'est super émouvant.

Bon, avec un peu de chance, Netflix pourrait bien nous faire un spin-off sur leur vie à l'université, non ? Non ? Vraiment pas ?

See
Saison 1

Dans le futur, alors que la race humaine a perdu le sens de la vue et que la société doit trouver d'autres façons d'intéragir, de chasser, de construire et tout simplement de survivre, tout est bousculé le jour où des jumeaux naissent avec le sens de la vue...

Je profite de l'abonnement d'un an gratuit à AppelTV+ que j'ai eu avec l'achat de mon nouvel Iphone pour découvrir des séries que je voulais voir depuis longtemps et See en fait partie.

J'étais intriguée par le pitch de cette saison et j'étais curieuse de découvrir comment l'humanité devenue aveugle pouvait bien se débrouiller pour vivre.
Finalement, l'ensemble paraît assez cohérent, même si certaines choses me font parfois tiquer.

Cela dit, niveau suspense, on repassera, parce que je trouve que toute l'intrigue est un poil téléphonée. Je n'ai pas encore été très surprise par les événements, mais je vais attendre d'avoir vu les deux derniers épisodes de la saison pour me faire un avis plus tranché.


Las Chicas del Cable
Saison 5
Épisodes 1-8

En 1929, quatre jeunes femmes quittent leur province pour Madrid afin de travailler dans la première grande entreprise de télécommunications.

Posons tout de suite les bases: vu le fiasco de la saison 4, je n'attendais vraiment pas grand chose de cette ultime saison.
J'ai déjà attendu que Netflix nous mette l'intégralité du truc à disposition, parce que ce principe de découper une saison en deux m'énervais déjà un poil.
Et puis j'y suis allée un peu à reculons et j'ai trouvé l'astuce pour la regarder sans trop m'énerver: mettre un épisode en route quand je fais ma séance de vélo d'appartement !

Au moins pendant ce temps-là je suis trop occupée pour lever les yeux au ciel.
Plus sérieusement, je dois dire que j'ai été agréablement surprise par la première partie qui m'a donné l'impression de retrouver l'ambiance des premières saisons.
Par contre, je dois dire que cette deuxième partie me laisse perplexe et j'ai bien l'impression qu'elle va partir en cacahouète.
La fin de l'épisode 8 me semble déjà too much, je me demande ce qu'on va nous inventer pour les deux derniers.

Enfin, au moins après ça, ce sera fini.



Modern Family

Saison 1

Quand les familles voisines Pritchett, Delgado et Dunphy acceptent qu'un documentaire soit tourné sur leurs vies, elles étaient loin d'imaginer qu'elles allaient tant en révéler... Jay Pritchett a rencontré la très sexy colombienne Gloria Delgado le jour où son épouse l'a quitté. Leur différence d'âge est pour lui un challenge de tous les jours. Sa fille, Claire, a elle-même bien du mal à gérer sa vie de famille depuis que son mari, Phil, est persuadé d'être en phase avec ses enfants adolescents alors qu'il ne fait que les embarrasser ! Quant au frère de Claire, Mitchell, il vit avec son petit ami Cameron et ils viennent d'adopter Lily, une petite vietnamienne...

J'ai eu envie de reprendre cette série dont j'avais vu un épisode plic-ploc il y a déjà un moment et mon frère a voulu être de la partie.
Nous avons donc regardé quelques épisodes quand on mangeait ensemble, pour dire d'avoir quelque chose à regarder ou tout du moins un bruit de fond.

Autant vous dire que cette série a vraiment mal vieilli ! Elle date pourtant de 2009, mais je ne me rappelais plus à quel point elle était sexiste - et même homophobe, alors qu'il y a un couple gay dans le lot.

Certains épisodes me donnent envie de retourner des meubles, tant les propos des personnages sont offensants pour au moins une catégorie de personnes.
Et ne parlons même pas du personnage de Phil que j'ai envie de tarter à chaque fois qu'il ouvre la bouche !
Non mais sérieux, cet homme ne mériterait qu'une seule chose: que sa femme le quitte et le laisse se démerder avec la maison et les gosses.

Bref, vu mon état de nerfs quand je regarde cette série, je ne suis pas certaine de persévérer.