vendredi 23 août 2019

Zoom sur Dragon Ball Super



Les mois ont passé depuis le terrible affrontement entre Goku et Majin Boo… Mais après une période de paix, une nouvelle menace s’abat encore sur la Terre !! Et cette fois, les ennemis viennent de "l’univers 6"… 
Qu’est-ce que ça signifie ?! 

Je ne sais plus si je l'avais déjà dit ici, mais suis une grande fan de Dragon Ball, et ce depuis que j'ai 10 ans et que j'ai dévoré les 42 tomes existant à l'époque en l'espace d'une semaine.
J'avoue ne pas avoir énormément prêté attention à l'anime de Dragon Ball Super à sa sortie, car j'avais l'impression que tout le monde en parlait, que ce soit en en positif ou en négatif.
J'ai donc décidé d'attendre que toute la hype autour de l'événement s'amenuise avant de m'intéresser au manga.

Quel plaisir cela a été de retrouver l'ambiance si particulière de ce manga. Je pense qu'évidemment la nostalgie a dû jouer une grande part là-dedans, mais je me suis replongée dans cette univers avec une étonnante facilité.
J'ai adoré revoir Goku, Vegeta et tous les autres et suivre leurs nouvelles aventures en compagnie notamment de Beerus.


Même si Akira Toriyma n'est plus aux commandes de la série et que c'est Toyotaro qui s'y colle, à mon sens, celle-ci ne souffre pas de l'absence de son créateur. Toyotaro a su trouver son rythme et proposer de nouvelles choses, tout en restant fidèle au style de son prédécesseur.
De plus Akira Toriyma reste tout de même impliqué dans le projet puisque certaines notes disséminées à la fin d'un tome nous montre les corrections qui ont été appliquées à certaines planches.
Le duo d'auteur a donc l'air d'avoir trouvé un terrain d'entente et le manga poursuit son rythme de croisière.

Les grandes nouveautés sont évidemment l'arrivée de Beerus, et des autres univers ainsi que leurs dieux correspondants. S'il faut bien quelques pages au lecteur pour s'y adapter, on prend vite le rythme et on s'habitue rapidement à les avoir dans les parages.


De plus, même si on est parti sur de nouvelles bases, le manga ne s'est en aucun cas départi de son humour si caractéristique.
Goku est toujours aussi naïf voire même empoté, Vegeta toujours aussi imbu de lui-même et Krilin est presque toujours aussi inutile. Mais ce sont des choses auxquelles les lecteurs se sont tellement habitués qu'il aurait été dommage de les changer.
Et puis les nouveaux protagonistes ne sont pas non plus en reste vis-à-vis de cette caractéristique. Cela amène à des scènes particulièrement savoureuses.

En bref, j'ai dévoré les sept tomes disponibles de Dragon Ball Super et j'ai été très agréablement surprise de cette découverte. On continue à aller de surprises en surprises et de combats en combats (parce que c'est quand même la base de l'histoire, ne nous en cachons pas) et on ne se lasse absolument pas de l'histoire et de ses personnages.
Même si au fond, on sait pertinemment bien que Goku réussira toujours à s'en sortir... Ou pas !


Les infos utiles

Parution tome 1: 5 avril 2017 - Glénat manga
Parution tome 7: 2 mai 2019 - Glénat manga
Parution tome 8: 3 juillet 2019 - Glénat manga
Illustrations © Toyotaro et Akira Toriyama

mercredi 21 août 2019

L'Instant Bulles #8


Duellistes, tome 2

J'avais écrit un article complet pour vous parler du premier tome de Duellistes et je reviens aujourd'hui vous parler du deuxième que j'ai eu le temps de lire dernièrement.

Je suis globalement satisfaite de cette lecture. On y retrouve nos principaux protagonistes - à savoir Ran Sei et Ibara - dans leur quotidien de lycéens et l'histoire continue tranquillement.
La dynamique entre Ran et Sei est toujours emplie de respect et de tendresse, tandis qu'Ibara continue d'être le outsider charismatique que l'on attend de lui.

D'autres personnages font peu à peu leur apparition, mais l'histoire se concentre toujours sur ce principal trio, et ce pour notre plus grand plaisir.

Par contre, là où j'ai été un peu plus déçue, c'est dans l'absence de vrai combat d'épéistes comme ceux qui nous avaient été offerts dans le tome précédent. Cela avait le mérite de rythmer le déroulement de l'histoire et de donner un peu de piquant à l'ensemble.
Et puis, cette saga ne s'appelle-t-elle pas Duellistes ?

Mais malgré ce petit manquement, je ressors tout de même satisfaite de cette lecture et j'ai hâte de découvrir le tome suivant.

Versailles of the dead, tome 1

Acheté un peu sur un coup de tête, Versailles of the Dead est un manga qui m'a d'abord attiré à cause de sa couverture. Un rapide coup d’œil à la quatrième de couverture avait rapidement achevé de me convaincre.
Cependant je dois tout de même avouer être dubitative par rapport à celui-ci. Je ne suis pas totalement tombée sous le charme, mais j'ai tout de même apprécié certains éléments.

L'histoire commence avec l'attaque de la calèche de Marie-Antoinette par une horde de zombies, alors que cette dernière était justement en route pour Versailles et donc son mariage avec Louis XVI. Personne ne survit à cette attaque, sauf le frère jumeau de l'achi-duchesse, qui va donc prendre sa place afin de préserver l'alliance entre l'Autriche et la France...

Je suis d'accord avec vous, c'est totalement tiré par les cheveux. Et finalement c'est un peu ce que j'ai à reprocher à l'ensemble du manga. L'intrigue me fait l'effet d'être affreusement bancale et je n'arrive à m'attacher à aucun personnage car ils me paraissent tous complètement loufoque.

Cependant, il reste tout de même des éléments intéressants qui me donnent envie de continuer l'aventure, ne serait-ce que pour découvrir l'origine de toute cette affaire.

Je suis donc assez dubitative et je pense qu'il va falloir que je prenne le temps de réfléchir à la suite à donner à tout ceci.

Silencieuse(s)

Décidément, je trouve que nous faisons vraiment des achats très intéressant en matière de BD au boulot. Vous l'aurez compris, Silencieuse(s) est donc une BD que j'ai empruntée et que j'ai lu très rapidement.

Silencieuse(s) traite avec énormément de subtilité d'un sujet qui est loin d'en posséder beaucoup: le harcèlement et plus particulièrement le harcèlement de rue.
Sujet tabou s'il en est, puisque depuis que les femmes ont décidé de sortir du silence et d'en parler, une des seules réponses qui nous est faites est "Oui mais alors on ne peut plus draguer personne".
Comment vous dire que cette phrase a le don de me mettre en rogne...

Sibylline Meynet et Salomé Joly ont donc décidé de traiter de ce sujet en images grâce à la BD et je trouve qu'elles le font très bien.
A travers une large diversité de personnages, elles abordent le sujet avec beaucoup de psychologie et font en sorte de balayer un maximum de cas de figure.

Et sincèrement, certains font vraiment froid dans le dos, tandis que d'autres nous paraissent extrêmement familier.
Ce qui est intéressant et horrible en même temps  durant cette lecture, c'est que chaque lectrice risque de s'identifier à l'une ou l'autre histoire présentée ici.

Je conseille donc fortement cette lecture à tous. A mon sens, elle est d'utilité publique !

FRNCK, tome 5: Cannibales


J'avais adoré le premier cycle de FRNCK, il était donc logique que je me jette sur ce cinquième tome dès qu'il serait en ma possession, ce qui est chose faite depuis un petit moment.

Après les révélations spectaculaires faites à la fin du tome 4, l'histoire continue maintenant de deux côtés différents: Franck l'ado est toujours coincé dans la préhistoire et continue d'essayer de survivre dans ce milieu hostile, pendant que Gargouille et son arrivés dans le présent.
Oui, oui je sais, ça devient un peu compliqué à suivre...

Quoi qu'il en soit, notre jeune héros n'est pas au bout de ses peines, puisque comme le titre du tome l'indique, il va se retrouver confronter à un groupe de cannibales.
Au programme; course-poursuite dans la jungle, rencontres improbables et évidemment humour et galères à tout va.

On reste dans la continuité de ce qui avait été initié par les auteurs dès le premier tome, mais on ne s'en lasse évidemment pas.
Là encore, j'ai hâte de voir ce qu'on nous réserve pour la suite !

Le groom vert-de-gris

Etant donné que je suis dans ma période "Le Spirou de..." j'ai profité que celui-ci était disponible à la bibliothèque pour l'emprunter.

Alors que j'avais beaucoup aimé les deux tomes d'Emile Bravo ayant également pour thème la Seconde Guerre Mondiale, j'ai été un peu moins séduite par cette version proposée par Olivier Schwartz et Yann.

Au départ j'étais plutôt positive, appréciant les nombreux clins d’œil faits à la Belgique et à la région bruxelloise, mais je me suis tout de même rapidement lassée.
J'avais vraiment l'impression que les auteurs voulaient en faire trop, mettre toutes les expressions bruxelloises et wallonnes dans une seule BD, et même si j'apprécie énormément les particularités linguistiques de mon pays, j'ai trouvé que cela devenait un peu too-much.

L'histoire en elle-même est plutôt sympathique et se laisse lire, mais elle n'est cependant pas exceptionnelle non plus.
En tout cas, elle ne m'aura pas laissé un souvenir impérissable.

lundi 19 août 2019

Chroniques de San Francisco, tome 3: Autres Chroniques - San Francisco de Armistead Maupin


Dans ce troisième volet des Chroniques, nous retrouvons la très spéciale "famille" du 28 Barbary Lane, cette fois à l'aube des années 80 et plus que jamais en proie à des aventures abracadabrantes : entre une course poursuite en Alaska, un rodéo gay au Nevada, un week-end de star à Hollywood et la séquestration d'une présentatrice de télé dans la cave de Mme Madrigal - tandis que Michael poursuit sa recherche du Prince Charmant -, le lecteur n'aura guère le temps de souffler...

Je continue ma découverte des Chroniques de San Francisco avec ce troisième tome qui m'aura réservé encore bien des surprises et des scènes rocambolesques.
C'est incroyable de voir à quel point je suis rapidement devenue accro à cette saga. A peine ai-je lu un tome que j'ai déjà envie de me plonger dans le suivant. Malheureusement celui-ci était le dernier en ma possession, je vais donc devoir attendre avec de découvrir la suite.

Quelques années ont passé entre la fin du tome précédent et celui-ci, ce qui fait qu'on a besoin d'un petit temps d'adaptation pour se remettre les idées en place.
Mais un fois les quelques premiers chapitres lu, on est de nouveau dans l'ambiance, prêts à suivre les frasque de Michael et Mary Ann.
Evidemment les autres personnages ne sont pas en reste, mais ce sont véritablement ces deux-là qui rythment le récit et mettent l'ambiance, chacun à sa manière.

Une nouvelle fois, Armistead Maupin nous propose une histoire haute en couleur et complètement farfelue, même si ce dernier se base sur des événements qui ont réellement eu lieu. Et c'est une nouvelle fois DeDe qui va en faire les frais.
Échappée de justesse au massacre du Guyana, la mère d'Edgar et Anna revient en ville et confie à Mary Ann le soin de raconter son histoire.
Mais comme à chaque fois, rien ne va se passer comme prévu et le lecteur va se retrouver embarqué dans une nouvelle histoire foncièrement loufoque.

Cependant, c'est cela que l'on aime dans les Chroniques de San Francisco: partir complètement à la dérive et suivre l'auteur dans ses délires.
Même si en parallèle on apprécié également suivre l'évolution de la communauté LGBT de la ville, sous l'influence bienveillante de Michael.

Bizarrement, ces deux pendants du roman s'accordent à la perfection. On ne sait par quel miracle c'est possible, mais l'un ne va finalement pas sans l'autre.

Plus d'une fois j'ai eu un fou-rire durant ma lecture. Certains passages sont tout simplement hilarants, que ce soit vis-à-vis de la situation où par rapport à la manière dont Armistead Maupin a choisi de la décrire. Le style de l'auteur n'est peut-être pas le plus lyrique, mais il faut avouer qu'il n'a pas son pareil pour créer des situations et des dialogues qui sortent de l'ordinaire. 

En conclusion, faut-il encore que je vous décrive en long et en large mon amour pour les Chroniques de San Francisco? Parce que sincèrement, je pense avoir été plus que convaincante au cours de cet avis, ainsi que dans les deux précédents.
Et si vous n'êtes pas encore totalement convaincu, il n'y a qu'une seule solution: vous plonger vous-même dans l'aventure, afin de vous faire votre propre avis.
Croyez-moi, vous ne serez pas déçus !


Les infos utiles

Le site d'Armistead Maupin
Sa page Facebook
Son Twitter
Ma chronique du tome 1
Ma chronique du tome 2
Parution VO: Further Tales of the City - 1982 - Harper & Row
Parution VF: 7 septembre 2000 - Editions 10-18

dimanche 18 août 2019

Sunday's Books #252


Une nouvelle semaine pour le Sunday's Books, initié par Saefiel. Pour le récapitulatif, c'est chez elle que ça se passe !

Blabla

Hello les amis !

Encore une semaine qui se termine... J'ai vraiment l'impression que cela passe extrêmement vite !
Bon, il faut dire que j'ai été bien occupée cette semaine, que ce soit au boulot ou chez moi.

Côté boulot, la semaine s'est déroulée normalement et j'ai pu profité de deux jours de congés, jeudi et vendredi. Cependant, je bossais quand même samedi et j'ai eu assez bien de lecteurs !
Bah oui, vu qu'on a fermé deux jours, c'était totalement prévisible.
Mais bon, cela a le mérite de rythmer la journée et de faire en sorte qu'elle passe plus vite. Même si honnêtement, j'ai déjà de quoi m'occuper 😉

Jeudi était donc un jour férié, que j'ai passé entre amis. Nous étions invités à passer la journée chez un couple d'amis et nous étions neuf en tout.
C'était vraiment très chouette, tellement que je n'ai absolument pas vu le temps passer. La preuve: je suis restée là-bas de 14h à 1h du matin et la seule fois où j'ai regardé l'heure, il était déjà 23h30 !
Au programme: discussion, fou-rire, burger party, jeux de société et parties de Wii-U.
C'était vraiment génial ! Une très bonne manière d'occuper un jour férié 😊💖

J'ai également profité de ce temps off (de mercredi soir et de vendredi) pour bouquiner. Essentiellement des BD d'ailleurs, même si j'ai aussi pris le temps de bouquiner DanMachi par-ci, par-là.

Et pour clôturer ces petits congés en beauté, j'ai enfin reçu mes Converse Pride personnalisées ! Etant donné que je les ai déjà posté partout sur les réseaux, je ne résiste pas au plaisir de les remettre ici.
C'était peut-être un investissement, mais je ne le regrette absolument pas ! On n'a que le bien qu'on se fait après tout 😁👟


Allez, j'arrête de raconter mes bêtises et je m'en vais vaquer à mes occupations ! 😁

Des bisous 😘😘


Mes lectures

Ce que j'ai lu cette semaine




J'ai évidemment dévoré le troisième tome des Chroniques de San Francisco en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, mais j'ai également pris le temps de me faire une petite soirée BD avec Jamais et la suite de Dragon Ball Super, empruntées au boulot ainsi que Mort et déterré et Elma: une vie d'ours que j'ai reçu en SP 😊📚

Ce que je suis en train de lire


Je commence le dernier DanMachi.
Je pense qu'il ne fera pas long feu non plus 😉

In My Mailbox

Nouvel SP Castelmore 😊

Lifetime

Ce que j'ai lu sur les autres blogs !

L'avis de Saiwhisper sur Six of Crows
L'avis de La conteuse sur La comète
L'avis de Mille vie en une sur des dépliants antisexistes

Sur le blog 

Les derniers articles

jeudi 15 août 2019

Morgane - Stéphane Fert et Simon Kansara


Privée de son destin de reine, la demi-sœur du roi Arthur devient la sulfureuse fée Morgane et se dresse contre la tyrannie de la Table ronde et les manipulations de Merlin le fou. 
Écœurée par le magicien qui joue avec sa vie depuis sa plus tendre enfance, Morgane laisse libre cours à sa colère et assouvit sa soif de pouvoir envers et contre tous : son ancien maître, les hommes, leur nouveau dieu unique et l'ordre établi.

Avant toute chose, je tiens à préciser que je suis une totale néophyte en ce qui concerne les légendes arthuriennes. Je connais évidemment les grandes lignes j'ai vu Merlin l'Enchanteur comme tout le monde mais je ne pourrai pas dire si la Morgane de Fert et Kansara est fidèle à l'originale.
Maintenant que les bases sont posées, on peut passer à la chronique.

Si l'histoire commence au couronnement d'Arthur, les auteurs font rapidement un retour vers le passé pour nous présenter l'enfance de Morgane à Tintagel.
Unique enfant du couple royal, son père décide malgré tout d'en faire son héritière et l'éduque en ce sens: cours d'escrime et de politique seront donc au programme, ce qui est loin de déplaire à la jeune princesse ambitieuse qu'elle est déjà.


Cependant, le destin de Morgane va rapidement basculer avec la victoire d'Uther Pendragon sur le royaume de son père. C'est là qu'elle va devenir la disciple de Merlin et que va commencer son ascension vers les ténèbres.
Il est également question d'Arthur et des Chevaliers de la Table Ronde, de la quête du Graal et de l'histoire d'amour entre Guenièvre et Lancelot, mais tous ces événements sont traités avec beaucoup de dérision, sûrement pour alléger l'atmosphère plutôt lourde qui entoure Morgane.

Comme pour Peau de Mille Bêtes, j'ai été totalement envoûtée par les splendides dessins de Stéphane Fert. Le coup de crayon et les couleurs de ce dernier se marient à merveille avec le scénario de Simon Kansara et cela apporte énormément de charme à l'ensemble.
Il faudrait d'ailleurs plus d'une lecture pour apprécier ces dessins à leur juste valeur et - j'en suis sûre - découvrir mille et un détails qui auront échapper au lecteur la première fois.

J'ai adoré suivre l'évolution de Morgane, de l'enfance à l'âge adulte. On sent dès le départ que c'est une héroïne intrépide et intransigeante, mais la vie et les obstacles qu'elle va traverser vont faire en sorte qu'elle s'endurcissent au-delà de ses propres capacités.


L'autre personnage clé de cette BD, c'est évidemment Merlin. Mentor de Morgane, celui-ci n'est pas montré sous son meilleur jour. Il apparaît sous les traits d'un magicien puissant, mais également manipulateur et vicieux. Cela se dégage d'ailleurs énormément de ses traits, qui s'enlaidissent à mesure que l'histoire avance.

Ce procédé est également utilisé avec Morgane pour donner vie à sa descente aux enfers. Plus Morgane est déçue et contrariée par les événements qui se dressent sur son chemin, plus son aura physique change, et ce jusqu'à la dernière page.

En conclusion, me voilà une nouvelle fois conquise par le travail de Stéphane Fert. Ses dessins sont tout simplement magnifique et je ne me lasse pas de revenir dessus encore et encore. Autant vous dire qu'il n'en fallait pas plus pour que j'attende impatiemment sa prochaine parution !


Les infos utiles

Le tumblr de Stéphane Fert
Sa page Facebook
Ma chronique de Peau de Mille Bêtes
Parution: 6 avril 2016 - Editions Delcourt
Illustrations © Stéphane Fert