lundi 23 janvier 2023

Elle a fait un bébé toute seule - Emmanuelle Friedmann et Sophie Ruffieux

 
Au bonheur de Leah il ne manque que d’être mère. Le jour de ses 36 ans, elle ne prend les choses en main. En 2014, la PMA est exclusivement réservée aux couples hétérosexuels. 
Pour Leah qui est célibataire, commence alors un véritable parcours du combattant, trouver un médecin qui voudra bien l’aider sans la juger et surtout choisir l’endroit, en Europe, où elle sera à l’aise dans toutes les offres pléthoriques que propose le tourisme procréatif.
 
Lors de mon passage en librairie en décembre dernier, j’étais tombée sur cette BD en présentation. Je l’avais feuilletée, mais j’avais déjà trop d’achats, je l’ai donc reposée. Et puis finalement, quand je suis repassée à la librairie en janvier, elle était toujours là, comme si elle m’attendait. 
J’y ai vu un signe, et je l’ai prise. 
 
J’ai beaucoup aimé cette BD sur ce parcours atypique de vouloir être mère, alors qu’on est seule et que - comme le dit cette phrase magnifique que toutes les femmes entendent au moins une fois dans leur vie - l’horloge biologique tourne. 
C’est donc le cas de Leah, qui va se rendre compte que les années passent et qu’elle ne voit pas sa vie sans enfant. 
Elle va donc se lancer dans l’aventure de la maternité solo, avec beaucoup de courage, de détermination, mais aussi beaucoup de questions. Elle va également se heurter à la brutalité et au manque de compassion du monde médical et au jugement de ses proches (et moins proches) sur ses choix de vie. 
 
J’ai beaucoup aimé la manière dont les autrices ont traité ce sujet, avec beaucoup de psychologie et de bienveillance, mais sans jamais minimiser les difficultés de ce parcours. 
On y aborde également toutes les manières possibles de concevoir un enfant seule, avec les avantages et inconvénients de chaque méthode, et j’ai trouvé ça très complet et très instructif. 
Une chose m’a néanmoins légèrement chiffonnée : j’aurais aimé que cette BD aborde également « l’après » et mette en image le quotidien d’une mère célibataire avec un nourrisson issu d’une PMA solo. 
Peut-être les autrices nous offriront elle un deuxième tome sur le sujet. En tout cas, cela me plairait beaucoup et je pense qu’il y a matière à écrire sur le thème. 
 
En bref, cette BD m’a beaucoup plu car elle aborde un sujet qui m’intéresse énormément. Le fait qu’il soit traité avec beaucoup de douceur et de réalisme ne fait qu’ajouter de positif à cet ouvrage. 
Le seul autre inconvénient de cette BD, c’est qu’une fois qu’on la commence, on ne peut s’empêcher de fredonner cette fameuse chanson que tout le monde connaît.
 
 
Les infos utiles

Le site d'Emmanuelle Friedmann
La page Facebook de Sophie Ruffieux
Parution : 23 novembre 2022 - Marabout
Illustrations : Elle a fait un bébé toute seule par Emmanuelle Friedmann et Sophie Ruffieux © Marabout 2022

jeudi 19 janvier 2023

Red Rising, tome 5 : Dark Age, partie 2 - Pierce Brown


« Mon miracle s’est transformé en débandade. » 
Acculé sur Mercure, Darrow tente de sauver les lambeaux de son armée. Dans le camp adverse, Lysandre veut redorer le blason des Ors. Capturée par un cauchemar de son passé, Mustang se débat pour protéger la République. En fuite avec des alliées incongrues, Lyria prend son avenir en main. Au service des Obsidiens, Éphraïm se bat contre lui-même et un ennemi redoutable. Dans le système solaire, cinq destins s’entrecroisent… 
Les alliances se font et se défont. De nouvelles menaces apparaissent. La République s’écroulera-t-elle devant le retour des Ors, Ou devant une invasion surgie des confins de l’espace ?
 
Ce qui me chagrine avec Pierce Brown, c’est que depuis la fin de la trilogie originelle, j’ai le cul entre deux chaises. 
À la fois, je suis toujours emballée à l’idée de revoir mes personnages chouchou (Sevro ♥) dans un univers de space-opera complet et complexe, et de l’autre je suis frustrée par la tournure que prend l’histoire, car selon moi, la conclusion du tome 3 aurait été largement suffisante… 
 
Me voilà donc à chaque nouvelle sortie, hyper enthousiaste à l’idée de repartir à l’aventure, puis déchanter au bout de quelques chapitres, quand je vois la tournure que prenne les événements. Honnêtement, par moment je trouve ça too much. 
 
Ce tome-ci n’échappe pas à la règle, et me laisse avec des sentiments mitigés. 
Le découpage d’un seul et même tome VO en deux tomes VF doit déjà jouer sur mon appréciation de celui-ci. Car l’univers est tellement complexe et les personnages tellement nombreux, qu’il est difficile de tous se les rappeler tous les six mois… 
(À ce propos, merci Hachette d’avoir supprimé le glossaire des personnages dans ce tome-ci, c’était tellement approprié !)
 
Ensuite, j’ai regretté l’absence de certains personnages principaux (Sevro, encore une fois, je sais, je suis en boucle) au profit de longueurs concernant d’autres protagonistes. 
Ce n’est pas que je n’apprécie pas Lyria, Ephraïm et Lysandre, mais ils n’ont malheureusement pas la prestance d’autres intervenant•es, sauf dans certaines scènes bien spécifiques où iels révèlent tout leur potentiel. Mais cela reste minime, par rapport aux scènes où il ne se passe pas grand chose… 
J’aurais également aimé qu’on se focalise plus sur Victra et Virginia, qui selon moi ont un énorme potentiel inexploité. 
 
Ainsi, la moitié du roman m’a parfois semblé longue et presque inintéressante, jusqu’au climax de fin, où tout se précipite et où -comme une fan qui se laisse prendre au piège- je révise totalement mon jugement pour vouloir lire une centaine de pages supplémentaires. 
Comme je vous le dis : le cul entre deux chaises... 
 
Je continue donc d’apprécier les romans et le style de Pierce Brown, mais je suis totalement perdue et j’ai du mal à voir où tout cela va finir par nous mener. 
Nul doute que l’auteur va de nouveau nous sortir un lapin de son chapeau, mais cela sera-t-il le coup de trop ? 
 
Néanmoins, malgré le côté parfois piquant de mon avis, j’ai tout de même envie de connaître la suite de cette histoire et je serai certainement au rendez-vous à la parution du prochain opus. 
J’espère ne pas être déçue !
 
 
Les infos utiles 

Le site de Pierce Brown
Sa page Facebook
Son Twitter
Ma chronique du tome 1
Ma chronique du tome 2
Ma chronique du tome 3 
Ma chronique du tome 4, partie 1 
Ma chronique du tome 4, partie 2
Ma chronique du tome 5, partie 1
Parution VO: 30 juillet 2019 - Del Rey Books
Parution VF: 24 août 2022 - Hachette

vendredi 13 janvier 2023

Précis de culture féministe pour briller en société patriarcale - Sabrina Erin Gin

Que diriez-vous si vous pouviez recadrer tonton Robert, connu pour ses opinions antiféministes lors des repas de famille, rien qu’avec une petite anecdote méconnue, le tout en brillant par votre intelligence ? Dans une période où le féminisme imprègne de plus en plus notre manière de penser, Sabrina Erin Gin propose de traiter les grands sujets du féminisme par le biais des petites histoires qui ont forgé la grande. 
Savez-vous qui est Ada Lovelace ? Cette mathématicienne a créé le tout premier programme informatique au XIXe siècle, sans qui l’ordinateur n’aurait jamais été inventé. 
Saviez-vous que des médecins ont voulu interdire l’utilisation de la machine à coudre mécanique pour les femmes, qu’ils soupçonnaient de se masturber dessus ? 
Ce livre retrace différentes histoires, faits inconnus sur les femmes d'hier et d'aujourd'hui, des anecdotes farfelues qui ont contribué à asseoir le patriarcat. 
Un ouvrage nécessaire pour abolir l'histoire des hommes. 
 
« La plaisanterie n’empêche pas la rage ». 
Je trouve que cette phrase du préambule résume parfaitement bien le message de ce livre et le ton employé par l’autrice pour le faire passer. 
 
Car de la rage, nous en avons à revendre, surtout après avoir parcouru les quelques 200 pages de ce précis de culture féministe, qui nous montre à quel point les mécanismes du patriarcat et du sexisme sont si bien ancrés dans notre société actuelle, même si - comme on ne cesse de nous le répéter - « c’était pire avant ». 
 
Évidemment que c’était pire avant, mais est-ce une raison pour nous contenter du peu de droits que nous avons acquis ? Parce que, honnêtement, ce n’est pas folichon... 
 
A travers cet ouvrage, Sabrina Erin Gin (@Olympereve sur Instagram) nous fait remonter le temps, à travers l’Histoire (vous savez, cette grande Histoire, racontée par les hommes, pour les hommes….) et nous livre des anecdotes, des faits et des événements qui montrent à quel point le genre féminin a toujours été méprisé par par les hommes, et ce depuis la sédentarisation de l’humanité. 
 
J’ai appris énormément de choses durant cette lecture, que ce soit concernant la pratique du foot par les femmes, l’invention de l’amour, l’obsession de ces messieurs pour la masturbation féminine (au travail !?), l’appropriation masculine de termes linguistiques au départ neutres ou encore l’intersexuation. 
 
J’ai aimé le ton cynique utilisé par l’autrice tout au long de son écriture. On sent à travers celui-ci,toute la rage contenue par les femmes et les minorités de genre, face à la misogynie qui nous vampirise, mais aussi la lassitude face aux « arguments » qui nous sont envoyés à la figure, encore et encore lorsqu’on parle de sexisme et de féminisme. 
 
Mention spéciale à la dernière partie du livre, intitulée « Le problème ce sont les hommes », qui dresse un bilan fort peu glorieux de leurs exploits et nous démontrent que nous méritons mieux que d’être leurs égales. 
 
Et pour les sceptiques, sachez que ce bouquin est accessible et extrêmement bien sourcé. Des notes sont disponibles à chaque fin de chapitre, permettant à celleux qui le désirent d’aller plus loin dans la réflexion et la recherche. 
 
 
Les infos utiles
 
L'Instagram de Sabrina Erin Gin
Parution : 13 septembre 2022 - Éditions Leduc

samedi 19 novembre 2022

Ceci est un come back


Time to be myself again ♥️ 

Ça fait longtemps que vous n’aviez pas vu ma tête passer par ici, n’est-ce pas ? (Sauf si on excepte les stories de cette semaine dues à mon engouement pour le concert de Suzane, mais ça, c’est une autre histoire et une autre plateforme 😉)

Cela fait un moment que j’ai envie de revenir, mais que je trouve pas la force, l’envie ou la motivation de vous raconter tout ce qu’il s’est passé durant l’année qui vient de s’écouler. 
Parce que celle-ci a été vraiment très compliquée, professionnellement parlant.

Je ne rentrerai pas dans les détails, mais en substance, sachez que même si je suis toujours autant amoureuse des livres et de la lecture, j’ai réalisé que le monde des bibliothèques publiques n’avait plus grand chose de positif à m’offrir. 
J’ai donc eu envie et besoin de changer d’air. 

Un changement d’air qui a pris deux formes : d’abord celle d’une formation en ligne pour devenir assistante virtuelle et ensuite celle d’un nouvel emploi, très éloigné du domaine de la lecture publique, mais où mes compétences acquises ces neuf dernières années s’avèrent finalement très utiles.

Depuis le mois d’octobre dernier, je suis sortie de ma zone de confort pour entamer un nouveau défi : je suis maintenant chargée des réseaux sociaux et du secrétariat pour la Cité des Métiers de Charleroi.

En l’espace d’un mois, vous ne pouvez pas imaginer à quel point je me suis épanouie ! 
Je travaille maintenant à 10 minutes de chez moi, avec des horaires confortables et des possibilité de télétravail, mais surtout avec géniale et bienveillante qui reconnaît mes compétences à leur juste valeur. Et ça, ça n’a tout simplement pas de prix ! ♥️♥️ 

Alors, maintenant que j’ai réussi à plus ou moins prendre mes marques dans ce nouveau challenge (même s’il me faudra encore quelques mois pour être véritablement au top 😉), j’ai très envie de revenir par ici pour vous embêter avec mes lectures, mes partages queer et féministes, mes séances de sport, mes jolis vêtement, mes sorties et toutes les autres choses de ma vie que j’aurai envie de partager 😊

Du coup, vous êtes encore là ? 😉

jeudi 4 août 2022

Feminist in progress - Lauraine Meyer


Un guide fun et intelligent pour découvrir les bases du féminisme 2.0 ou enrichir ses connaissances. 
Aigries, poilues, agressives, moches, lesbiennes (ou pire, célibataires !), les clichés ont la vie dure en matière de féminisme. Mais qu’est-ce que ça veut dire aujourd’hui « être féministe » ? 
Sous forme d’essai graphique coloré, drôle et décomplexé, cet album invite à déconstruire, l’une après l’autre, les normes et les idées reçues afin de nous ouvrir les yeux à toustes ! 
Du sexisme ordinaire au mouvement #MeToo, de la charge mentale au consentement, du Body Positive à la réinvention de l’hétérosexualité, en passant par l’écoféminisme et la sororité, Lauraine Meyer s’emploie à revisiter quelques thèmes et concepts fondamentaux, au cœur du féminisme post #MeToo.

Vous connaissez mon intérêt pour le féminisme, la déconstruction et tout ce qui s’y rapporte, vous ne serez donc pas étonné•es de mon intérêt pour ce livre que j’ai reçu en SP de la part de Casterman. 
J’ai énormément apprécié cette lecture, même si je n’étais pas totalement le public cible. 
En effet, cette BD porte bien son nom, puisqu’elle s’adresse avant tout aux personnes qui commencent leur voyage au sein du féminisme. Féminist in Progress propose donc une initiation aux concepts du féminisme, de la déconstruction des concepts de genre, à l’éducation non-genrée et aux autres concepts connexes. 

Le ton employé par l’autrice est volontairement simple et accessible à toustes (sans pour autant prendre les lecteurices pour des navets), parsemés de dessins et schémas mettant en scène des exemples concrets et visuels afin que les concepts expliqués soient compris rapidement et efficacement. 
Petit bonus non-négligeable : chaque chapitre est agrémenté de petites punchlines en pleine pages, toujours très pertinentes ET percutantes destinées à interpeller les lecteurices. Certaines m’ont vraiment fait beaucoup rire, tant leurs formulations étaient bien trouvées. 

Honnêtement Feminist in Progress est un must-have à avoir dans sa bibliothèque pour débuter son chemin de déconstruction. 
Et même si je disais en préambule que je n’étais pas forcément la cible privilégiée par ce bouquin, j’ai tout de même appris de nouvelles choses (notamment sur la question de l’épilation des poils « féminins »). 
C’était donc un vrai plaisir de lire ce titre de Lauraine Meyer dont j’ai découvert avec plaisir le style graphique. 
J’ai hâte de voir quel sera son prochain projet et il est certain que je serai au rendez-vous pour le lire.

Les infos utiles

L'Instagram de Lauraine Meyer
Parution : 4 mai 2022 - Casterman
Illustrations : Feminist in progress par Lauraine Meyer © Casterman 2022