vendredi 28 février 2020

My other addictions #63



Comme d'habitude pour ce rendez-vous mensuel, je vous parle des films et séries que j'ai récemment bingés 😉

Les films que j'ai vus au cinéma

Birds of Prey

Long métrage centré sur des super-héroïnes et super-méchants de l'univers DC Comics, parmi lesquelles Harley Quinn et Batgirl.

Énormément de gens l'ont détesté et énormément de gens l'ont trouvé génial.

Pour une fois, je me trouve dans l'entre-deux. Je n'ai pas été subjuguée par le film, mais je l'ai tout de même trouvé très bien amené.
Comme beaucoup, j'ai trouvé que le personnage d'Harley Quinn gagnait totalement au change, par rapport à ce qui avait été fait par le précédent réalisateur. 

Le film est plutôt bien rythmé, les dialogues entre les personnages sont assez drôles, et le tout forme un chouette film à regarder entre amis.
Mais pour ce qui est des super héros, je suis toujours plus sur Marvel que DC.

Les films que j'ai vus chez moi

Downton Abbey

Les Crawley et leur personnel intrépide se préparent à vivre l'événement le plus important de leur vie : une visite du roi et de la reine d'Angleterre. 
Cette venue ne tardera pas à déclencher scandales, intrigues amoureuses et manigances qui pèseront sur l'avenir même de Downton.

Quel plaisir de retrouver tous nos personnages chouchou dans un film complet ! 
Je trépignais d'impatience depuis des mois pour le voir et je n'ai absolument pas été déçue.

Tout est très fidèle à la série d'origine et l'idée du conflit entre les domestique de la famille royale et ceux de Downton est très bien amenée.
On a clairement l'impression de retourner dans la série, tant tous les événements collent ensembles et forment une histoire cohérente.

Après un tel film, on pourrait très clairement en avoir un second qui ne serait pas de trop. Même si la fin conclut admirablement l'ensemble.
Le souci avec Downton, c'est qu'on en veut toujours plus ! 


The Shape of Water

Modeste employée d’un laboratoire gouvernemental ultrasecret, Elisa mène une existence morne et solitaire, d’autant plus isolée qu’elle est muette. 
Sa vie bascule à jamais lorsqu’elle et sa collègue Zelda découvrent une expérience encore plus secrète que les autres…

J'ai vu ce film avec ma maman lors de son passage à la TV, alors que cela fait déjà un long moment que je dois le visionner. L'occasion s'est donc présentée et j'ai pu découvrir ce film dont tout le monde a parlé lors de sa sortie.

Très honnêtement, j'en suis encore à me demander comment ce film a pu remporter autant de prix. Ok, l'histoire est plutôt sympa et les effets spéciaux pour créer la créatures sont plutôt bien foutus, mais à côté de ça, le film ne casse pas trois pattes à un canard.

Dès le départ, on sait tous ce qu'il va se passer et comment cela va se terminer. Et ça ne manque pas !

Je suis contente de l'avoir vu, mais ce film ne m'aura pas marquée et je ne le reverrai pas.

Maleficient: Mistress of Evil

Plusieurs années après avoir découvert pourquoi la plus célèbre méchante Disney avait un cœur si dur et ce qui l’avait conduit à jeter un terrible sort à la princesse Aurore, "Maléfique: Le pouvoir du mal" continue d’explorer les relations complexes entre la sorcière et la future reine, alors qu’elles nouent d’autres alliances et affrontent de nouveaux adversaires dans leur combat pour protéger leurs terres et les créatures magiques qui les peuplent.

Là encore, c'est un film que j'attendais avec impatience, tant j'aime le premier opus. Je trouve qu'on a su donner un visage humain à cette célèbre méchante de Disney et à lui créer une histoire cohérente et bien amenée.

Malheureusement, même si j'ai aimé ce deuxième film, j'ai trouvé que Maléfique en était la grande absente. Ce qui est assez ironique quand on y pense...
En effet, son personnage doit avoir au maximum dix minutes de temps de parole sur tout le film (et j'exagère à peine), alors que celui incarné par Michelle Pfeiffer incarne une présence constante.
Il aurait peut-être fallu renommer le film Reine Ingrith, ça aurait été plus cohérent.

J'ai également été déçue du traitement d'Aurore, qui se laisse trop facilement embrigader. 
Dommage, car visuellement le film reste magnifique ! 

Hairspray

Malgré son physique passablement arrondi, la jeune Tracy n'a qu'une idée en tête : danser dans la célèbre émission de Corny Collins. Par chance, ce dernier assiste à une de ses performances au lycée et lui propose de venir rejoindre son équipe. Tracy devient instantanément une star, s'attirant du même coup la jalousie d'Amber, qui régnait jusqu'ici sur le show. 
La chance de Tracy tourne lorsque, après avoir été témoin d'une injustice raciale, elle se retrouve poursuivie par la police pour avoir marché à la tête d'une manifestation pour l'intégration des Noirs. Désormais en cavale, ses chances d'affronter Amber au cours de la finale et de remporter le titre de « Miss Hairspray » semblent bien compromises...

Cela faisait une semaine que j'avais Goodmorning Baltimore en tête, ce qui était le signe que je devais revoir ce film.

Que dire, à part que je suis toujours aussi fan des danses et des chansons et que j'adore l'actrice qui joue Tracy (même si malheureusement elle n'a pratiquement fait que ce film).
Dommage, parce que ce film traite quand même de sujet importants, même si ça reste une comédie musicale.


Les séries que j'ai regardées

Luna Nera
Saison 1

Dans l'Italie du XVIIe siècle, une sage-femme adolescente accusée de sorcellerie doit choisir entre un amour traversant les étoiles et l'accomplissement de son puissant destin.

Une série qui parle de sorcières au XVIIe siècle, je ne pouvais décemment passer à côté. Dans l'ensemble, j'ai passé un bon moment avec cette série, même si cela m'a très rapidement paru cousu de fil blanc.
J'ai rapidement deviné de quoi il retournait, mais cela ne m'a pas empêché de m'attacher au personnage d'Ade.
J'ai également beaucoup apprécié Persepolis et Leptis, des femmes avec de fortes personnalités et qui ont des rôles importants dans l'histoire.

Luna Nera est une sérié plaisante à suivre. Très courte (6 épisodes), elle présente des sorcières avec des aptitudes intéressantes.
Même si certains événements sont prévisibles et le dernier épisodes un peu tiré par les cheveux, l'ensemble est très agréable à regarder.


Chilling Adventures of Sabrina
Saison 3

Les nouvelles aventures de Sabrina imagine l’origine des aventures de Sabrina l’apprentie sorcière comme une sombre histoire axée sur le passage à l’âge adulte à travers l’horreur, les sciences occultes et bien sûr la sorcellerie. 
Sabrina lutte pour concilier sa double nature – mi-sorcière, mi-mortelle – tout en s’opposant aux forces du mal qui la menacent elle, sa famille et le monde des mortels.

Je suis un peu dubitative par rapport à cette saison et à sa conclusion. 
J'ai aimé suivre cette saison, même si j'ai parfois pesté contre les idées scénaristiques loin d'être originales, mais je sens que si cela continue, on va avoir droit au même massacre perpétré à l'encontre de Riverdale: ça va partir dans tous les sens, sans plus aucune cohérence.

On y est déjà plus ou moins avec le dernière épisodes, mais j'espère que les scénariste arrêteront tout avant que cela ne parte totalement en couille.


Spinning Out
Saison 1

Après une chute qui lui a donné envie de tout arrêter, Kat Baker, une jeune patineuse artistique, relance sa carrière en s'associant à un patineur talentueux un brin bad boy. 
Sur la glace et en dehors de la patinoire, ce duo va devoir affronter de nombreux obstacles pour parvenir au sommet.

J'ai toujours eu une trouille bleue à l'idée de faire du patin à glace, mais je dois bien avouer que regarder des professionnels évoluer sur la glace, cela m'a toujours fait un petit quelque chose.

Du coup, quand j'ai vu cette série dans mes suggestions, je n'ai pas hésité longtemps avant de la commencer.
Dans l'ensemble, j'ai beaucoup apprécié l'histoire et le background des personnages, même si les épisodes 7 et 8 (il me semble) m'ont réellement soulée.
Franchement, vous n'auriez pas pu trouver autre chose pour mettre du piment dans la série ? Il fallait vraiment tomber dans le cliché de l'ado qui fait exactement ce qu'elle reproche à sa mère ?
Renouvelez-vous bordel !

A part cela, j'ai adoré les chorégraphies proposées. Je suis juste restée sur ma faim concernant le dernière épisode... C'est une série sur le patinage et vous ne nous proposez même pas de voir le programme de conclusion ?? Pourquoi !?


Le Bazar de la Charité
Saison 1

Les destins de deux femmes bourgeoises et d'une bonne dans le Paris des années 1890 après un incendie qui a été la première catastrophe de l'ère urbaine...
Avec le temps, Anne, 13 ans, va illuminer leur vie et celle de leur petite communauté grâce à son esprit fantasque, sa vive intelligence et son imagination débordante. 

Ohlala cette série...
J'ai un peu procrastiné avant de la commencer, mais une fois le premier épisode lancé, je ne pouvais plus m'arrêter.
D'ailleurs, en parlant du premier épisode, il est véritablement glaçant ! J'ai eu plusieurs fois des bouffées d'angoisse durant les scènes les plus hard de l'incendie.

Pour le reste des épisodes, j'ai trouvé ça drôlement bien amené et hyper cohérent. A la fin de chaque épisode j'étais sur des charbons ardents quel mauvais jeu de mot ! et j'ai parfois dû me faire violence pour ne pas tout enchaîner d'un coup et faire une nuit blanche.


The Good Place
Saison 4

Après avoir été percutée et tuée par un semi-remorque, Eleanor se réveille dans ce qui semble être la vie après la mort. Lorsque Michael, l'Architecte des lieux, lui apprend qu'elle est au "Bon endroit" compte tenu ses bonnes actions, elle réalise qu'elle a été confondue avec quelqu'un d'autre...

Cette série, je l'aurais adorée du début à la fin !
Je suis contente que les producteurs aient décidé de lui donner une vraie fin, avant de trop tirer sur la corde et de rendre la chose inintéressante.

Le dernier épisode est d'ailleurs très émouvant, mais je n'aurais pas pu rêver meilleure conclusion.
Eleanor et ses amis vont me manquer.


The Mandalorian
Saison 1

Après les aventures de Jango et Boba Fett, un nouveau guerrier émerge dans l'univers Star Wars. 
The Mandalorian se déroule après la chute de l'Empire et juste avant l'émergence de Premier Ordre et raconte les voyages dans les contrées les plus éloignées de la Galaxie d'un tireur solitaire loin de l’autorité de la Nouvelle République. 

Si au départ je n'étais pas ultra convaincue par les premiers épisodes, j'ai fini par me prendre au jeu et à m'attacher à Mando et à l'enfant.

Le mystère reste évidemment entier concernant l'identité de ce dernier, et j'espère qu'il ne faudra pas dix saisons pour la connaître, sinon je risque de décrocher.
Néanmoins, j'ai hâte de savoir ce qu'on nous réserve pour la suite.

Et puis, continuer de suivre l'univers de Star Wars, c'est toujours bon à prendre.

mercredi 26 février 2020

Les Zindics Anonymes - Christ et Carbone


Quand on a un paternel capitaine de police judiciaire, les soirées sont souvent solitaires. Tom est bien placé pour le savoir. Mais quand l'enquête sur laquelle travaille son père implique Fabian, un ancien surveillant de son lycée, Tom décide de tirer lui-même les choses au clair. Aux côtés de Lilia, sa meilleure amie, il endossera le rôle d'indic pour la police... en tout anonymat ! 
Une nouvelle série policière pour les enquêteurs en herbe !

D'ordinaire je ne suis pas une grande fan de policier. Ce n'est pas un genre qui m'attire plus que cela, même si j'ai bien lu l'un ou l'autre classique. Mon kiff à moi c'est plutôt la littérature de l'imaginaire. C'est là-dedans que je retrouve tout ce que j'aime dans un livre.

Mais bizarrement, j'ai été attirée par l'intrigue des Zindics Anonymes et j'ai eu envie de découvrir cette BD policière pour ado.
Résultat des courses: j'ai super bien accroché !
Bon, il faut bien avouer que je savais que je ne prenais pas de très gros risques en me lançant dans cette lecture, puisque c'est Carbone qui est au scénario. Ayant déjà eu de gros coup de cœur pour La boîte à musique et Dans les yeux de Lya, il y avait de grandes chances pour que cette BD me plaise également.

Tom, Lilia et leurs amis sont des personnages très attachants, même si comme tous les ados, ils ne sont pas exempts de défaut. Mais c'est ce qui les rend d'autant plus réels et intéressants à suivre. Car tout en étant conscients des risques que cela représente, ils continuent de mener leurs enquêtes sur des faits qui leur paraissent suspects pour aider les forces de polices.
J'ai beaucoup aimé le ton de la BD: c'est à la fois sérieux et divertissant. Carbone évite d'infantiliser ses héros et ses lecteurs en leur offrant, pour chaque tome une intrigue intéressante, basée sur leur quotidien.
De plus, elle inclut dans ses histoires des sujets importants, qu'il est intéressant d'aborder avec ce jeune public, tels que le harcèlement et le suicide.

Les dessins de Christ se marient à merveille avec les intentions de Carbone et parviennent à donner vie à cette histoire avec une étonnante facilité. Le look des personnages n'est pas de ceux qu'on rencontre souvent en BD, mais il matche très bien avec leurs différentes personnalités.
En conclusion, la série des Zindics Anonymes nous plonge dans des enquêtes policières drôlement bien ficelées, qui en plus poussent les jeunes lecteurs à la réflexion. Les personnages sont hyper attachants et font preuve à la fois de réflexions pertinentes et d'un sang froid à toute épreuve.
Une BD à découvrir d'urgence !


Les infos utiles

La page Facebook de Carbone
Le site de Christ
Sa page Facebook
Son Twitter
Parution tome 1: 19 janvier 2019 - Dupuis
Parution tome 2:  17 janvier 2020 - Dupuis
Illustrations: Les Zindics Anonymes par Carbone CHRIST © Dupuis 2020

lundi 24 février 2020

Toutes les vies de Margot - Juno Dawson


Peut on détester quelqu’un au présent et l’aimer dans le passé ? 
C’est le dilemme de Felicity dite Fliss 15 ans qui a quitté la vie trépidante de Londres pour vivre chez sa grand mère dans un trou perdu de la campagne galloise. 
Mais les apparences peuvent être trompeuses et Fliss va découvrir que Margot n’a pas toujours été celle qu’elle est ...

Autant vous le dire tout de suite: ce roman m'a bouleversée. Je l'ai lu en deux jours et il m'a fait tellement d'effet que je ne sais pas si ma chronique sera compréhensible. Je vais en tout cas faire de mon mieux.

Dans son roman, Juno Dawson nous invite à suivre Felicity (dite Fliss) qui se voit contrainte de déménager de Londres à la ferme de sa grand-mère au Pays de Galles, afin que sa mère puisse se remette du cancer.
Malheureusement, Margot et l'adolescente ne parviennent pas à s'entendre, la première trouvant la seconde trop superficielle, tandis que Fliss trouve sa grand-mère froide et jugeante.

C'est la découverte du journal que tenait Margot durant la Seconde Guerre Mondiale qui va changer la perception de Fliss sur cette dernière ainsi que la dynamique qui existe entre ces deux femmes au fort caractère.

Si j'ai lu que certains lecteurs trouvaient Fliss hautaine et superficielle, ce ne fut absolument pas mon cas. Au contraire, j'ai trouvé notre héroïne plutôt mature et réfléchie, avec juste la petite pointe de cynisme qu'il faut pour me plaire.
Pareil pour la Margot des années 40, qui était un personnage haut en couleurs et terriblement attachants. Ces deux-là forment véritablement un duo explosif et inoubliable. 

Malgré les apparences, Toutes les vies de Margot est une histoire profonde et bouleversante. C'est une histoire de sororité, de féminisme, d'entraide et d'inclusion.
L'autrice aborde donc un vaste panel de sujets. Elle ne va peut-être pas toujours au fond des choses, mais elle a tout de même le ton et la manière de les présenter et c'est cela que je retiendrai de ma lecture. Il ne faut parfois pas en faire des tonnes pour aborder un thème correctement.

Je n'ai qu'un regret à formuler à propos de ce roman, c'est l'apparence de la couverture. Celle-ci ne rend absolument pas justice à son contenu et n'est pas du tout adaptée à son public cible, c'est-à-dire les adolescents. Pour travailler quotidiennement avec eux dans le monde du livre, je peux vous dire que c'est typiquement le genre de couverture sur laquelle ils ne s'attarderont pas.
Dommage, parce qu'une fois ouvert, on ne peut plus refermer ce roman.

En conclusion Toutes les vies de Margot a réussi à me faire passer par toute une palette d'émotions en moins de 400 pages. J'ai autant ri que pleuré durant ma lecture, et si j'ai vu venir quelques petits événements, cela ne m'a absolument pas dérangée.
Et petit bonus aux références des années 80, période dans laquelle évolue Fliss, qui m'ont rendue nostalgique. C'était très agréable comme petit retour en arrière.


Les infos utiles

Le site de Juno Dawson
Son Twitter
Parution VO: Margot and me - 26 janvier 2017 - Hot Key Books
Parution VF: 22 janvier 2020 - Editions Milan

dimanche 23 février 2020

Sunday's Books #275


Une nouvelle semaine pour le Sunday's Books, initié par Saefiel.

Blabla

Hello les amis !

Et encore une semaine sans chauffage ! Youhouuu ! 😓
Enfin, il était de nouveau opérationnel jeudi, mais on en attendant on aura quand même eu froid...
Bref, maintenant croisons les doigts pour que plus rien ne nous tombe sur le coin du nez.

Je suis un peu dans un sale mood depuis quelques jours, donc je ne vais pas m'appesantir par ici. Je vais plutôt aller bouquiner et faire des câlins à mes chats et ça ira mieux la semaine prochaine 😉
Déjà demain j'accompagne le frangin pour aller faire son premier tattoo... 😁😁
Du coup, je commence à avoir envie de m'en faire un nouveau aussi. Et j'ai déjà une idée très précise en tête, ce qui ne m'était plus arrivé depuis le premier.

Avant de conclure ce blabla, sachez qu'un concours sera organisé sur mon compte Instagram ce mardi... Alors soyez au rendez-vous ! 😁
Je vous donne un indice: cela a un rapport avec la collection Page Turner 😉

Des bisous 😘😘


Mes lectures

Ce que j'ai lu cette semaine
J'ai lu Toutes les vies de Margot et ce livre m'a bouleversée ! C'était tellement juste, tellement profond que j'ai encore du mal à ne pas y penser 💙
Ensuite j'ai également lu la BD de Ducobu achetée la semaine passée, ainsi que le dernier tome paru de The Promised Neverland. Je suis accro 😉

  Ce que je suis en train de lire
Je devais le commencer vendredi, juste après avoir terminé Toutes les vies de Margot, mais ce livre me reste tellement en tête que j'ai du mal à en commencer un nouveau.
Je pense quand même me lancer cet après-midi 😉
J'ai hâte, car c'est tout de même le nouveau titre de Chris Colfer 😊😍


In My Mailbox
Je n'ai pas acheté de livre, mais un nouveau carnet, ça compte ? 😁
Parce qu'en plus, il est juste trop beau 😍😍
Et j'ai déjà commencé à écrire dedans 😊

Lifetime

Ce que j'ai lu sur les autres blogs

L'avis de Mère Sauvage sur Heartstopper
Celui de Lirado sur Djihad Online

Sur le blog 

Les derniers articles

jeudi 20 février 2020

Nos passés imparfaits, tome 1 - Danielle Rollins


Une histoire d'amour envoûtante qui traverse le temps et les époques. 
Dorothy est piégée et prête à tout pour échapper au mariage arrangé par sa mère. Y compris s'enfuir et embarquer clandestinement à bord d'un étrange vaisseau. 
Mais en faisant la connaissance du jeune et mystérieux Ash, la jeune fille est loin de se douter qu'elle va atterrir dans un futur déchiré par les catastrophes naturelles et la guerre civile. Un futur dans lequel Ash a une mission des plus cruciales : remonter le temps et retrouver le Professeur, son mentor, afin d'empêcher le monde de sombrer dans le chaos. 
Ce que Dorothy ignore, c'est qu'en fuyant son tragique destin, c'est celui de l'humanité entière qu'elle vient de changer...

J'ai reçu ce roman lors du dernier SLPJ de Montreuil, sous forme d'épreuve non corrigée, mais depuis je l'avais un peu oublié. Cependant, le résumé m'avait énormément intrigué, puisqu'il était question de voyage dans le temps et que j'ai rarement l'occasion de lire ce type de roman.

Je dois avouer que j'ai eu assez bien de mal à rentrer dans l'histoire et à m'attacher aux personnages. Durant toute ma lecture, j'ai eu comme une impression de survol, qui m'a empêchée d'être totalement immergée. Ajoutez à cela le fait que la version que j'ai lu n'était pas définitive (et avait donc quelques coquilles et autres défaut d'écriture), vous comprendrez les difficultés que j'ai éprouvées avec cette lecture.

Néanmoins, je dois bien avouer que l'autrice a effectué un sacré travail de fond sur son histoire, prenant la peine de s'intéresser aux principes physiques régissant ce phénomène et aux paradoxes temporels que ceux-ci peuvent provoquer.
Ajoutons à cela la dimension sociale qui découle des catastrophes naturelles ayant frappé Seattle et on obtient un background très développé, qui matche bien avec ce type d'histoire.
Tout paraît donc parfaitement cohérent et plausible, ce qui ajoute un côté tangible à l'histoire.

Concernant Ash et Dorothy, aucun des deux ne m'a fait grande impression. J'ai apprécié de les suivre tout au long du roman, mais je me suis jamais réellement sentie concernée par ce qui leur arrivait.
J'étais plus attirée par la partie se concentrant le Professeur et ses expérimentations, que par le point de vue des personnages principaux.
J'ai également eu plus d'affinités avec Zora, Chandra et Willis, les personnages "secondaires".

Ce roman aurait pu être vraiment intéressant si, pour une fois, on s'était détaché de la romance et du coup de foudre au premier regard. De plus, je dois dire que le plus gros de l'intrigue était tout de même assez simple à deviner, pour peu qu'on ait déjà lu quelques romans de science-fiction.

En conclusion, ce premier tome de Nos passés imparfaits n'est pas inintéressant, mais se concentre sur des topics qui ont déjà été vus et revus, alors qu'il y avait tout un pan pertinent à exploiter. Je lirai tout de même la suite, parce que je suis curieuse de savoir ce que l'autrice a prévu pour ses personnages, mais j'espère vraiment être surprise.


Les infos utiles

Le site de Danielle Rollins
Sa page Facebook
Son Twitter
Parution VO: Dark Stars, book 1: Stolen Time - 5 février 2019 - HarperTeen
Parution VF: 6 février 2020 - Michel Lafon