vendredi 18 septembre 2020

Tout va bien - Charlie Genmor


Ellie vient d'avoir vingt ans et n'a jamais eu de relation amoureuse... Raison pour laquelle tout bascule lorsque son ami Archimède lui demande de sortir avec lui. 
C'est le début d'une histoire d'amour pas très ordinaire mais aussi et surtout d'une grande introspection qui va pousser Elie à comprendre d'où lui vient cette dépression chronique qui lui colle à la peau, à creuser le passé d'une vie de famille compliquée pour qu'un jour, enfin, pour elle aussi, tout aille bien.

J'ai commencé cette BD comme à chaque fois: en ne savant pas trop où j'allais ni quel en  serait le sujet. Vous savez, j'aime être surprise par mes lectures, surtout en BD. Quand le dessin me plait, la moitié du chemin est déjà faite et j'espère toujours que le scénario sera à la hauteur de l'aspect graphique. Tout va bien a totalement rempli son contrat à ce niveau.

Nous suivons donc Ellie, une jeune femme de 20 ans qui n'a encore jamais eu de relation car elle n'en a jamais ressenti l'envie, ni le besoin. Cependant, pour s'assurer qu'elle est "normale" elle va accepter de sortir avec Archimède, pour voir "ce que ça fait".
Mais au fur et à mesure de leur relation, les deux protagonistes vont s'ouvrir l'un à l'autre. Ils vont partager leurs joies et leurs peines, mais aussi tous leurs questionnements sur eux-mêmes, ce qui va énormément les rapprocher.
Non, leur relation n'est pas conventionnelle, mais au final aucune relation n'a besoin de l'être.

C'est une vraie quête de soi qui se déroule ici. Ellie tente des choses, se trompe, se ramasse mais continue d'avancer afin de savoir qui elle est vraiment.
Elle se pose des questions sur sa sexualité, sa santé mentale, sa façon d'être avec ses ami·es, sa famille mais également sur son genre.
Le personnage d'Archimède est également plein de contrastes avec ses propres interrogations et ses propres démons, mais il reste extrêmement bienveillant.
Autour de tous ces aspects identitaires, il y a également l'aspect familial qui est très important ici. Les parents d'Ellie sont divorcés et sa sœur est porteuse de trisomie 21.
Sa relation avec ses parents n'est pas toute rose et ceux-ci ont parfois des réflexions totalement arbitraires par rapport à sa façon de vivre, mais notre héroïne tente de s'affirmer de plus en plus au fil des pages.

Encore une fois, nous sommes sur une BD en bichromie et c'est fou comme tant de choses peuvent passer à travers seulement deux couleurs justement dosée.
Presque toutes les BD que j'ai lues en ce moment utilisent ce procédé et j'en suis devenue complètement fan en l'espace de quelques mois.
En conclusion, Tout va bien est une BD absolument magnifique sur la quête de soi. Charlie Genmor parvient à nous transmettre ses émotions à la perfection, ce qui rend ce récit autobiographique encore plus intéressant à parcourir. Une BD queer comme il en faudrait plus.


Les infos utiles

Le Twitter de Charlie Genmor
Son Instagram
Parution: 20 mars 2019 - Editions Delcourt

mercredi 16 septembre 2020

Les menteurs de Mariposa - Jennifer Mathieu


ÉTÉ 1986 Île de Mariposa, Texas 
Chaque été, Elena Finney fait du baby-sitting pour la famille Callahan. C'est le seul moyen pour elle d'échapper quelques heures à sa mère, possessive, manipulatrice et incontrôlable. C'est le seul moyen pour elle de voir son petit ami en cachette. 
Joaquin Finney a, lui aussi, un secret: il prévoit de quitter l'île pour rejoindre un père inconnu qui, d'après Mamita, vivrait en Californie. Ce plan, il n'en a parlé à personne, excepté à sa sœur. 
Mais si Elena craque et avoue tout à Mamita... que se passera-t-il ?

Après avoir eu un énorme coup de cœur pour Moxie, j'étais impatiente de lire ce nouveau titre de Jennifer Mathieu. Malheureusement, ce nouveau titre n'a pas été à la hauteur de mes espérances, et ce même si je l'ai lu en l'espace d'une journée.

Nous suivons donc Elena, Joaquin et Mamita dans leur quotidien sur l’île de Mariposa. Mamita est une mère tyrannique (sévère ne me semble pas assez fort pour la décrire) qui prend Elena pour sa bonniche et qui laisse Joaquin mener sa vie à peu près comme il l'entend, même si elle trouve constamment quelque chose à lui reprocher. Ajoutez à cela sa tendance à l'alcoolisme et vous obtenez un cocktail détonnant et loin d'être sympathique.

Par contre, niveau mensonges on est plus que servi, puisque l'histoire se base essentiellement sur ça: des mensonges de famille, que chaque membre invente pour rendre sa vie plus facile. Du moins pour certains d'entre eux. Et si on comprend pourquoi Elena ment à sa mère, il est plus compliqué d'être compréhensif à l'égard de Mamita.

J'ai trouvé ce personnage exécrable, du début à la fin ! Même les ellipses nous ramenant dans le passé pour nous raconter sa vie à Cuba, puis sa fuite aux Etats-Unis, n'ont pas suffit à la rendre plus humaine à mes yeux. Cela n'a pas dû être facile, certes, mais cela n'excuse en rien l'attitude hautaine et dédaigneuse qu'elle affiche constamment par rapport à tout et tout le monde.
Dès le départ on voit qu'elle se sent au-dessus du lot, alors même qu'elle vit dans une famille aisée parmi d'autres familles toutes aussi aisées. Mais sa fuite de Cuba et sa vie aux Etats-Unis, dans une maison modeste ne vont pas la rendre plus humble, loin de là !

Pour ce qui est d'Elena, mon avis est en demi-teinte: je l'ai appréciée au début du roman et j'ai eu de la compassion pour elle. La vie que sa mère l'oblige à mener tient presque de la maltraitance psychologique. Mais j'ai été excédée par le changement d'attitude qui suit sa rencontre avec J.C et par la naïveté dont elle fait preuve vis-à-vis de ce dernier.

Il n'y a vraiment que Joaquin qui sorte un peu du lot - et encore, pas toujours - en grande partie grâce aux chapitres écrits de son point de vue. On le sent gentil et fragile, prêt à tout pour protéger sa sœur, mais avec tout de même l'envie de vivre sa propre vie, de s'éloigner de ce climat étouffant.

En bref, je n'ai malheureusement pas été entraînée par ce nouveau roman de Jennifer Mathieu. Pendant toute ma lecture, je me demandait où l'autrice souhaitait nous emmener, mais une fois la dernière page tournée, la seule chose qui m'a traversée l'esprit a été "Tout ça pour ça ?".
Si je comprends la volonté de l'autrice d'aborder l'exode de Cuba, j'aurais aimé que l'histoire soit plus recherchée et les personnages plus attachants.
Ma seule consolation aura été de me dire que ce roman aura été vite lu, et pour ça il faut bien avouer que la plume de l'autrice y était pour quelque chose.

Lu en LC avec Doris

Les infos utiles

Le site de Jennifer Mathieu
Sa page Facebook
Son Twitter
Parution VO: The Liars of Mariposa Isand - 17 septembre 2019 - Roaring Brook Press
Parution VF: 19 août 2020 - Editions Milan

lundi 14 septembre 2020

Ce sera moi - Lyla Lee


Skye Shin a tout entendu: "Les filles grosses ne devraient pas danser. Elles ne devraient pas porter des couleurs vives. Elles ne devraient pas attirer l’attention sur elles." 
Mais Skye rêve de rejoindre le monde pailleté de la K-Pop, et pour cela elle est prête à briser toutes les règles que la société, les médias et même sa propre mère ont établies pour les filles comme elle. Quand Skye se présente à un concours télévisé, avec à la clé un poste d’apprentie star de la K-Pop, elle est prête à tout pour gagner, prête à affronter la fatigue des répétitions, les difficultés de la compétition, les drames de la télé-réalité. 
Mais rien ne l’avait préparée à la grossophobie des membres du jury, aux haters sur les réseaux sociaux… et encore moins à un rapprochement avec un de ses concurrents, Henry Cho. 
Pour autant, Skye n’oublie pas son objectif : devenir la première star grande taille de la K-Pop au monde. Ce qui signifie remporter la compétition… sans se perdre elle-même.

Avant de recevoir un mail de Bebelio me proposant de recevoir ce roman en SP, je n'en avais pas entendu parler, mais cela aura été bien dommage de passer à côté d'une telle pépite. Car Ce sera moi regroupe tout ce que j'aime voir dans la littérature - et encore plus en littérature ado ! - et que j'aimerais voir encore plus souvent.

Derrière cette couverture pop et pétillante en totale adéquation avec le caractère de notre héroïne, se cache un roman qui prône des valeurs essentielles, à savoir l'estime de soi, la diversité (qu'elle soit culturelle, sexuelle ou autre) et le body positive.

Car Skye est une jeune fille grosse et bien dans sa peau qui pratique la danse et le chant depuis qu'elle est enfant. Ces deux disciplines lui plaisent et lui apportent énormément de satisfaction.
Dès lors, quand elle apprend que l'émission You're my Shining Star débarque à Los Angeles, Skye n'a plus qu'une seule envie: participer et tout faire pour gagner la compétition, afin de montrer aux autres qu'on peut être grosse et savoir danser.

J'ai littéralement dévoré ce roman en l'espace de deux jours tellement j'étais plongée dedans. J'ai immédiatement adoré Skye pour sa personnalité positive et sa volonté de fer. C'est clairement une fille qui ne se laisse pas démonter par ce que les gens peuvent penser d'elle, ce qui en fait une héroïne inspirante.

On aimerait vraiment croiser plus de personnages de romans de sa trempe, surtout en littérature jeunesse. Des personnes qui assument entièrement qui iels sont, de leur apparence à leur sexualité (parce que oui, Skye est bi) en passant par leurs projets de carrière et de vie.
Skye représente ceci et beaucoup plus, tout comme les ami·es qu'elle va se faire tout au long du roman. Je pense notamment à Lara, Tiffany, Imani et Henry qui m'ont tous·tes beaucoup plu de part leurs caractères respectifs.

Pour ce qui est de l'histoire en tant que telle, elle n'est pas à proprement parler surprenante. En commençant ce roman, pour peu qu'on soit un·e lecteurice assidu, on sait clairement où l'autrice nous emmène, mais finalement ce n'est pas tellement ça l'important.
L'important ici, c'est l'évolution des personnages, la manière dont iels traversent les épreuves qui les attendent et les combats quotidiens qu'iels mènent.

Evidemment, certains personnages présents de ce romans tiennent des propos grossophobes et j'ai très souvent bondi de ma chaise, notamment face au discours tenu par la mère de Skye et par une des membres du jury. Mais ces propos sont tellement représentatifs du quotidien des personnes grosses que cela met encore plus en lumière à quel point notre société est stéréotypée à son paroxysme et qu'il est grand temps que cela change.

En bref, Ce sera moi est un roman que je vous recommande chaudement pour les idées que défendent l'autrice et son héroïne et pour les papillons que l'histoire va vous mettre dans le ventre.


Les infos utiles

Le site de Lyla Lee
Son Instagram
Son Twitter
Parution VO: I'll be the one - 16 juin 2020 - Katherine Tegen Books
Parution VF: 26 août 20220 - Hachette

dimanche 13 septembre 2020

Sunday's Books #302


Blabla

Hello les amis !

Ce week-end je n'ai rien de particulier à vous raconter... Ca change hein 😅
Je pense que je vais consacrer mon dimanche à la Nintendo Switch et à éventuellement un peu de lecture 😉
Même s'il faudra bien que je trouve un brin de motivation pour faire ma séance de sport (que je ne saurai pas faire demain) et pour me préparer quelque chose à manger pour mes midis au boulot.
Mais bon, ça ira vite, je pense me faire une soupe avec ma machine magique 😉😉
Je n'aurai qu'à couper mes légumes, les mettre dedans avec de l'eau et hop ! J'aurai une belle petite soupe 😁
En plus, mon astuce est de toujours glisser dedans un légume que je n'aime pas parmi ceux que j'aime, ce qui me permet d'en manger sans m'en rendre compte.
Ouais, en fait je fais comme pour les enfants 😂
Mais je vous assure que ça marche ! 😁

Et peut-être que si j'ai encore un peu de motivation après ça, je me pencherai sur mon projet d'écriture en cours... Mais rien n'est moins sûre, parce que j'ai une fâcheuse tendance à stagner une fois un projet commencé.
Je ne sais pas trop pourquoi d'ailleurs...

Bref, là-dessus je vous laisse, je vais profiter de mon dimanche 😉

Des bisous 😘😘


Mes lectures

Ce que j'ai lu cette semaine
J'ai eu un gros coup de coeur pour Ce sera moi de Lyla Lee 💜
ensuite j'ai plutôt bien apprécié ma lecture de Kiki de Montparnasse,
j'ai lu très rapidement (une journée) Les menteur de Mariposa en LC avec Doris, mais malheureusement je n'ai pas trouvé beaucoup d'intérêt à ce roman 😕
Enfin j'ai terminé la semaine en BD avec les deux tomes de Des lumières dans la nuit qui étaient assez mignons et Melvina qui ne m'a pas tellement convaincue.

   Ce que je suis en train de lire
Je me suis enfin décidée à me lancer dans le dernier tome de l'art Alicization de Sword Art Online !
J'ai toujours un peu peur de me lancer dans de telle brique, même si j'adore la saga 😅
(oui je suis bizarre, cherchez pas ! 😅)

In My Mailbox

J'ai commandé des livres sur le site Internet de ma librairie et je les ai reçu hyper rapidement
Le chant d'Achille !!! 😍😍

Lifetime

Ce que j'ai lu sur les autres blogs

La chronique de Doris sur Lire est dangereux (pour les préjugés)
Ce DIY de calendrier perpétuel chez Chicky Poo
La chronique de Planète Diversité sur Alana et l'enfant vampire
Celle de Mallou14 sur La sirène et la licorne

Sur le blog 

vendredi 11 septembre 2020

Circé - Madeline Miller


Helios, dieu du soleil, a une fille: Circé. Elle ne possède ni les pouvoirs exceptionnels de son père, ni le charme envoûtant de sa mère mais elle se découvre pourtant un don: la sorcellerie, les poisons et la capacité à transformer ses ennemis en créatures monstrueuses. Peu à peu, même les dieux la redoutent. 
Son père lui ordonne de s'exiler sur une île déserte sur laquelle elle développe des rites occultes et croisent tous les personnages importants de la mythologie: le minotaure, Icare, Medée et Ulysse.... 
Mais cette existence de femme indépendante et dangereuse inquiète les dieux et effraie les hommes. Pour sauver ce qu'elle a de plus cher à ses yeux, Circé doit choisir entre ces deux mondes : les dieux dont elle descend, les mortels qu'elle a appris à aimer.

Bon vous le savez, avec moi quand on parle de mythologie, je suis déjà à moitié conquise, quel que soit le support. Pour ce qui est de ce roman, tant de personnes l'avaient encensé sur les réseaux sociaux que j'avais envie de le découvrir, mais en même temps j'avais peur d'être déçue et que l'engouement général retombe comme un soufflé.
Heureusement, cela n'a pas été le cas.

Comment vous parler de ce roman afin de lui rendre justice et de vous faire passer tout ce que j'ai pu ressentir durant cette lecture ? Je vous avoue que je ne pense pas être capable de pouvoir mettre les mots sur tout ce que j'ai vécu durant cette lecture, mais en tout cas je vais essayer de vous en parler du mieux possible.

C'est un fait: Circé n'est pas le personnage le plus connu de la mythologie grecque. Dans l'imaginaire collectif, c'est une sorcière qui vit sur une île et transforme les hommes en cochon. On sait aussi qu'Ulysse a vécu sur son île un an durant son Odyssée, mais c'est à peu près tout.

L'envie de Madeline Miller de revaloriser ce personnage m'a d'emblée convaincue. L'autrice reprend donc les bases connues, sa naissance par Persé et Helios, sa vie sur Eéa, sa rencontre avec Ulysse et remodèle le tout pour nous offrir une destinée à la hauteur de ce personnage emblématique.

Si les chapitres nous contant sa vie au cœur du palais d'Hélios sont les moins prenants, ils nous permettent cependant de poser les bases concernant le caractère de Circé et la manière dont elle est traitée par ses pairs. Cela apporte un terrain fertile pour la suite des événements, notamment sa vie sur Eéa et tout ce qui en découlera.

Je me suis tout de suite attachée à Circé; son caractère m'a touché en plein cœur et j'ai tout de suite ressenti énormément d'empathie à son égard. Mais ce qui m'a le plus marqué, c'est la manière dont elle se détache de son passé pour avancer et devenir la femme qu'elle aurait toujours dû être, malgré la façon dont elle a toujours été dénigrée par son entourage.
Ce texte est pétri de féminisme, de reconstruction de soi et d'empowerment et c'était un vrai régal à parcourir !

Je n'ai maintenant qu'une seule hâte: me procurer Le chant d'Achille pour pouvoir retrouver la plume addictive de Madeline Miller et me laisser emporter par celle-ci.
Cela ne devrait d'ailleurs par tarder...

Les infos utiles

Le site de Madeline Miller
Sa page Facebook
Son Instagram
Parution VO: 10 avril 2010 - Little, Brown and Company
Parution VF: 2 mai 2019 - Pocket