mercredi 16 septembre 2020

Les menteurs de Mariposa - Jennifer Mathieu


ÉTÉ 1986 Île de Mariposa, Texas 
Chaque été, Elena Finney fait du baby-sitting pour la famille Callahan. C'est le seul moyen pour elle d'échapper quelques heures à sa mère, possessive, manipulatrice et incontrôlable. C'est le seul moyen pour elle de voir son petit ami en cachette. 
Joaquin Finney a, lui aussi, un secret: il prévoit de quitter l'île pour rejoindre un père inconnu qui, d'après Mamita, vivrait en Californie. Ce plan, il n'en a parlé à personne, excepté à sa sœur. 
Mais si Elena craque et avoue tout à Mamita... que se passera-t-il ?

Après avoir eu un énorme coup de cœur pour Moxie, j'étais impatiente de lire ce nouveau titre de Jennifer Mathieu. Malheureusement, ce nouveau titre n'a pas été à la hauteur de mes espérances, et ce même si je l'ai lu en l'espace d'une journée.

Nous suivons donc Elena, Joaquin et Mamita dans leur quotidien sur l’île de Mariposa. Mamita est une mère tyrannique (sévère ne me semble pas assez fort pour la décrire) qui prend Elena pour sa bonniche et qui laisse Joaquin mener sa vie à peu près comme il l'entend, même si elle trouve constamment quelque chose à lui reprocher. Ajoutez à cela sa tendance à l'alcoolisme et vous obtenez un cocktail détonnant et loin d'être sympathique.

Par contre, niveau mensonges on est plus que servi, puisque l'histoire se base essentiellement sur ça: des mensonges de famille, que chaque membre invente pour rendre sa vie plus facile. Du moins pour certains d'entre eux. Et si on comprend pourquoi Elena ment à sa mère, il est plus compliqué d'être compréhensif à l'égard de Mamita.

J'ai trouvé ce personnage exécrable, du début à la fin ! Même les ellipses nous ramenant dans le passé pour nous raconter sa vie à Cuba, puis sa fuite aux Etats-Unis, n'ont pas suffit à la rendre plus humaine à mes yeux. Cela n'a pas dû être facile, certes, mais cela n'excuse en rien l'attitude hautaine et dédaigneuse qu'elle affiche constamment par rapport à tout et tout le monde.
Dès le départ on voit qu'elle se sent au-dessus du lot, alors même qu'elle vit dans une famille aisée parmi d'autres familles toutes aussi aisées. Mais sa fuite de Cuba et sa vie aux Etats-Unis, dans une maison modeste ne vont pas la rendre plus humble, loin de là !

Pour ce qui est d'Elena, mon avis est en demi-teinte: je l'ai appréciée au début du roman et j'ai eu de la compassion pour elle. La vie que sa mère l'oblige à mener tient presque de la maltraitance psychologique. Mais j'ai été excédée par le changement d'attitude qui suit sa rencontre avec J.C et par la naïveté dont elle fait preuve vis-à-vis de ce dernier.

Il n'y a vraiment que Joaquin qui sorte un peu du lot - et encore, pas toujours - en grande partie grâce aux chapitres écrits de son point de vue. On le sent gentil et fragile, prêt à tout pour protéger sa sœur, mais avec tout de même l'envie de vivre sa propre vie, de s'éloigner de ce climat étouffant.

En bref, je n'ai malheureusement pas été entraînée par ce nouveau roman de Jennifer Mathieu. Pendant toute ma lecture, je me demandait où l'autrice souhaitait nous emmener, mais une fois la dernière page tournée, la seule chose qui m'a traversée l'esprit a été "Tout ça pour ça ?".
Si je comprends la volonté de l'autrice d'aborder l'exode de Cuba, j'aurais aimé que l'histoire soit plus recherchée et les personnages plus attachants.
Ma seule consolation aura été de me dire que ce roman aura été vite lu, et pour ça il faut bien avouer que la plume de l'autrice y était pour quelque chose.

Lu en LC avec Doris

Les infos utiles

Le site de Jennifer Mathieu
Sa page Facebook
Son Twitter
Parution VO: The Liars of Mariposa Isand - 17 septembre 2019 - Roaring Brook Press
Parution VF: 19 août 2020 - Editions Milan

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci pour votre commentaire et votre passage sur mon blog ! A bientôt :D