mercredi 17 juin 2020

Good bye, red beryl - Atami Michinoku


Akihiko est un orphelin n'ayant jamais été utile à personne. Au moment où il renonce à la vie, Kazushige, un vampire qui vit seul depuis longtemps, le sauve. Cherchant un moyen de le remercier, Akihiko lui rend visite tous les jours, mais ce dernier le repousse froidement. 
Kazushige finit toutefois par être touché par sa gentillesse maladroite, avoir envie de mieux le connaître et ne plus pouvoir résister à son attirance.

Voilà la lecture qui signe ma première incursion dans le domaine du yaoï. Ne m'intéressant aux mangas seulement depuis quelques années, il me reste encore bien des choses à découvrir, mais dans l'ensemble j'ai plutôt fait de bonnes découvertes, comme en ce qui concerne Good bye, red beryl.
Et tant qu'à découvrir le boy's love, autant le faire à travers une histoire de vampire qui, je le rappelle, est tout de même le personnage le plus queer de la littérature.
Dans ce manga, nous suivons donc Akihiko, un orphelin à qui l'enfance et la vie en généal n'ont pas fait de cadeau. Alors qu'il se trouve dans une très mauvaise passe et qu'il envisage même de mettre fin à ses jours, il est sauvé in extremis d'un accident par Kazushige qui s'avère être un vampire.

Une relation complexe va alors se tisser entre les deux hommes. Akihiko va peu à peu s'imposer dans le quotidien de son sauveur dans le but premier de le remercier, mais cette relation va assez rapidement évoluer et prendre de plus en plus d'ampleur pour les deux protagonistes.
Cependant, comme rien n'est jamais simple, Kazushige va d'abord se refermer et tenter de dissuader son jeune ami de le fréquenter, ne faisant que renforcer encore plus l'attraction qu'il exerce sur ce dernier.
C'est le jeu du chat et de la souris. Sauf qu'en l’occurrence, le chat est un vampire.

L'autrice a parfaitement sur rendre justice à ses deux héros en les présentant dans leur entièreté, avec leurs qualités mais aussi avec leurs défauts.
Elle arrive à faire transparaître leurs émotions de façon très juste à travers ses traits fins et délicats, mais qui recèlent aussi une part brute et torturée - notamment lorsqu'elle évoque le passé de Kazushige.

Le rythme de l'histoire est plutôt lent dans le premier tome. On prend le temps de poser les bases de l'histoire, d'introduire les différents personnages et leurs relations (passées ou à venir).
Ensuite, tout devient nettement plus intense dans le deuxième tome, avec l'arrivée de scènes beaucoup plus sensuelles mettant en scène nos deux héros.
Mais cela ne représente finalement qu'une partie minime de l'histoire, l'autrice souhaitant que l'on se focalise plus sur la psychologie des personnages que sur les scènes de fesses - même si elles sont nettement présentes et détaillées.
En bref Good bye, red beryl est un manga très intéressant à parcourir et assez percutant. On explore de manière pertinente le côté vampirique de Kazushige, en nous montrant autant les côtés positifs que négatifs et on apporte de la candeur et de la naïveté au récit avec le personnage d'Akihiko.
Le mélange des deux genres donnent finalement une histoire très nuancées qui promet une conclusion intéressante à la parution du prochain tome. Il me tarde d'ailleurs de le lire.


Les infos utiles

Tome 1: 26 septembre 2019 - Taifu Comics
Tome 2: 28 février 2020 - Taifu Comics
Illustrations: Good bye, red beryl par Atami Michinoku © Taifu Comics 2020

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci pour votre commentaire et votre passage sur mon blog ! A bientôt :D