jeudi 15 août 2019

Morgane - Stéphane Fert et Simon Kansara


Privée de son destin de reine, la demi-sœur du roi Arthur devient la sulfureuse fée Morgane et se dresse contre la tyrannie de la Table ronde et les manipulations de Merlin le fou. 
Écœurée par le magicien qui joue avec sa vie depuis sa plus tendre enfance, Morgane laisse libre cours à sa colère et assouvit sa soif de pouvoir envers et contre tous : son ancien maître, les hommes, leur nouveau dieu unique et l'ordre établi.

Avant toute chose, je tiens à préciser que je suis une totale néophyte en ce qui concerne les légendes arthuriennes. Je connais évidemment les grandes lignes j'ai vu Merlin l'Enchanteur comme tout le monde mais je ne pourrai pas dire si la Morgane de Fert et Kansara est fidèle à l'originale.
Maintenant que les bases sont posées, on peut passer à la chronique.

Si l'histoire commence au couronnement d'Arthur, les auteurs font rapidement un retour vers le passé pour nous présenter l'enfance de Morgane à Tintagel.
Unique enfant du couple royal, son père décide malgré tout d'en faire son héritière et l'éduque en ce sens: cours d'escrime et de politique seront donc au programme, ce qui est loin de déplaire à la jeune princesse ambitieuse qu'elle est déjà.


Cependant, le destin de Morgane va rapidement basculer avec la victoire d'Uther Pendragon sur le royaume de son père. C'est là qu'elle va devenir la disciple de Merlin et que va commencer son ascension vers les ténèbres.
Il est également question d'Arthur et des Chevaliers de la Table Ronde, de la quête du Graal et de l'histoire d'amour entre Guenièvre et Lancelot, mais tous ces événements sont traités avec beaucoup de dérision, sûrement pour alléger l'atmosphère plutôt lourde qui entoure Morgane.

Comme pour Peau de Mille Bêtes, j'ai été totalement envoûtée par les splendides dessins de Stéphane Fert. Le coup de crayon et les couleurs de ce dernier se marient à merveille avec le scénario de Simon Kansara et cela apporte énormément de charme à l'ensemble.
Il faudrait d'ailleurs plus d'une lecture pour apprécier ces dessins à leur juste valeur et - j'en suis sûre - découvrir mille et un détails qui auront échapper au lecteur la première fois.

J'ai adoré suivre l'évolution de Morgane, de l'enfance à l'âge adulte. On sent dès le départ que c'est une héroïne intrépide et intransigeante, mais la vie et les obstacles qu'elle va traverser vont faire en sorte qu'elle s'endurcissent au-delà de ses propres capacités.


L'autre personnage clé de cette BD, c'est évidemment Merlin. Mentor de Morgane, celui-ci n'est pas montré sous son meilleur jour. Il apparaît sous les traits d'un magicien puissant, mais également manipulateur et vicieux. Cela se dégage d'ailleurs énormément de ses traits, qui s'enlaidissent à mesure que l'histoire avance.

Ce procédé est également utilisé avec Morgane pour donner vie à sa descente aux enfers. Plus Morgane est déçue et contrariée par les événements qui se dressent sur son chemin, plus son aura physique change, et ce jusqu'à la dernière page.

En conclusion, me voilà une nouvelle fois conquise par le travail de Stéphane Fert. Ses dessins sont tout simplement magnifique et je ne me lasse pas de revenir dessus encore et encore. Autant vous dire qu'il n'en fallait pas plus pour que j'attende impatiemment sa prochaine parution !


Les infos utiles

Le tumblr de Stéphane Fert
Sa page Facebook
Ma chronique de Peau de Mille Bêtes
Parution: 6 avril 2016 - Editions Delcourt
Illustrations © Stéphane Fert


2 commentaires:

  1. J'avoue que ça donne bien envie d'en savoir plus. Pas experte non plus en légendes arthuriennes ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En tout cas ça ne m'a pas empêché d'apprécié la BD ;-)

      Supprimer

Merci pour votre commentaire et votre passage sur mon blog ! A bientôt :D