mercredi 14 octobre 2020

Don Vega - Pierre Alary


Madrid, 1848. Don Vega, héritier d'une riche famille californienne, reçoit une lettre lui annonçant le décès de ses parents. L'auteur du courrier, le père Delgado, l'incite à rentrer « dans les plus brefs délais ». 
À son retour, Don Vega découvre que le domaine familial est désormais géré par un ancien général, Gomez. Celui-ci s'appuie sur Borrow, une brute sadique et sans scrupules, pour mettre la Californie en coupe réglée en rachetant des terrains à bas prix afin de les revendre plus cher. 
Des peons ont le courage de se révolter. Le visage couvert d'une cagoule, ils se réclament d'« el Zorro », un mythe populaire local. Le peuple les voit comme des héros. 
Don Vega décide de suivre leur exemple: il revêt un costume noir et est bien décidé à faire payer les spoliations commises envers sa famille. La légende de Zorro est en marche...

Tout le monde connaît le mythe de Zorro et tout le monde a déjà vu au moins une fois dans sa vie les films (ceux avec Antonio Banderas, s'il vous plait) ou encore l'une des séries qu'on en a tiré - celle de 1957 avec Guy Williams étant ma préférée.
Pierre Alary revient ici aux origines de Zorro, quand il était incarné par les peons de la Californie, alors que celle-ci n'était plus mexicaine, mais pas encore américaine.
Don Vega reprend donc le flambeau d'une légende populaire afin de venger la mort de ses parents et protéger le peuple californien.

L'intrigue de cette BD se concentre donc énormément sur les ouvriers californiens et sur l'entreprise fomentée par Gomez et Borrow plutôt que sur l'identité secrète de Zorro. On voit finalement très peu Don Vega à l'oeuvre, afin de laisser toute latitude au mythe pour prendre son essor.
Cependant, l'intrigue autour de la mort des parents du héros reste une part importante de la BD et donne aux lecteurices un os à ronger. On essaie de récolter les indices et de démêler le vrai du faux, ce qui donne de l'épaisseur au scénario.

Les dessins de l'auteur et le style graphique collent parfaitement à l'ambiance de l'album, tout comme les couleurs qui varient énormément suivant la situation. Les émotions des différents protagonistes sont également parfaitement palpables, allant de la détresse à la colère, en passant par la détermination. Pierre Alary parvient à en rendre compte avec une folle justesse.
En conclusion, Don Vega est à découvrir si vous aimez les BD historiques, mêlant aventure, politique et vengeance. Le ton de l'histoire est donné dès les premières planches et on est embarqué sans problème dans cette lecture d'une centaine de pages, que l'on ne voit pas défiler. 


Les infos utiles

Parution: 2 octobre 2020 - Dargaud
Illustrations: Don Vega par Pierre Alary © Dargaud 2020

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci pour votre commentaire et votre passage sur mon blog ! A bientôt :D