mercredi 20 mai 2020

Romance - Arnaud Cathrine


C'est le mojito. 
C'est un léger accident. 
C'est parce qu'il n'a pas rencontré de fille. 
C'est parce que je n'ai pas rencontré de garçon. 
C'était juste pour essayer. 
C'est pour avoir tout fait ensemble. 
C'est pour tous les amis pareil. 
C'est entre lui et moi. 
C'est la première et la dernière fois. 
C'est rien. Ça va passer.

Ce roman m'a été prêté par une de mes collègue qui sait à quel point j'aimes les récits engagés et LGBT. C'est la collègue par qui j'ai notamment découvert Les chroniques de San Francisco. Elle m'a vendu le truc en disant que c'était très actuel et percutant et qu'elle avait été hyper touchée par le récit.
Force est de constater que cela n'a pas été mon cas.
Alors là, pas du tout !

Déjà, je n'ai pas apprécié le personnage de Vince. Dès les premières pages je l'ai trouvé assez antipathique et je n'ai pas réussi à m'intéresser à sa vie, à ses pensées et à ses problèmes.
Et je n'ai pas été désolée de ne pas l'apprécier.
Tout ce qui lui arrivait me passait complètement au-dessus de ma tête et à chacune de ses réactions j'avais beaucoup de mal à le suivre.

Ne parlons même pas d'Octave qui m'a paru insipide et toxique dès sa première apparition. Un meilleur ami qui ne vous défend pas quand un de ses potes homophobe de première vous traite de tarlouze et vous reproche de lui avoir cassé la gueule en réponse, je n'appelle pas ça un meilleur ami.
Je ne vous spoile absolument rien, cela se passe dans les vingt premières pages du roman.

Tout au long du roman, j'ai été dérangée par un je-ne-sais-quoi qui m'a mise mal à l'aise. Je n'arrivais pas à mettre le doigt dessus et cela rendait l'histoire très pénible à lire.
Le style de l'auteur n'y est pour rien, parce que malgré ça le roman se lit très rapidement. Mais il y a toujours ce petit truc qui cloche et fait qu'on reste toujours en surface de l'histoire.

Alors, même si le style de l'auteur n'est pas totalement à blâmer, je n'irai pas jusqu'à dire qu'il était agréable. Je n'ai rien contre un style direct et incisif, voire parfois un peu trash, mais là j'avais l'impression que l'auteur voulait mettre le plus de mots chocs et limite vulgaires pour attirer les ados qui riraient dans leur coin à chaque fois qu'ils verraient le mot "bite" écrit au détour d'une phrase.
Je peux vous dire que ce mot apparaît plus d'une fois et que c'est très souvent mal amené et maladroit.

Les seuls protagonistes un peu intéressants étaient selon moi Rokia, la meilleure amie de Vince et sa mère. Malheureusement ces personnages n'étaient pas assez consistants pour rattraper le flop de l'histoire.

En conclusion, Romance n'a pas du tout réussi à me convaincre. J'ai trouvé ce roman très cliché dans son traitement, que ce soit par rapport aux personnages ou à l'histoire (un homo amoureux d'un hétéro) et je n'ai jamais pu me départir de ce sentiment de malaise qui m'a suivie tout au long de ma lecture.
Je serais néanmoins curieuse d'avoir le ressenti d'une personne concernée par rapport à ce livre, afin de confronter mon avis avec avec le sien. Si c'est votre cas, n'hésitez pas.


Les infos utiles

Le site d'Arnaud Catherine
Parution: 2 janvier 2020 - Robert Laffont

2 commentaires:

  1. Je n'ai pas lu ce roman d'Arnaud Catherine, mais je pense que celui-ci ne sera à nouveau pas pour moi. En effet dans A la place du coeur, je n'avais déjà pas aimé le style trash et incifif de l'auteur et apparemment c'est pareil ici.. Dommage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est apparemment un trait qui revient souvent, soit en positif, soit en négatif.
      Je pense que pour ma part, c'était ma seul incursion dans son style. Je ne lirai pas ses autres romans.

      Supprimer

Merci pour votre commentaire et votre passage sur mon blog ! A bientôt :D