lundi 19 novembre 2018

Oui, je le veux... et vite ! - Amélie Dubois


Annie, Stéphanie et Jasmine assistent à un mariage printanier. Pendant la célébration, à la suite d'un lancer du bouquet rocambolesque qui frôle la catastrophe, elles se retrouvent toutes trois lauréates d'un prix inattendu. 
Dans une discussion teintée d'orgueil et de vin rouge, les filles se lancent un défi de taille : la première qui se fera demander en mariage par son conjoint pourra garder le prix. Les règles : aucune. Le temps : trois mois, top chrono! 
Par l’entremise de diverses stratégies loufoques, voire complètement désaxées, les filles ne reculeront devant rien pour gagner cette course au mariage. Leur détermination sera sans bornes, mais sauront-elles assumer les conséquences de ce pari farfelu? 
Un roman hilarant à saveur compétitive qui nous plonge littéralement dans les abîmes de l’acharnement féminin. 
Que la meilleure gagne !

Vous le savez si vous traînez souvent par ici, j'aime beaucoup Amélie Dubois et sa saga Ce qu'il se passe... C'est l'une des seules sagas de chick-litt qui arrive à me détendre et à me faire rire, en grande partie parce qu'elle est complètement rocambolesque.
J'étais donc très impatiente de lire cet autre titre de l'autrice. Il faut dire que la couverture et le titre étaient assez prometteurs.

J'ai donc assisté à la course au mariage de nos trois héroïnes très différentes les unes des autres et de leurs chums assortis.
Si j'ai globalement passé un bon moment de lecture en compagnie de ce roman, je dois dire qu'il ne m'a pas semblé à la hauteur de la saga que j'affectionne tant.

La raison de cet avis en demi-teinte se résume en deux mots: stéréotypes et clichés.
Alors oui, évidemment que la chick-litt est un style littéraire qui en est bourré et que lorsque je décide de lire un roman du genre, je sais plus ou moins à quoi m'attendre.
Mais là, il m'a semblé que c'était un peu too much.

Le problème ne vient pas tant des trois héroïnes - que j'ai trouvé plutôt intéressantes à suivre - mais de leurs hommes et de leurs fameuses parties de base-ball, qui consiste avant tout à s'épancher sur leur quotidien de couple.

J'ai retrouvé dans ces passages toutes les attitudes masculines qui ont le don de me faire grincer des dents. Ils y vont tous de leur petite anecdote ou de leurs conseils avisés afin d'avoir la paix dans leur couple.
Celui qui a eu le plus le don de m'énerver, c'était Brandon. Avec un nom pareil, j'aurais déjà dû me douter qu'il y aurait un problème.
Ce quatrième larron est celui par qui tout commence, puisqu'il est le marié du premier chapitre. Et mon dieu que j'ai eu envie de lui mettre des tartes à celui-là ! 
Vous voyez, ce mec qui a toujours un "bon" conseil à prodiguer à ses potes en matière de couple, alors que manifestement, lui-même a des problèmes dans ce domaine ? Ben voilà, c'est lui !
Vous comprenez mon agacement ?

Néanmoins, malgré mon avis penchant plus du côté de la déception que du coup de coeur, ne vous méprenez pas: dans l'ensemble j'ai passé un moment de lecture plutôt agréable. Le style d'Amélie Dubois se laisse lire tranquillement, les chapitres s'enchaînent sans aucun problème, ni changement de rythme et certaines situations décrites dans le roman étaient plutôt drôles.

Mais je ne me départis pas de ce sentiment d'agacement face aux héros masculins de ce roman. Peut-être que je deviens trop féministe pour apprécier de la chick-litt ? C'est une possibilité. 
Cependant, je me laisserai encore tenter par les autres romans de l'autrice, car je continue d'aimer sa plume et son humour. Et puis, je n'aime pas rester sur un avis mitigé.


Les infos utiles

Le site d'Amélie Dubois
Sa page Facebook
Son Twitter
Parution au Québec: avril 2012 - Les éditeurs réunis
Parution chez nous: 4 juillet 2018 - Kennes Editions

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci pour votre commentaire et votre passage sur mon blog ! A bientôt :D