vendredi 23 novembre 2018

Le Chant des Ronces : Contes de minuit et autres magies sanglantes - Leigh Bardugo


Embarquez dans un voyage vers des terres sombres et dangereuses, peuplées de villes hantées et de bois affamés, de monstres bavards et de golems en pain d'épices, où la voix d'une sirène peut invoquer une tempête mortelle, où les rivières font de terribles promesses d'amour... 
Ayama et le bois aux épines 
Une jeune fille est envoyée négocier l'avenir de son royaume avec un terrible monstre. 
Le renard trop rusé 
Un renard compense son apparence disgracieuse par une intelligence hors du commun, qui pourrait bien lui jouer des tours. 
La sorcière de Duva 
Dans un village frappé par un hiver perpétuel, les jeunes filles se mettent à disparaître mystérieusement. 
Petite lame 
Une jeune fille découvre que les souhaits de son père à son encontre et ses propres envies prennent deux directions opposées. 
Le prince soldat 
Une réécriture inquiétante de Casse-Noisette. 
Quand l'eau chantait le feu 
Deux Sild aux voix merveilleuses quittent leur royaume marin pour la terre où elles rencontrent les mystérieux Grisha

En grande fan de Leigh Bardugo et du Grishaverse, il était impossible pour moi de passer à côté du Chant des Ronces. Surtout lorsque l'on voit le travail réalisé pour la magnifique couverture hardback et pour les illustrations qui parcourent chaque conte.

Que dire, à part que cette lecture fut un coup de cœur ?
Généralement dans un recueil de contes, il y en a toujours bien un ou deux qui nous plaisent moins. Mais là, j'ai été happée par chacun d'entre eux. Chaque conte a su m'emporter dans son univers et me faire vivre des aventures plutôt originales.

J'ai beaucoup apprécié la manière dont l'autrice a revisité certains contes bien connus, comme Hansel et Gretel, Casse-Noisette ou encore La petite sirène.
Les modifications apportées aux contes originels étaient vraiment bien trouvées, et certains contes faisaient finalement froid dans le dos.

A ce propos, il est vrai qu'à la lecture de la première et de la quatrième de couverture, on pourrait s'attendre à des contes réellement sanglants et morbides, mais il s'avère que c'est un peu plus subtil que cela.
J'ai vu que cela avait rebuté certains, mais ce ne fut pas le cas pour moi. Je les ai tous trouvé suffisamment malsains pour être appréciés.

J'ai personnellement été très réceptive à Ayama et le bois aux épines ainsi qu'au dernier du recueil Quand l'eau chantait le feu. Ces deux contes avaient réellement de quoi faire réfléchir, même si les autres ne sont absolument pas en reste !

Mais le plus impressionnant dans tout cela, c'est le travail d'illustration qui a été réalisé par Sara Kipin.
Chaque conte est donc magnifiquement illustré, mais cela va encore plus loin étant donné que l'illustration évolue au fur et à mesure du conte. Elle s'étoffe de page en page, pour nous offrir une illustration complète en apothéose du récit.
Et ces illustrations finales en disent énormément sur tout le déroulement du conte. Attention donc à ne pas vous faire spoiler inutilement.

En bref, je ne peux que recommander ce recueil de contes à tous les fan du Grishaverse. Cela permet aux lecteurs de plonger une nouvelle fois dans cet univers tant aimé, et pourquoi pas, de revoir certains personnages connus...

Les liens utiles

Le site de Leigh Bardugo
Sa page Facebook
Son Twitter
Parution VO: The Language of Thorns: Midnight Tales and Dangerous - 26 septembre 2017 - Orion Children's
Parution VF: 24 octobre 2018 - Editions Milan


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci pour votre commentaire et votre passage sur mon blog ! A bientôt :D