mardi 1 mai 2018

Top Ten Tuesday #172


Et voici un nouveau Top Ten !

Pour rappel, même si je me demande si c'est encore nécessaire, le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire initié par The Broke and the Bookish, repris en français par Iani sur son blog et maintenant repris par Frogzine.

Le thème de cette semaine est: Les 10 4 meilleurs emplois pour les fans de littérature.


Ce top ne va clairement pas aller dans le sens convenu de ce thème, tout simplement parce que j'ai vraiment peur de ce que les gens vont pouvoir répondre par rapport à celui-ci.


Tout d'abord, si je vois ne serait-ce qu'une personne citer le métier de bibliothécaire "parce que ça doit être trop cool de pouvoir lire toute la journée et d'être payée pour ça", je pense que je vais HURLER !
Qu'on se le dise: les bibliothécaires passent leur journée à faire énormément de choses, sauf lire ! Nous n'avons tout simplement pas le temps pour cela, entre les commandes de livres, l'encodage, l'équipement de ceux-ci et les animations.
Sans oublier toutes les tâches administratives (et barbantes) qui incombent à notre métier.
Alors je vais vous répéter la phrase qu'une de mes profs a dit lors de mes études (parce que oui, on fait des études pour être bibliothécaire, si, si): "Si vous voulez faire ce métier juste parce que vous aimez les livres, alors passez votre chemin."


Même combat pour le métier de libraire. Je ne le suis pas moi-même, mais je suis clairement consciente que leur métier est aussi difficile que le mien et que les stéréotypes qui collent à ce métier sont à peu près les mêmes que pour le métier de bibliothécaire.

Sans parler des auteurs et autrices, qui chaque jour nous offrent des pépites à lire, mais qui arrivent bien péniblement à joindre les deux bouts quand ils font ce métier à temps plein, et qui doivent apprendre à jongler et à se ménager du temps pour écrire/réécrire/corriger (biffez les mentions inutiles... Ah ben non en fait, y'en a pas) lorsqu'ils ont un autre emploi.

Le métier de prof de français n'est pas non plus sans inconvénients. Certains diront qu'ils ont quand même de très beaux horaires et qu'ils bénéficient de tous les congés scolaires, mais je tiens tout de même à rappeler que la plupart des profs travaillent en dehors de leurs horaires pour préparer leurs cours, corriger leurs copies et j'en passe.
De plus, il n'est pas toujours facile d'intéresser les ados à la littérature. Certains sont réceptifs et cela se passe très bien, d'autres sont très difficiles à capter et n'hésitent pas à mettre une sale ambiance dans la classe.


Je pense cependant que toutes les personnes qui exercent ce type de profession le font avec dévouement et passion. On ne s'engage pas dans la voie de la littérature (et de la culture en général) avec l'espoir que l'on va se la couler douce en faisant un métier sympa et facile.
On fait ce type de métier pour partager avec les gens (même si ce n'est pas toujours facile) et parce que malgré les moments difficiles, nos métiers nous apportent finalement beaucoup.

4 commentaires:

  1. Ah non ça c'est certain, dans peu de métier on se la coule douce même si c'est un métier lié à sa passion ;) Si je rêve un peu, je trouverais bien un poste dans une maison d'éditions, ça me plairait bien. Mais en Belgique pas facile ça et surtout que c'est à l'opposé de mes études ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais, trouver une ME qui embauche en Belgique...

      Supprimer
  2. Prof je n'y avait pas penser.
    Bibliothécaire c'est un métier que j'aurai aimé faire. je sais qu'on ne lis pas toute la journée, mais cela me plais de classer ranger, conseiller les gens qui viennent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait pour tout te dire, on ne lit même pas du tout. Cela ne fait absolument pas partie de notre travail.
      On conseille les gens, certes, mais en parlant de livres qu'on a lu chez nous, sur notre temps libre.
      Ensuite, oui on range les livres, mais cela représente à peine 5% de notre temps de travail.
      Entretemps, on gère les achats, on encode les livres dans la base de données, on les équipe (étiquettes, code-barre, cachets, filmolux, renfort), on élague les livres trop vieux/abimés/dépassés, on fait des recherches documentaires, on fait des statistiques, de la paperasse (beaucoup de paperasse !), on fait des accueil de classes, on organise des animation dans les classes, on organise des animations dans la bib pour les enfants, les parents, les grands-parents etc.
      On court partout et tout le temps pour arriver à mener tous nos projets à bien dans les temps, on porte des kilos de livres par jours et par an.
      Bref, dire qu'on lit et qu'on classe, c'est un peu réducteur ;-)

      Supprimer

Merci pour votre commentaire et votre passage sur mon blog ! A bientôt :D