lundi 30 avril 2018

Player One - Ernest Cline


2044. La Terre est à l'agonie. 
Comme la majeure partie de l'humanité, Wade, 17 ans, passe son temps dans l'OASIS – un univers virtuel où chacun peut vivre et être ce qui lui chante. Mais lorsque le fondateur de l'OASIS meurt sans héritier, une formidable chasse au trésor est lancée : celui qui découvrira les trois clefs cachées dans l'OASIS par son créateur remportera 250 milliards de dollars ! 
Multinationales et geeks s'affrontent alors dans une quête épique, dont l'avenir du monde est l'enjeu. Que le meilleur gagne...

A l'occasion de la sortie du film produit par Spielberg, les éditions Michel Lafon ont réédité ce titre paru chez eux en 2013 et l'ont proposé en service presse.
J'ai directement sauté sur l'occasion de le découvrir, car la vision de la bande annonce du film m'avait plutôt convaincue.

Il faut dire que le livre a de très bons arguments pour convaincre, étant donné que celui-ci réussit à allier technologie futuriste et pop culture des années 80.
Un tel mélange ne pouvait qu'interpeller, non ?

Je dois avouer que la première partie m'a semblé un tantinet longuette. Il m'a fallu du temps pour bien appréhender l'univers et tous les termes techniques qui l'accompagnaient, sans parler de sa mise en place qui prend un peu de temps.
De plus, j'ai eu assez bien de mal à m'attacher au personnage de Wade, que j'ai trouvé excessif par moment, que ce soit dans ses réactions aux situations virtuelles ou dans la vie de tous les jours.

Par contre, j'ai eu un énorme coup de cœur pour les autres personnages du livre, tels que Aech, Art3mis, Daito et Shoto.
Pour moi ils sont plus que de simples personnages secondaires: l’histoire n'aurait pas eu la même saveur sans eux.

Cependant, si j'ai mis un peu de temps pour me plonger dans l'histoire et dans son intrigue, une fois lancée j'ai réellement eu du mal à m'arrêter.
Et cela s'est avéré d'autant plus vrai dans la dernière partie du roman où j'étais en permanence sur des charbons ardents, tellement prise par ma lecture que j'ai fini par en rêver la nuit...
Peu de livres parviennent à me faire cet effet.

Concernant l'énorme background de l'histoire, on peut dire qu'Enerst Cline n'a pas fait les choses à moitié. L'univers proposé par Player One est l'un des plus riches qu'il m'ait été donné de voir pour un stand-alone.
Evidemment, étant moi-même née dans les année 90, je n'ai pas pu appréhender tous les clins d’œil fait à la pop culture des années 80.
Mais j'ai d'autant plus apprécié les moments où je saisissais les références auxquelles l'auteurs et ses personnages faisaient allusion.

En conclusion, malgré un début un peu long, j'ai fini par être totalement prise dans ma lecture et par apprécier les personnages presque autant que l'histoire en elle-même.
Je me suis surprise à avoir envie de me documenter sur certains termes ou de visionner certains films cités dans cet ouvrage.
Il me tarde de pouvoir regarder l'adaptation, même si certains échos que j'ai eu  jusqu'ici laissent présager une très haute liberté par rapport à celle-ci.
A suivre donc...


Les infos utiles

Le site d'Ernest Cline
Sa page Facebook
Son Twitter
Parution VO: Ready Player One - 16 août 2011 - Crown Publisher
Première parution VF: 24 janvier 2013 - Michel Lafon
Réédition: 8 mars 2018 - Michel Lafon

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre commentaire et votre passage sur mon blog ! A bientôt :D