jeudi 21 décembre 2017

Grisha, tome 1: Les orphelins du royaume - Leigh Bardugo


Un royaume envahi par les ténèbres. Une élite magique qui se bat sans relâche contre ce mal. 
Des citoyens envoyés en pâture aux créatures qui peuplent le Shadow Fold. Parmi eux: Alina Starkov.
L'avenir de tous repose sur les épaules d'une orpheline qui ignore tout de son pouvoir. L'Invocatrice de lumière. 

Après avoir été totalement subjuguée par la duologie Six of Crows (oui, oui, subjuguée, carrément) j'avais hâte de découvrir la trilogie Grisha, justement rééditée cette année par Milan.
Replonger dans cet univers que j'avais appris à connaître et à aimer me réjouissait énormément.

Dans ce premier tome, nous rencontrons Alina, cartographe dans la Seconde Armée de Ravka alors qu'elle s'apprête à traverser le Shadow Fold, étrange nappe grise envahie de monstres effrayants, qui recouvre une partie du pays.
C'est lors d'une attaque de ces monstres sanguinaires qu'Alina se découvre des pouvoirs cachés, qui font d'elle une Grisha, et l'Invocatrice de Lumière, qui sauvera le pays du Shadow Fold.

Commence alors un long apprentissage pour notre jeune héroïne qui se retrouve propulsée dans un univers et une vie auxquels elle n'avait jamais songé.
Une vie de pouvoirs certes, mais également de dangers.

J'ai tout de suite été happée par ce roman que j'ai lu en à peine quelques jours et j'ai été ravie de retrouver la plume de Leigh Bardugo.

En ce qui concerne les personnages, j'ai été très impressionnée par celui du Darkling qui dégage un magnétisme extrêmement attirant et qui apporte un vrai personnage charismatique à l'histoire.
Mal quant à lui, est tout de même assez stéréotypé dans sa construction, mais cela ne nous empêche pas de l'apprécier au fur et à mesure de notre lecture.

Enfin, il est aisé de s'attacher à Alina, tant cette dernière est normale, presque banale avant la découverte de ses pouvoirs.
On sent en elle un profond désir d'être acceptée, de rentrer dans la norme et de ne pas faire de vague. Cela me la rend très sympathique, car à mon sens, on a tous en nous ce besoin d'acceptation.

En conclusion, ce premier tome promet de très belles choses pour la suite. Leigh Bardugo parvient à nous faire entrer dans son univers avec une étonnante facilité, même si on ressent le léger -très léger- tâtonnement du premier roman.
Néanmoins, si on se fie à l'aboutissement de Six of Crows, on peut présumer que la trilogie va gagner en profondeur au fil des tomes.

Les liens utiles

Le site de Leigh Bardugo
Sa page Facebook
Son Twitter
Parution VO: Shadow and Bone - 5 juin 2012 - MacMillan Publisher
Parution VF: 11 octobre 2017 - Editions Milan (réédition)

2 commentaires:

  1. On a un peu le même sentiment pour ce premier tome j'ai l'impression. Chouette, mais quelques tâtonnements (pour moi dans les stéréotypes de Mal et le temps d'installation avec l’apprentissage d'Alina, très intéressant, mais un peu long par rapport au reste du roman). Cela dit j'ai adoré l'univers, l'ambiance, le Darkling et son magnétisme, l'évolution d'Alina, la dernière partie qui m'a filé des palpitations, donc je me dis que le reste de la trilogie peut être vraiment génial et j'ai hâte de me plonger dedans. De lire Six of Crows aussi, mais ce sera pour plus tard, j'aime faire les choses dans l'ordre ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, on sent le tâtonnement du premier roman. Mais il y a en effet de très bonnes choses notamment par rapport au Darkling qui est un personnage hyper charismatique !
      J'ai hâte de pouvoir lire la suite.
      Et pour Six of Crows tu fais bien, tu finiras en apothéose comme ça :D

      Supprimer

Merci pour votre commentaire et votre passage sur mon blog ! A bientôt :D