jeudi 1 juin 2017

Izana : La voleuse de visage - Daruma Matsuura



Dans le monde d'Izana, il y a le dedans et le dehors. Le dehors, c'est tout ce qui s'étend au-delà des murs de la maison : le soleil, les arbres, les autres... tout ce qu'elle n'a jamais vu autrement que dans ses livres ou à travers les carreaux. 
Car depuis sa naissance, elle vit recluse, bien à l'abri entre quatre murs. Un jour, poussée par la curiosité, la jeune fille décide de braver l'interdit et de s'aventurer à l'extérieur. 
Bien mal lui en prend – elle comprend que son visage est si effroyable qu'il ne peut être montré au grand jour. 
Car si d'ordinaire, la laideur n'est pas un crime, il règne dans le village une terrible superstition. Autrefois se seraient affrontées une sorcière d'une grande laideur et une prêtresse d'une grande beauté: la première, victorieuse, aurait volé son apparence à la seconde. Depuis lors, toute petite fille laide née une certaine année est tuée sur-le-champ, sous peine de porter malheur aux habitants. 
Cette légende est même le thème d'une pièce de théâtre qui se joue chaque été. Izana y découvre pour la première fois, dans le rôle de la prêtresse, sa propre cousine. Née la même année qu'elle, Namino a été épargnée grâce à sa beauté extraordinaire...

Le dernier né des éditions Lumen avait bien de quoi m'intriguer lors de sa sortie, étant donné que celui-ci relate la vie de la maman de l'héroïne du manga Kasane, dont j'ai énormément apprécié le premier tome.
J'étais donc pressée de découvrir ce nouveau roman qui promettait d'être très intéressant.

Izana est sauvée à la naissance par Chigusa qui va l'élever en secret pendant des années, afin que les habitants du village d'Akeiba ignorent totalement son existence.
Car dans ce village, une légende ancestrale raconte que les petites filles laides doivent être exécutées à la naissance, sous peine d'attirer le malheur sur le village et ses habitants.
Ainsi la petite fille vit recluse au fil des années, d'abord chez Chigusa, puis dans la montagne lorsqu'elle grandit et devient une jeune femme.

Izana est un personnage auquel il est très facile de s'attacher étant donné la vie difficile qu'elle mène et les injustices auxquelles elle est confrontée depuis sa plus tendre enfance.
Elle est au départ une héroïne fragile, tant moralement que physiquement, mais peu à peu les épreuves qu'elle doit affronter la rendent plus mature et plus adulte. Mais également plus aigrie.
La jeune femme a des réflexion très juste sur sa condition, mais également sur celle de sa bienfaitrice et du jeune Kingo.
En tout cas, Izana est  un personnage qui ne nous laisse pas indifférent.

La narration du roman nous offre également la possibilité de suivre certains événements du point de vue de Chigusa, personnage capable d'une grande bonté et d'énormément d'amour pour ses deux protégés, et de Kingo, l'enfant de dix ans que Chigusa a pris sous son aile et qui développera pour Izana une sorte d'amitié fraternelle assez touchante.

Ces trois personnages sont beaucoup plus liés qu'ils ne le pensent. Aucun des trois n'a été épargné par la vie, mais ils trouvent chacun assez de force en eux pour continuer à se battre.

L'histoire d'Izana, mêlée à la légende de la Prêtresse au fard rouge offre un récit très bien construit, et plein de richesse, qui par bien des aspects se rapproche énormément du conte traditionnel japonais.
On est littéralement immergé dans cette ambiance mystique et légèrement oppressante des superstitions japonaises.
Cela en fait un roman très agréable à lire, et que l'on n'a pas envie de reposer tant on est plongé dans l'histoire.

Et pour ne rien gâcher, la couverture du livre est très belle, collant parfaitement avec le contenu, agrémenté lui aussi par de jolies illustrations à l'encre de chine à chaque début de chapitre, ce qui ajoute un petit côté traditionnel japonais à la mise en page.

En conclusion, Izana est une lecture qui a su m'emporter jusqu'au Japon et me faire vivre l'histoire au travers de son héroïne, me faisant ressentir ses sentiments, ses joies et ses peines.
Cependant Izana est également un roman qui pose question et nous fait réfléchir sur les diktats de la beauté et la perception que l'on en a. Il suscite des réflexions et nous fait réfléchir sur le regard que l'on pose sur le monde et les gens qui nous entourent.

De plus, j'ai maintenant d'autant plus envie de poursuivre ma découverte des mangas Kasane afin d'en apprendre encore plus sur cette capacité à prendre possession des visages.



Je remercie les éditions Lumen pour cette lecture 

Les infos utiles

Izana: la voleuse de visage est sorti le 18 mai 2017 aux éditions Lumen.
Le manga Kasane est publié chez Ki-oon.
Les tomes 1 à 8 sont déjà disponibles.
Le tome 9 paraîtra le 6 juillet 2017.



16 commentaires:

  1. Depuis la chronique de Saefiel, je dois bien avouer que Kasane m'intrigue pas mal, et du coup avec ta chronique à toi j'ai envie aussi de lire ce roman! C'est malin ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ben désolée, mais c'est le risque quand on lit des chroniques hein :p :p

      Supprimer
    2. J'avoue! :) Mais même si je suis désespérée par la taille de ma WL, j'avoue que j'adore avoir plein de choix quand je veux me faire plaisir :D

      Supprimer
    3. La mienne n'est pas énorme, le problème vient plutôt de mal PAL :p

      Supprimer
  2. Je l'ai croiséjour hier à la librairie et jai failli le prendre. Je me suis dit que j'allais attendre de lire un ou deux avis pour voir ce que ça donnait ... et là tu me motives bien à retourner à la librairie ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ben vite à la librairie alors !! :D ;-)

      Supprimer
  3. Je ne connaissais pas du tout, mais ça me tente grave maintenant ! ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha désolée ^^
      (Ou pas en fait... ^^)

      Supprimer
  4. Je l'ai vu hier lors de mon repérage en librarie, la couverture me plaisait vraiment. Puis, parce que je n'ai jamais été déçue par une publication Lumen. Donc je crois que je vais me laisser tenter.
    On peut bien lire le roman sans avoir lu le manga au préalable, ou c'est mieux de l'avoir fait ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui tu peux sans soucis lire le roman sans avoir lu le manga, tu as au moins l'avantage de ne pas avoir d'indices sur le roman ;-)
      En plus il y a 8 tomes sur le manga et je n'ai encore lu que le premier, et ça ne m'a pas posé problème :-)

      Supprimer
  5. J'ai beaucoup aimé cette lecture aussi ! Et je te piquerais bien le premier tome du manga à l'occasion :P

    RépondreSupprimer
  6. Aie aie aie ce livre me tente tellement :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Apparemment il tente beaucoup de monde ;-)
      Je n'ai qu'une chose à dire... Fonce ! :p

      Supprimer

Merci pour votre commentaire et votre passage sur mon blog ! A bientôt :D